Skip to main content

Article Category

Actualités

Article available in the folowing languages:

Améliorer la sécurité maritime, à l'Européenne

Les résultats d'un projet de recherche financé par l'UE visant à considérablement améliorer les procédures d'évacuation des navires et de sécurité sur les bateaux à passagers, pourraient servir de référence pour le droit maritime et devraient rendre la vie en haute mer plus sû...

Les résultats d'un projet de recherche financé par l'UE visant à considérablement améliorer les procédures d'évacuation des navires et de sécurité sur les bateaux à passagers, pourraient servir de référence pour le droit maritime et devraient rendre la vie en haute mer plus sûre à l'avenir. Les travaux ont été effectués dans le cadre du projet SAFEGUARD («Ship evacuation data and scenarios»), financé à hauteur de plus de 2 millions d'euros au titre du thème «Technologies de la société de l'information» du sixième programme-cadre (6e PC). L'équipe de recherche, qui comptait universitaires, conseillers en ingénierie et compagnies de navigation, a mené un projet de recherche sans précédent à bord du paquebot international Jewel of the Seas de la Royal Caribbean international, auquel ont participé 2 300 passagers pour cet exercice de rassemblement «en direct» en mer. Leur but était d'analyser les procédures d'évacuation de navire - notamment la durée nécessaire aux passagers de réagir à une alarme - afin d'améliorer les pratiques actuelles d'analyse de l'évacuation. À l'aide d'environ 100 caméras, dont une télévision en circuit fermé (CCTV), des caméras ultra grand angle numériques et analogiques, les chercheurs ont mesuré le temps de réaction des passagers une fois l'alarme d'évacuation déclenchée. Les passagers étaient munis de balises infrarouges pour être suivis tout au long de l'exercice, qui a duré une demi-heure, permettant ainsi aux chercheurs de localiser leurs mouvements exacts et de reconstituer les chemins empruntés par les passagers dans le bateau pour atteindre les multiples points de rencontre à bord. Le responsable de la recherche, le professeur Ed Galea du Fire Safety Engineering Group de l'université de Greenwich, au Royaume-Uni, a déclaré que l'expérience à bord du Jewel of the Seas faisait désormais partie de l'histoire maritime. «Cet essai de rassemblement était unique sous plusieurs aspects; en effet, nous avons recueilli des données pour un grand paquebot, au cours d'un exercice de rassemblement virtuel sans préavis et alors que nous étions en mer», a-t-il fait remarquer. «La recherche a mesuré les temps de réaction réalistes par rapport à l'alarme, au moment où 2 300 passagers étaient dispersés sur 12 ponts», expliquait le professeur Galea. «Bien que les passagers aient été avertis la veille de l'essai, ils n'étaient pas préparés et se trouvaient partout dans le bateau, à savoir dans leurs cabines, au bar, dans la salle de sport, les boutiques, les restaurants ou ailleurs au moment de l'alarme.» Le professeur Galea ajoutait que «ce dernier diffère considérablement d'un essai de rassemblement typique, généralement annoncé au préalable, et qui a lieu avant que le bateau ne commence à naviguer, et où de nombreux passagers se trouvent déjà à des points de rassemblement attendant simplement le lancement de l'exercice». Il expliquait que l'opération à bord du Jewel of the Seas, qui s'est déroulée cet été, s'est fait à grande échelle; elle a en effet requis neuf mois de préparation. Le professeur Galea a déclaré que six mois au minimum seraient nécessaires pour analyser les séquences vidéo image par image et mesurer les temps de réaction des passagers en direction des points de rassemblement. Les chercheurs devront également évaluer les questionnaires remplis par les passagers à bord au moment de l'exercice. La préparation intense de l'équipe a porté ses fruits; en effet, presque tous les passagers ont coopéré à l'exercice de rassemblement en portant leurs balises tout au long de l'exercice. «Ce projet était à la fois fatiguant et passionnant à organiser sur le Jewel of the Seas, et ses résultats auront une portée considérable», a déclaré le professeur Galea, en ajoutant qu'«aucun projet de cette envergure ne sera probablement tenté une seconde fois.» Il a déclaré être confiant dans «la recherche menée par l'équipe SAFEGUARD, qui permettra de forger des règles de droit maritime et, à terme, en contribuant à la conception de bateaux plus sûrs, permettra de sauver des vies.» Tracy Murrell, directeur de la sécurité et de la conformité maritime des Royal Caribbean Cruises, a déclaré que sa compagnie «attend impatiemment de découvrir les résultats du projet».

Articles connexes