Skip to main content

Article Category

Actualités

Article available in the folowing languages:

Le saumon d’élevage serait‑il menacé? L’impact de la hausse des températures des océans sur la production du saumon en Atlantique

Des chercheurs ont étudié l’impact du changement climatique sur la salmoniculture. Leurs travaux aideront à planifier des mesures d’adaptation.

Alimentation et Ressources naturelles

Selon un rapport de l’Observatoire européen du marché des produits de la pêche et de l’aquaculture (EUMOFA), l’année 2017 a marqué la fin d’une excellente décennie pour la production aquacole dans l’UE grâce à la production accrue d’espèces de valeur élevée, telles que le saumon et le bar. Ce même rapport stipule également qu’en 2015, la consommation mondiale de poissons par habitant avait augmenté de 8 % par rapport à 2005, l’Asie enregistrant la croissance la plus élevée, suivie par l’Europe. Une nouvelle hausse de la consommation de poissons et de crustacés étant attendue et le changement climatique affectant rapidement la pêche et les habitats, il est indispensable d’analyser la dynamique de la production halieutique et aquacole. Le projet ClimeFish, financé par l’UE, aborde cette question pour aider les régulateurs, les producteurs de poisson et les aquaculteurs à prévoir le changement climatique, à s’y préparer et à s’y adapter. Partiellement soutenue par ClimeFish, une équipe de chercheurs a découvert que depuis les années 1980, les températures des océans sur la côte norvégienne ont augmenté de 1 ºC en moyenne, comme l’indiqué un article de Nofima, partenaire du projet. Les chercheurs ont prédit de nouvelles hausses au cours des prochaines décennies, ce qui causera vraisemblablement des problèmes pour l’élevage de saumons. Selon l’EUMOFA, le saumon représente le troisième poisson d’élevage le plus consommé dans l’UE. L’équipe a étudié l’impact de différents scénarios d’évolution des température sur l’élevage du saumon, en couvrant 13 régions de production en Norvège pour chaque décennie comprise entre 2010 et 2069. Citée dans ce même article, la Dre Elisabeth Ytteborg, scientifique chez Nofima, indique: «Même dans le cadre du scénario le plus doux, nous constatons que la hausse des températures des océans peut s’avérer problématique pour le saumon.» Les conclusions de cette étude ont été publiées dans la revue «Aquaculture». «Même si cette étude a choisi de se concentrer sur l’exemple des températures, elle s’avère également pertinente pour les autres variables climatiques. Les conclusions peuvent également s’appliquer à l’ensemble des types d’aquaculture, notamment en eau douce, ainsi qu’à la pêche côtière et aux autres activités aquatiques.» Selon les chercheurs, «les sorties des modèles climatiques doivent être évaluées et calibrées en fonction des conditions locales pour être pertinentes pour les nombreuses décisions de gestion et de planification de l’aquaculture, pour l’analyse d’impact du changement climatique et pour les stratégies d’adaptation au climat. Dans le cas contraire, les plans et les mesures d’adaptation pourraient ne pas être appropriés ou ne pas s’avérer efficaces, voire même s’avérer involontairement trompeurs.» Les chercheurs concluent: «Nos recherches indiquent clairement que les conditions à échelle locale doivent être prises en compte, en utilisant les projections climatiques résolues au niveau local, pour développer des plans d’adaptation utiles afin de répondre à la demande croissante en fruits de mer dans un contexte climatique changeant.»

Des seuils de températures

Leur étude insiste sur le fait que pour une croissance et une ration alimentaire optimales du saumon, la température idéale de l’eau se situe entre 8 et 14 ºC, tandis qu’à des températures supérieures à 20 ºC, la croissance est interrompue et le taux de mortalité augmente. La Dre Ytteborg a déclaré dans ce même article: «Les nouvelles technologies, un élevage axé vers une tolérance accrue des températures et des alternatives en matière d’emplacements aquacoles figurent parmi les solutions qui pourraient aider à maintenir les poissons en bonne santé.» Elle ajoute: «Lorsqu’il s’agit de déterminer les mesures que nous devrions mettre en œuvre, nous ne savons toujours pas dans quelle mesure le saumon d’élevage réagira face à des températures plus élevées, une acidification accrue des océans et une diminution de l’oxygène. Nos recherches ont révélé des manques de connaissance notables en termes de jeu de données disponibles et en ce qui concerne la biologie du saumon.» Le projet ClimeFish (Co-creating a decision support framework to ensure sustainable fish production in Europe under climate change), toujours en cours, «aidera à s’assurer que la production accrue de fruits de mer se déroule dans les domaines et pour les espèces pour lesquels il existe un potentiel de croissance durable», comme l’indique le site web du projet. Pour plus d’informations, veuillez consulter: site web du projet ClimeFish

Pays

Norvège