CORDIS
Résultats de la recherche de l’UE

CORDIS

Français FR

Actualités

Français FR

Un boursier du Conseil européen de la recherche reçoit le prix Nobel de physiologie ou médecine

Sir Peter J. Ratcliffe et deux autres scientifiques ont été annoncés gagnants pour leurs recherches sur la façon dont les cellules détectent et s’adaptent aux niveaux d’oxygène. Leurs découvertes ont pu aider à développer de nouveaux traitements pour différentes maladies.

© sanjaya viraj bandara, Shutterstock

Sir Peter J. Ratcliffe, le professeur William G. Kaelin Jr de l’Université Harvard et le professeur Gregg L. Semenza de l’Université Johns Hopkins ont remporté conjointement le prix Nobel de physiologie ou médecine 2019 «pour leurs découvertes sur la façon dont les cellules détectent et s’adaptent à la disponibilité en oxygène», comme l'indique un communiqué de presse publié sur le site officiel du prix Nobel. «Les découvertes décisives des lauréats du prix Nobel de cette année ont révélé le mécanisme de l’un des processus d’adaptation les plus essentiels de la vie. Ils ont posé les bases de notre compréhension sur la façon dont les niveaux d’oxygène affectent le métabolisme cellulaire et les fonctions physiologiques.» Le professeur Ratcliffe est directeur du Target Discovery Institute au sein du département de médecine Nuffield de l’Université d’Oxford et directeur de la recherche clinique au Francis Crick Institute de Londres. Le lauréat a commenté sa victoire dans un communiqué de presse de l’Université d’Oxford: «Je suis honoré et ravi de cette nouvelle. J’ai reçu un grand soutien de tellement de gens au fil des années. C’est un hommage au laboratoire, à ceux qui m’ont aidé à le mettre sur pied et qui ont travaillé avec moi sur le projet au fil des années, à beaucoup d’autres sur le terrain, et surtout à ma famille pour leur patience face à tous les hauts et les bas.»

Combattre les maladies

Carlos Moedas, membre de la Commission chargé de la recherche, de la science et de l’innovation, a déclaré dans un article publié sur le site web du Conseil européen de la recherche (CER): «Je suis fier de dire que le financement de l’UE a permis à l’un des lauréats du prix Nobel de cette année de mieux comprendre comment les cellules s’adaptent aux changements des niveaux d’oxygène, ce qui est essentiel pour lutter contre un grand nombre de maladies auxquelles notre société fait face.» Selon le même article, le professeur Ratcliffe a reçu une subvention avancée du CER en 2008 avec le professeur Christopher J. Schofield. «Le but de leur projet était d’étudier les protéines impliquées dans la détection de l’oxygène dans les cellules, à savoir les hydroxylases du facteur inductible par hypoxie (HIF).» La subvention du CER a aidé les deux scientifiques à étudier «comment les cellules détectent et signalent l’hypoxie, c’est-à-dire de faibles niveaux d’oxygène». Ils ont mené leurs recherches dans le cadre du projet MOOSE (Molecular Mechanism of Oxygen Sensing by Enzymes), financé par l’UE et mené entre 2009 et 2014. Dans le résumé du rapport final CORDIS, les professeurs Ratcliffe et Schofield ont expliqué l’objectif de leur travail interdisciplinaire: «Nos objectifs étaient d’approfondir notre compréhension de base de la réponse hypoxique et de permettre des efforts pharmaceutiques concernant sa manipulation.» L'article du CER indique: «Le projet a réussi à fournir une caractérisation structurelle et chimique détaillée des enzymes hydroxylases humaines, et a également conduit au développement d’inhibiteurs de ces enzymes. Moduler la réponse des cellules à l’hypoxie pourrait à l’avenir être thérapeutique dans les maladies ischémiques et le cancer.» Un document de référence scientifique explique en détail le rôle du HIF dans les travaux des trois lauréats du prix Nobel et d’autres chercheurs. Il souligne également l’importance du HIF pour un large éventail d’applications en médecine et en pharmacologie. «L’augmentation pharmacologique de la fonction HIF peut aider au traitement d’un large éventail de maladies, car il a été démontré que la fonction HIF est essentielle pour des phénomènes aussi divers que la fonction immunitaire, la formation du cartilage et la guérison des plaies.» Le document explique également: «A l’inverse, l’inhibition de la fonction HIF pourrait également avoir de nombreuses applications: des niveaux accrus de HIF sont observés dans de nombreux cancers ainsi que dans certaines maladies cardiovasculaires, notamment les AVC, les crises cardiaques et l’hypertension pulmonaire.» Pour plus d’informations, veuillez consulter: projet MOOSE

Pays

Royaume-Uni