Skip to main content

Article Category

Article available in the folowing languages:

Un nouvel aperçu des conséquences de l’implantation de pompes cardiaques artificielles

La survie d’un nombre croissant de patients souffrant d’insuffisance cardiaque (IC) dépend des dispositifs d’assistance ventriculaire gauche (DAVG) à débit continu. Afin de comprendre les risques associés aux DAVG, des scientifiques ont étudié les profils uniques de débit sanguin et de pression artérielle des patients souffrant d’IC et auxquels a été implanté un DAVG.

Santé

La transplantation cardiaque est la thérapie privilégiée et la plus fructueuse pour les patients souffrant d’une IC avancée, mais une pénurie de cœurs de donneurs disponibles pose une limite significative à cette intervention salvatrice. Depuis l’introduction des DAVG, les taux de survie des patients souffrant d’IC se sont grandement améliorés. Ces patients présentent cependant un risque élevé d’accident vasculaire cérébral et d’hémorragie digestive, très probablement en raison du faible débit pulsé et de la faible pression de sortie des DAVG.

Une mesure continue de la pression artérielle et du débit sanguin des patients équipés d’un DAVG

Il y a lieu de se demander si les hommes ont besoin d’une circulation pulsée pour avoir une santé optimale. Il est par conséquent essentiel de comprendre comment la pression artérielle unique du DAVG et ses configurations du débit, appelées hémodynamique, interagissent dans l’ensemble de la circulation. Avec le soutien du programme Marie Skłodowska-Curie, les scientifiques du projet HIT-LVAD ont travaillé sur la résolution de ce problème en recueillant des données du débit sanguin macro et microvasculaire chez des patients auxquels était implanté un DAVG. Une étude collaborative avec le Centre médical Irving (CUIMC) de l’université de Columbia, qui est le centre médical numéro un dans le monde et possède l’un des plus grands programmes de DAVG, a permis à Eric Stöhr, chercheur titulaire d’une bourse Marie Skłodowska-Curie de la Cardiff Metropolitan University, de se rendre à la CUIMC pour recruter la plus grande cohorte de patients équipés d’un DAVG à ce jour et mesurer leur débit sanguin et leur pression artérielle. «L’objectif était de comprendre les conséquences physiologiques du fait d’avoir un DAVG et de retransférer cette connaissance et cette expertise vers l’Europe où bon nombre de ces patients reçoivent également cette thérapie», explique-t-il. Le projet HIT-LVAD a généré la plus grande base de données au monde sur le débit sanguin et la pression artérielle de patients équipés d’un DAVG. Il a développé et validé un nouveau dispositif capable de mesurer la pression artérielle (PA) pendant plus de 24 heures chez des patients équipés d’un DAVG. Cette avancée pourrait aider les cliniciens à améliorer la précision diagnostique de la mesure de la TPA même la nuit, et elle a permis de parvenir à une comparaison plus précise de la pression artérielle des individus sains. Le projet HIT-LVAD a également révélé que les patients équipés d’un DAVG présentent un débit sanguin différent dans les petites artères en comparaison avec les autres humains, contestant ainsi la perception actuelle dans le domaine de la dynamique des débits sanguins macro et microvasculaires. Ce projet apporte par conséquent une vision plus globale du débit sanguin et de la PA chez les patients équipés d’un DAVG, avec des conséquences importantes pour la prise en charge médicale.

Impact de HIT-LVAD et perspectives d’avenir

«L’essai mené par HIT-LVAD a apporté au domaine de la médecine une compréhension physiologique des profils de débit et de pression réellement transmis par les DAVG dans la microcirculation, qui pourrait potentiellement expliquer les lésions microvasculaires observées chez ces patients», souligne Barry McDonnell, superviseur de l’essai. Ces découvertes amélioreront la compréhension des cliniciens du statut de santé général de leurs patients, en permettant de développer une thérapie par DAVG et une surveillance de la PA améliorées chez ce groupe de patients. L’équipe de HIT-LVAD met actuellement au point un nouveau sphygmomanomètre de pointe spécifiquement pour les patients équipés d’un DAVG. Les plans futurs incluent un suivi et une surveillance des résultats des patients équipés d’un DAVG déjà évalués, afin de comprendre et de mieux prévoir les risques à l’avenir. Avec une population toujours plus vieillissante, les estimations actuelles prédisent que l’IC pourrait devenir la maladie à plus forte prévalence dans le monde. En prévision de l’avenir, M. Stöhr est convaincu que «le projet HIT-LVAD apporte de nouvelles informations essentielles qui amélioreront la compréhension, la surveillance et le traitement des patients, actuels et à venir, équipés d’un DAVG».

Mots‑clés

HIT-LVAD, dispositifs d’assistance ventriculaire (DAV), insuffisance cardiaque (IC), pression artérielle, hémodynamique

Découvrir d’autres articles du même domaine d’application