Skip to main content

Article Category

Actualités

Article available in the folowing languages:

Aider les parents à aider les enfants

Tous les parents ont une approche personnelle et unique pour élever leurs enfants. Ils prennent des décisions différentes sur le nombre de livres à acheter à leurs enfants, ou sur le temps à consacrer à la lecture. Tous les enfants ne bénéficient donc pas de la même «longueu...

Tous les parents ont une approche personnelle et unique pour élever leurs enfants. Ils prennent des décisions différentes sur le nombre de livres à acheter à leurs enfants, ou sur le temps à consacrer à la lecture. Tous les enfants ne bénéficient donc pas de la même «longueur d'avance» pour réussir dans la vie. C'est pour tenter de résoudre ce problème que le projet MPIC («Motivating Parents to Invest in Children»), financé par l'UE, a élaboré des recommandations de politiques publiques sur la façon dont les gouvernements pourraient utiliser des mesures fiscales comme les taxes et prestations de sécurité sociale pour inciter les parents à soutenir l'éducation de leurs enfants. L'étude a été menée par un boursier Marie Curie, Hakki Yazici, professeur assistant d'économie à l'Université Sabanci en Turquie. «Le gouvernement n'a pas de contrôle direct sur le niveau d'investissement que les enfants reçoivent chez eux», explique Yazici, «il peut cependant jouer de la carotte et du bâton pour encourager des niveaux de contribution parentale socialement efficaces». Selon le chercheur, les résultats du projet montrent qu'il serait possible d'utiliser efficacement les systèmes de sécurité sociale et la fiscalité de l'épargne privée pour créer les incitations nécessaires. «Dans un système idéal, les prestations de sécurité sociale des parents pourraient être mises en corrélation avec les résultats de leurs enfants une fois adultes», explique-t-il. En d'autres termes, si vos enfants réussissent plus tard dans la vie, s'ils ont, par exemple, des salaires élevés, vous bénéficiez d'une meilleure retraite. Ce système créerait une subvention indirecte pour les parents qui s'investissent davantage dans leurs enfants. Les systèmes actuels de retraite, dans lesquels les prestations sont indépendantes du revenu des enfants, pourraient s'avérer nocifs, des réformes pourraient donc s'avérer nécessaires, ajoute Yazici. Il pense que les recommandations pratiques suivant son étude pourraient avoir une grande portée. «Le projet propose des changements significatifs de la façon dont nous concevons la politique budgétaire qui pourraient affecter tous les citoyens d'un pays donné», dit-il. «Le projet réforme les outils traditionnels de politique budgétaire et motive les parents à investir davantage dans le développement intellectuel de leur progéniture. Ce serait bénéfique pour de nombreux enfants d'aujourd'hui, et donc pour les adultes de la prochaine génération». Pour Yazici, le financement accordé par l'UE était vital: «Être boursier Marie Curie a été très enrichissant pour moi. La subvention m'a aidé dans toutes les étapes de ma recherche. Elle a couvert mes frais de déplacements, m'a permis de prendre part à des conférences dans le monde entier et à étendre mon réseau de contacts et enfin à couvrir les frais de publication». Le projet MPIC, qui s'est terminé en août 2013, a reçu un financement de 75 000 euros, en ligne avec la stratégie de l'UE pour lutter contre l'exclusion sociale et la pauvreté à travers des mesures telles que le soutien familial et des avantages, des services de garde et d'éducation de la petite enfance de qualité. Pour plus d'informations, veuillez consulter: Fiche d'informations du projet http://cordis.europa.eu/projects/rcn/96157_fr.html Université de Sabanci http://www.sabanciuniv.edu/en Plateforme européenne pour l'investissement dans l'enfance http://europa.eu/epic/about/index_fr.htm

Pays

Turquie

Articles connexes