Skip to main content

Article Category

Actualités

Article available in the folowing languages:

Tendances scientifiques: Les garçons sont-ils vraiment meilleurs en maths? Une nouvelle étude l’infirme

Des scientifiques ont constaté que les jeunes filles et garçons présentaient les mêmes aptitudes en mathématiques.

Recherche fondamentale

Cela fait des années que le milieu universitaire tente de briser le mythe selon lequel les domaines des sciences, de la technologie, de l’ingénierie et des mathématiques (STEM) ne sont pas faits pour les femmes, et ce, en raison d’insuffisances biologiques au niveau de leurs aptitudes en mathématiques. Même le secteur industriel a déployé des initiatives et des projets innovants visant à remédier à la sous-représentation des femmes dans les STEM. Selon une étude publiée dans la revue «Science of Learning», filles et garçons ont un cerveau similaire et des aptitudes égales en mathématiques. L’équipe de recherche a utilisé un scanner d’imagerie par résonance magnétique afin de mesurer l’activité cérébrale de 104 enfants âgés de 3 à 10 ans, dont 55 filles. Ils ont visionné une vidéo pédagogique couvrant des concepts mathématiques, comme le comptage et l’addition. L’équipe a ensuite comparé tous les résultats générés par les scanners.

Les filles moins bonnes en maths? Ça ne tient pas debout!

Afin de comparer l’activité cérébrale des enfants à celle des adultes, les neuroscientifiques ont invité 38 hommes et 25 femmes à visionner les mêmes vidéos. Aucune différence n’a été observée entre les fonctions cérébrales ou le développement des enfants. Le cerveau des garçons et des filles était sollicité de manière égale, traitait l’information de la même manière et ne présentait aucune différence majeure. L’équipe a également analysé les résultats d’un test de capacité en mathématiques réalisé par 97 enfants âgés de 3 à 8 ans, dont 50 filles. Les deux sexes ont obtenu des résultats comparables, quel que soit leur âge. «La science ne valide pas les croyances populaires», a déclaré Jessica Cantlon, auteure principale et professeure en neurosciences du développement à l’Université Carnegie Mellon, aux États-Unis. «Nous avons constaté que le cerveau des enfants fonctionnait de la même façon quel que soit leur sexe, ce qui nous donne bon espoir de redéfinir les attentes de ce que les enfants peuvent accomplir en mathématiques.»

À qui la faute?

Les idées préconçues sur les aptitudes en mathématiques véhiculées par la société et la culture éloignent-elles les filles et les jeunes femmes des disciplines STEM? Les éducateurs et les familles envoient-ils des signaux subconscients aux enfants sur les attentes liées à leurs capacités? «La socialisation typique peut exacerber de petites différences entre les garçons et les filles qui peuvent avoir un effet “boule de neige” quant à la façon dont nous traitons leurs capacités dans le domaine des sciences et des mathématiques», explique la professeure Cantlon. «Nous devons être conscients de ces origines pour veiller à ce que nous ne soyons pas la cause des inégalités entre les sexes.» «Il ne s’agit pas uniquement du fait que les garçons et les filles utilisent le réseau mathématique d’une manière identique, nous avons également constaté des similitudes évidentes dans toutes les parties du cerveau», a déclaré Alyssa Kersey, chercheuse postdoctorale du département de psychologie de l’Université de Chicago, à «Newsweek». «Cela nous rappelle que les similitudes entre les êtres humains sont beaucoup plus nombreuses que leurs différences.» Les recherches tirent parti des résultats de l’étude de la professeure Cantlon et de son équipe en 2018, et ont examiné les données relatives à la performance aux tests de 500 filles et garçons. Aucune différence n’a été constatée au niveau de leurs capacités quantitatives ou mathématiques à un stade précoce. Cela laisse entendre que filles et garçons sont préparés à armes égales au raisonnement mathématique pendant la petite enfance.

Pays

États-Unis