Skip to main content

Article Category

Actualités

Article available in the folowing languages:

Une meilleure qualité de l'air dans nos ports grâce aux politiques de l'UE

Les niveaux d'anhydride sulfureux dans les ports européens ont diminué de 66% grâce à des politiques européennes visant à améliorer la qualité de l'air que nous respirons. L'anhydride sulfureux est un polluant atmosphérique dangereux qui génère des pluies acides et des poussiè...

Les niveaux d'anhydride sulfureux dans les ports européens ont diminué de 66% grâce à des politiques européennes visant à améliorer la qualité de l'air que nous respirons. L'anhydride sulfureux est un polluant atmosphérique dangereux qui génère des pluies acides et des poussières fines. Ces poussières sont dangereuses pour la santé humaine et sont responsables de maladies respiratoires et cardiovasculaires, réduisant la vie des Européens de jusqu'à deux ans. Une recherche européenne a montré que cette réduction est le résultat direct de la directive 1999/32/CE de l'UE, en vigueur depuis janvier 2010 et qui exige l'utilisation de combustibles marins à faible teneur en soufre pour les navires à quai ou ancrés dans des ports. Ces résultat sont le fruit des travaux de scientifiques du Centre commun de la recherche (JRC - Joint Research Centre), lesquels ont mesuré les paramètres de qualité de l'air dans les ports de la Méditerranée avant et après l'entrée en vigueur des exigences en matière de combustibles à faible teneur en soufre en janvier 2010. Tout à l'opposé, alors que les ports européens connaissent une réduction moyenne de 66%, les mesures prises dans des ports non européens et non concernés par la directive présentaient des niveaux d'anhydride sulfureux identiques. Pour mesurer la qualité de l'air, une station automatique de surveillance a été installée à bord du navire de croisière Costa Pacifica de classe Concordia, lequel a suivi en 2009 et 2010 une trajectoire hebdomadaire fixe dans l'ouest de la Méditerranée. Lors de l'analyse des données collectées, les chercheurs ont constaté que les concentrations d'anhydride sulfureux avaient considérablement diminué dans trois des quatre ports méditerranéens soumis à l'étude, à savoir Civitavecchia, Savone et Palma de Mallorca. Les concentrations quotidiennes moyennes dans tous les ports avaient baissé en moyenne de 66%. Les mesures du JRC prises dans le port de Barcelone se sont montrées concluantes après une évaluation des grandes variations d'un jour à l'autre au niveau des concentrations. Cependant, des mesures indépendantes obtenues dans les stations de mesure du port de Barcelone et dans les environs de Palma de Mallorca ont révélé une forte diminution des concentrations d'anhydride sulfureux de 2009 à 2010. Les mesures d'anhydride sulfureux au port de Tunis n'ont révélé aucune diminution. Les mesures d'autres polluants de l'air prises à Civitavecchia, Savone, Palma de Mallorca et Tunis n'ont par ailleurs montré aucune réduction. Ceci montre que les réductions mesurées dans les concentrations d'anhydride sulfureux résultent bien des politiques de l'UE. L'étude a également confirmé la corrélation entre l'anhydride sulfureux et les substances chimiques émises par les cheminées des navires, ce qui montrait que les navires étaient bien la source principale d'émissions d'anhydride sulfureux dans les ports. L'objectif de la directive de l'UE était d'établir des limites maximales de la teneur en soufre du gasoil, du fioul lourd dans les applications terrestres et des carburants utilisés dans les transports maritimes. Elle incorporait ainsi les concentrations en soufre de l'annexe VI de la convention MARPOL. MARPOL est la Convention internationale pour la prévention de la pollution par les navires et la principale convention internationale couvrant la prévention de la pollution de l'environnement marin par les navires pour des causes opérationnelles ou accidentelles. Plus particulièrement, la directive spécifie que tous les navires à quai ou ancrés dans les ports européens doivent utiliser des carburants dont la teneur en soufre est inférieure à 0,1% de leur poids, alors que jusqu'ici, en dehors des zones de contrôle des émissions de SOx, on acceptait une teneur en soufre allant jusqu'à 4,5%. La logistique pour la station automatique de surveillance à bord du navire pour les polluants atmosphériques utilisés dans ces travaux était fournie par la compagnie exploitant les navires de croisière, à savoir Costa Crociere S.p.A. Les mesures ont été menées en collaboration avec des scientifiques des universités de Gêne et Florence, du laboratoire INFN-LABEC à Florence et de l'Institut d'analyse environnementale et de recherche sur l'eau à Barcelone.Pour de plus amples informations, consulter: Centre commun de recherche: http://ec.europa.eu/dgs/jrc/index.cfm Agence européenne pour la sécurité maritime: http://www.emsa.europa.eu/

Pays

Espagne, Italie, Tunisie

Articles connexes