Skip to main content

Article Category

Actualités

Article available in the folowing languages:

Un projet de l'UE vient en aide aux agents de police surchargés

Des entreprises de communication, des instituts de recherche et des forces de police d'Europe se sont associés pour apporter aux agents motocyclistes de nouveaux moyens pour traiter les informations et répondre aux demandes, les aidant ainsi à travailler de façon plus sûre et ...

Des entreprises de communication, des instituts de recherche et des forces de police d'Europe se sont associés pour apporter aux agents motocyclistes de nouveaux moyens pour traiter les informations et répondre aux demandes, les aidant ainsi à travailler de façon plus sûre et plus efficace. Le projet MOVEON («Multi-modal and multi-sensor zero-distraction interaction interface for two wheel vehicles ON the move») a reçu près de 2 millions d'euros du domaine thématique Technologies de la société de l'information (TSI) du sixième programme-cadre (6e PC). En cas d'urgence, un agent de police motocycliste doit traiter de nombreuses informations et prises de décision. Un projet de recherche mené par des entités privées et publiques de toute l'UE, dont Microtech International en Pologne, la police des Midlands de l'Ouest au Royaume-Uni, Thales Communications en France et l'université de Patras en Grèce, a pour objectif d'éviter une surcharge potentiellement dangereuse d'informations en utilisant des technologies de pointe. «L'efficacité des agents n'est pas toujours optimale, du fait des limitations des appareils qu'ils emportent avec eux», déclare le Dr Elias Kalapanidas, du département de génie électrique et informatique de l'université de Patras, en Grèce, gestionnaire technique pour le projet MOVEON. «Le projet vise à faciliter et accélérer des procédures opérationnelles habituelles, comme changer de canal de communication, et à maximiser les informations qu'un agent peut envoyer et recevoir sans être distrait ou devoir arrêter sa moto.» À partir d'un examen approfondi des conditions réelles et des besoins identifiés par les agents de police, le constructeur automobile italien Pininfarina a conçu un casque spécial qui a été testé virtuellement par des méthodes numériques de dynamique des fluides (CFD). Un prototype MOVEON a déjà été testé sur le terrain au Royaume-Uni et le Dr Kalapanidas travaille actuellement avec d'autres partenaires commerciaux du consortium au développement de produits destinés à être utilisés dans le monde entier, par des organisations de police mais aussi par des pompiers et d'autres services d'urgence. Les partenaires de MOVEON ont réalisé que le fait de transmettre plus d'informations aux agents motocyclistes, par exemple avec un affichage GPS tête haute ou un écran tactile fixé sur une manche, ne les aiderait pas forcément à être plus efficaces dans leurs missions, et que des informations envoyées au mauvais moment risquent de les distraire dangereusement ou de les gêner. Ils ont donc créé le processeur MOVEON qui combine des informations biométriques avec les interactions récentes de l'agent et avec des données sur les conditions de conduite comme la vitesse, l'accélération, l'inclinaison de la moto et la proximité d'un carrefour. «Nous avons mis au point un algorithme qui intègre toutes ces informations et estime la charge cognitive résultante sur le pilote ainsi que sur les canaux visuel, acoustique et tactile», explique le Dr Kalapanidas. «Nous pouvons alors sélectionner le meilleur canal disponible à ce moment.» Et si le système décide que davantage d'informations perturberaient l'agent, il interrompt temporairement la communication. «Lorsque la charge revient en-dessous du seuil, le flux d'informations reprend», ajoute-t-il. Un motocycliste dans la circulation évolue dans un environnement bruyant, aussi les chercheurs ont été contraints de réaliser un système plus performant de reconnaissance vocale, capable d'identifier la voix d'un agent dans un tel environnement sonore. «Nous ne cherchions pas à traiter un vocabulaire particulièrement riche mais plutôt un algorithme très fiable, capable de reconnaître la parole malgré les nombreux bruits provenant de l'environnement et de la moto», souligne le Dr Kalapanidas. De plus, sachant qu'il y aurait des situations où les commandes vocales ne fonctionneraient pas, les chercheurs ont donné aux agents un mode de contrôle indépendant via le toucher. Ils peuvent ainsi commander le système MOVEON avec à un joystick monté sur le guidon de la moto et à un écran tactile intégré à la manche de leur blouson. «Ces équipements se complètent mutuellement pour aboutir à un système très fiable de saisie de commandes», conclut le Dr Kalapanidas.

Pays

Grèce

Articles connexes