Skip to main content
European Commission logo
français français
CORDIS - Résultats de la recherche de l’UE
CORDIS

Article Category

Actualités
Contenu archivé le 2023-03-07

Article available in the following languages:

En quête de meilleures procédures d'évacuation et de protection

Des survivants des attaques terroristes qui ont eu lieu à Londres, le 7 juillet 2005 devraient contacter le chercheur britannique Ed Galea. Ce dernier souhaite utiliser leurs expériences afin d'améliorer la conception des bâtiments et les procédures d'évacuation à travers le m...

Des survivants des attaques terroristes qui ont eu lieu à Londres, le 7 juillet 2005 devraient contacter le chercheur britannique Ed Galea. Ce dernier souhaite utiliser leurs expériences afin d'améliorer la conception des bâtiments et les procédures d'évacuation à travers le monde. L'étude de la recherche est en partie financée par le projet BESECU («Human behaviour in crisis situations: a cross cultural investigation to tailor security-related communication»), qui a reçu plus de 2 millions d'euros au titre du thème sécurité du septième programme-cadre (7e PC) de l'UE. Le professeur Ed Galea, directeur fondateur du Fire Safety Engineering Group (FSEG) de l'université de Greenwich au Royaume-Uni, a par le passé étudié le comportement de personnes ayant expérimenté des catastrophes majeures, dont celles qui avaient survécu à l'effondrement des tours du World Trade Centre aux États-Unis le 11 septembre 2001, les accidents d'avions et la catastrophe ferroviaire à Paddington au Royaume-Uni. Les résultats de ses travaux sont déjà utilisés par des architectes, des ingénieurs et des services de secours internationaux. Le professeur Galea veut désormais parler à des personnes qui ont été évacuées des trains, des gares et des bâtiments à Londres le 7 juillet. «Ce n'est qu'en parlant avec des survivants que nous pouvons réellement comprendre comment les gens réagissent à une crise et à des dangers importants dans le monde réel,» expliquait le professeur Galea. «Nous pourrons alors améliorer la conception des bâtiments et toutes formes de transports publics, et leurs procédures d'évacuation, afin de sauver des vies.» Il affirmait qu'il était important de souligner que les «films hollywoodiens sont en permanence sur la mauvaise voie», en notant que les inexactitudes que l'on voit sur le grand écran «ont tendance à modeler la façon dont de nombreuses personnes - voire des professionnels de la sécurité - pensent que les gens réagissent réellement aux situations d'urgence». Au cours des enquêtes, les chercheurs ont tenté de répondre à la question de savoir si certaines victimes auraient pu être sauvées si les auxiliaires médicaux et autres secouristes d'urgence avaient pu obtenir un accès plus rapide sur la zone de la catastrophe. Le professeur Galea mettait également en lumière le besoin de «découvrir si des personnes de différents pays et cultures réagissent différemment en cas de crise, afin de garantir que les différences culturelles soient incorporées aux procédures d'évacuation et à notre modélisation d'évacuation des bâtiments». Une autre étape de la recherche du professeur Galea consistera à interviewer des hommes et des femmes qui ont vécu des évacuations d'urgence au cours d'incendies importants dans des bâtiments privés ou privés. Il a cité les incidents récents du Royal Marsden Hospital à Chelsea en 2008, celui du Swan & Royal Hotel à Clitheroe en 2009, ou l'incendie des Shirley Towers à Southampton en avril de cette année comme étant les types d'incidents d'intérêt. Il cherche également à parler à des personnes qui ont été touchées depuis janvier 2000 par des inondations suffisamment fortes nécessitant l'aide de services d'urgence et l'évacuation des bâtiments et habitations. Par exemple, les chercheurs souhaitent entendre les témoignages de résidents de diverses régions britanniques telles que Grampian, Tayside et Cumbria, qui ont fait l'objet d'inondations désastreuses pendant l'automne 2009. Le projet BESECU enquête sur les différences interculturelles et ethniques du comportement humain dans des situations de crise afin d'y adapter la communication liée à la sécurité, les instructions et les procédures en vue d'améliorer l'évacuation et la protection. Les partenaires du projet estiment que leurs recherches s'avèreront utiles aux secouristes opérationnels, aux concepteurs de bâtiments et aux personnes impliquées dans le développement de procédures opérationnelles d'urgence pour les bâtiments. Les chercheurs participant au projet BESECU proviennent d'Allemagne, de République tchèque, de Pologne, de Suède, de Turquie et du Royaume-Uni.

Pays

Tchéquie, Allemagne, Pologne, Suède, Turquie, Royaume-Uni

Articles connexes