Skip to main content

Article Category

Results Pack

Article available in the folowing languages:

Biodiversité et services écosystémiques: protéger les ressources écologiques de la planète

L’Europe jouit d’une riche diversité de flore et de faune, dont la plupart sont uniques. Cette richesse naturelle nous fournit de l’eau propre et de l’air pur, des sols productifs et des ressources naturelles et énergétiques qui permettent le développement social et économique. Ces écosystèmes sains contribuent à atténuer les impacts du changement climatique, tout en soutenant une économie verte, en créant des opportunités d’emploi et en améliorant la biodiversité.

Changement climatique et Environnement
Alimentation et Ressources naturelles

De nombreuses espèces végétales et animales sont gravement menacées par l’extension urbaine, l’agriculture intensive, la pollution, les espèces invasives et le changement climatique résultant des activités humaines. Selon les estimations de l’Union internationale pour la conservation de la nature, jusqu’à 25% des espèces animales européennes sont actuellement menacées d’extinction.

Considérer la situation dans son ensemble

La plateforme intergouvernementale sur la biodiversité et les services écosystémiques (IPBES) des Nations unies a mis au point une évaluation mondiale de l’état de la nature, des écosystèmes et des contributions de la nature aux sociétés. Cette évaluation prouve la tendance mondiale au déclin de la biodiversité et en identifie les causes. La recherche européenne contribue aux évaluations de l’IPBES en apportant connaissances et expertise. La stratégie de l’UE en faveur de la biodiversité à l horizon 2020 vise à enrayer la perte de biodiversité et de services écosystémiques dans l’UE, ainsi qu’à réduire la perte de biodiversité mondiale grâce à six objectifs et vingt actions. Une stratégie post-2020 est en cours d'élaboration. Les objectifs impliquent l’engagement à protéger les espèces et les habitats, maintenir et restaurer les écosystèmes et atteindre une agriculture et une sylviculture plus durables. En outre, ils rendront la pêche plus durable, offriront une meilleure santé pour les océans, lutteront contre la diffusion d’espèces étrangères et aideront à prévenir la perte de plantes et d’animaux dans le monde entier. L’UE et les États membres affectent des ressources financières significatives à la conservation de la biodiversité. En 2016, les dépenses liées à la biodiversité de l’UE ont été estimées à 13 milliards d’euros, c.-à-d. 9% du budget total. Les investissements de l’UE en recherches liées à la biodiversité dans le cadre d’Horizon 2020 représentent jusqu’à 1,7 milliard d’euros.

La recherche de l’UE sur le devant de la scène

Ce Results Pack CORDIS se concentre sur 11 projets financés dans le cadre des programmes de recherche Horizon 2020 et 7e PC de l’UE. Ces projets prouvent le besoin de recherches relatives aux services écosystémiques et à la biodiversité afin de garantir le développement durable de l’Europe et leur pertinence pour les objectifs politiques mondiaux, actuels et futurs. L’initiative BiodivERsA3 a cartographié les projets de recherche et le financement en matière de biodiversité dans toute l’Europe et a financé toute seule des appels de recherche, renforçant la coopération entre les programmateurs et les investisseurs des recherches et obtenant une meilleure efficacité des ressources. Le projet ESMERALDA a créé des stratégies innovantes pour faciliter la cartographie régionale, nationale et européenne destinée à l’évaluation efficace des écosystèmes et de leurs services. ECOPOTENTIAL a élaboré des outils pour connecter les techniques d’observation de la Terre avec des mesures sur le terrain afin d’étudier les écosystèmes et de mieux gérer les zones protégées comme les parcs nationaux, le patrimoine mondial de l’UNESCO, le réseau Natura 2000 et les écosystèmes marins. Parallèlement, AfricanBioServices entendait faire le lien entre la biodiversité, les fonctions et les systèmes écosystémiques de la région du Serengeti-Mara en Afrique orientale et les changements politiques et socio-économiques. AQUACROSS a permis d’améliorer les connaissances sur la gestion des écosystèmes pour renforcer la résilience des écosystèmes aquatiques et enrayer la perte de biodiversité. Les zones humides sont les écosystèmes qui présentent le taux de perte le plus élevé du monde entier. Le projet SWOS a développé un service d’informations et de surveillance destiné aux écosystèmes des zones humides fondé sur les satellites Sentinel de l’Agence spatiale européenne. OPERAS et OPENNESS ont prouvé la valeur des écosystèmes pour les sociétés en étudiant des cas exemplaires et en constituant des communautés de pratique. Le portail de ressources Oppla contient tous les outils et les études de cas sur les services écosystémiques et le capital naturel générés par ces deux projets. INSPIRATION a élaboré un agenda stratégique de recherche sur la terre et le sol pour continuer à fournir des services écosystémiques essentiels et commencer à inverser la perte de biodiversité liée à l’utilisation des sols. Le projet BIG4 a étudié les quatre plus grands groupes d’insectes, représentés par les scarabées, les abeilles, les mouches et les papillons, et les services qu’ils pourraient fournir, en combinant la génomique, la phylogénétique, l’informatique, la taxonomie, la publication de biodiversité sémantique et les sciences citoyennes. Toutes ces données sont stockées dans des bases de données du monde entier, et des outils informatiques s’avèrent nécessaires pour comprendre et prédire les changements de la biodiversité. GLOBIS-B vise à établir une coopération mondiale parmi les infrastructures de recherche pour fournir des services en vue de déployer les données destinées à des applications spécifiques.