Skip to main content

Article Category

Actualités

Article available in the folowing languages:

Tendances scientifiques: Parler comme un égyptien: À quoi ressemble le son d’une momie

Des scientifiques ont recréé la voix d’une momie vieille de 3 000 ans.

Recherche fondamentale

Les morts ne peuvent pas encore parler, mais ils peuvent au moins émettre un son. Une étude publiée dans la revue britannique «Scientific Reports» révèle ce à quoi aurait ressemblé la voix d’un prêtre égyptien de haut rang momifié et dénommé Nesyamun. Grâce à l’impression 3D de son appareil vocal, une équipe de recherche des universités de Londres et d’York, et du musée de la ville de Leeds a reproduit avec précision un son unique ressemblant aux voyelles «ah» et «eh» prononcés dans les mots [anglais] «bad» et «bed». L’article de la revue comporte un court extrait de la voix de Nesyamun, qui a été reproduite sous la forme d’un son semblable à une voyelle.

Faire parler la momie

Après 3 000 ans, l’appareil vocal de Nesyamun était en excellent état, mais les muscles de sa langue étaient absents. La langue est indispensable pour parler, car elle modifie les sons que nous émettons. «Il ne peut assurément pas parler pour le moment», a indiqué David Howard, auteur principal et intervenant scientifique à l’université de Londres, au «New York Times». «Mais je pense qu’il est parfaitement plausible de suggérer qu’il sera possible, un jour, de produire des mots qui se rapprochent autant que possible des mots prononcés de son vivant.» Le Dr Howard espère utiliser le logiciel informatique pour estimer des caractéristiques telles que la taille de la langue et ses mouvements, ainsi que la position de la mâchoire. «Cela se conclura naturellement de la sorte», a déclaré Katherine Baxter, co‑auteure et conservatrice en archéologie au musée de la ville de Leeds, là où était exposé Nesyamun. «Pourrions‑nous faire réellement parler Nesyamun en lui faisant prononcer ses mots originaux écrits sur son cercueil?» Les chercheurs ont eu recours à la tomodensitométrie pour créer une version imprimée 3D de la bouche et de la gorge de la momie. Ils l’ont associée à un larynx électronique pour reconstruire «le son qui serait sorti de son appareil vocal s’il était dans son cercueil et que son larynx était revenu à la vie», a expliqué le Dr Howard. «La nature même du processus de momification s’est ici avérée essentielle», a indiqué Joann Fletcher, co‑auteur et professeur d’archéologie à l’université d’York. «La qualité superbe de préservation obtenue grâce au travail des anciens embaumeurs signifiait que l’appareil vocal de Nesyamun est toujours en excellent état.»

Une voix ancienne qui perdurera

Dans le cadre de ses principes religieux, Nesyamun souhaitait que sa voix puisse être entendue à perpétuité. «C’est en fait écrit sur son cercueil, c’était ce qu’il souhaitait», a déclaré John Schofield, co‑auteur et professeur d’archéologie à l’université d’York, à la «BBC». «D’une certaine façon, nous avons exaucé ce souhait.» Cette initiative est considérée comme la première du genre à recréer avec efficacité la voix d’une personne décédée par le biais de moyens artificiels. Les chercheurs aspirent à employer des modèles informatiques pour reconstruire des phrases entières avec la voix de Nesyamun. Si jamais vous vous trouvez dans la ville de Leeds, n’oubliez pas de visiter la toute dernière demeure de Nesyamun. Depuis son arrivée en 1823, il n’a cessé de fasciner des générations de visiteurs. Pourquoi ne pas écouter sa voix recréée pendant cette visite? C’est ce qu’il aurait voulu.

Pays

Royaume-Uni