Skip to main content

Article Category

Article available in the folowing languages:

Des satellites d’observation de la Terre mesurent les perturbations forestières

Les écosystèmes des forêts tropicales sont essentiels pour stabiliser le climat mondial, protéger les bassins versants, maintenir la biodiversité et fournir une source de subsistance à une part considérable de la population mondiale. Une initiative financée par l’UE a donc amélioré les applications de données d’observation de la Terre (OT) pour suivre et gérer les forêts tropicales.

Alimentation et Ressources naturelles

Les programmes nationaux de politique forestière et les programmes Zéro Déforestation (ZD) nécessitent des systèmes de suivi qui recourent à des indicateurs de perturbation afin de déterminer la déforestation et la dégradation des forêts ainsi que les changements survenant dans la biomasse ligneuse aérienne. Toutefois, plusieurs défis techniques doivent être surmontés pour fournir des services opérationnels de suivi des forêts tropicales humides et sèches, comme la présence de nébulosité persistante dans les régions tropicales, qui affecte l’utilisation efficace des données optiques d’OT. Les effets saisonniers dans les écosystèmes des forêts tropicales sèches, comme la chute des feuilles durant la saison sèche, associés à la disponibilité limitée de couvertures de données OT multi-saisonnières influencent également la qualité et le rapport coût-efficacité des systèmes de suivi. Cependant, cette situation a radicalement changé depuis la disponibilité des données des satellites Sentinelle du programme européen Copernicus, qui fournissent les données radar et optiques à haute fréquence et haute résolution requises. Le projet EOMonDis, financé par l’UE, a mis au point des services opérationnels de suivi des forêts tropicales basés sur l’OT afin de fournir aux pays et à un large éventail d’utilisateurs des informations précises et actualisées sur les forêts. «Cette initiative soutient particulièrement les pays qui mettent en œuvre le processus politique de la Convention-cadre des Nations unies sur les changements climatiques – Réduction des émissions résultant du déboisement dans les pays en développement (CCNUCC REDD+) ainsi que les parties prenantes impliquées dans la mise en œuvre des engagements envers la ZD», explique Thomas Häusler, coordinateur du projet.

Un meilleur suivi

Les chercheurs se sont intéressés à l’amélioration des systèmes de suivi des forêts, contribuant considérablement à la gestion durable de l’environnement en fournissant des données quantitatives sur la perte de forêt et les changements dans l’utilisation des sols. Ces informations sont nécessaires pour mettre en œuvre plusieurs politiques environnementales comme le forum des Nations unies sur les forêts, le processus de la CCNUCC REDD+ et la Convention des Nations unies sur la diversité biologique, ainsi que les stratégies et politiques nationales et régionales relatives aux forêts. Le suivi des forêts et la politique REDD+ sont également intégrés dans l’accord de Paris de 2015; en outre, l’accord exige des pays qu’ils préparent leurs activités de réduction des gaz à effet de serre dans un calendrier post-2020 dans le cadre de leurs contributions déterminées au niveau national (CDN). «Dans ce contexte, la plupart des pays en développement ont intégré la REDD+ dans leurs CDN, ce qui offre davantage d’opportunités d’utiliser à bon escient les résultats du projet actuel pour mettre en œuvre la politique et gérer globalement de manière durable les ressources naturelles des pays», poursuit M. Häusler.

Des produits personnalisés

Les fournisseurs du service EOMonDis et les partenaires de la recherche ont collaboré pour surmonter les défis existants dans le suivi des forêts tropicales en intégrant des séries temporelles denses issues des systèmes de capteurs optiques et radar, en particulier des satellites Sentinelle du programme européen Copernicus. Les scientifiques ont développé et testé ces techniques et les ont démontrées sur des sites sélectionnés au Cameroun, au Gabon, au Malawi et au Pérou. Les réactions des utilisateurs face à ces démonstrations ont servi de base pour améliorer et personnaliser les produits et la plateforme de service. «EOMonDis est désormais prêt à fournir des produits personnalisés de suivi des forêts en vue de leur déploiement, comme des cartes de couverture des forêts et d’utilisation des sols, des cartes de perturbation des forêts en temps quasi-réel et des produits de changements respectifs», conclut M. Häusler.

Mots‑clés

EOMonDis, forêt, REDD+, perturbation des forêts, Observation de la Terre, Sentinelle, CCNUCC, Convention-cadre des Nations unies sur les changements climatiques, accord de Paris

Découvrir d’autres articles du même domaine d’application