Skip to main content

Article Category

Article available in the folowing languages:

Un calculateur en ligne vous indique comment aider l’Europe dans sa lutte contre le réchauffement climatique

Si vous vous êtes déjà demandé ce que vous pourriez mettre en place, en tant que citoyen, chef d’entreprise ou décideur européen, pour aider l’UE dans ses efforts pour contenir le réchauffement climatique, EUCalc a l’outil qu’il vous faut. Son explorateur de scénarios intuitif prend en compte tous les moteurs du changement climatique pour suggérer des solutions efficaces.

Changement climatique et Environnement

L’ampleur des changements nécessaires pour limiter le réchauffement climatique bien en deçà de 2 °C pourrait facilement faire tourner la tête à tout le monde. Le nombre de scénarios, d’options technologiques, de changements comportementaux et de réformes politiques sur la table n’aide certainement pas. Mais que se passerait-il si nous pouvions simplement nous rendre sur un site web, définir un objectif de réchauffement, fixer ce que nous considérons comme la juste part de l’Europe dans l’effort mondial, et voir exactement ce qu’il faudrait mettre en place pour y parvenir? Un tel outil existe, et il a été développé dans le cadre du projet EUCalc (EU Calculator: trade-offs and pathways towards sustainable and low-carbon European societies) financé par l’UE.

Présentation du calculateur EUCalc

Le «Transition Pathways Explorer» du projet commence par deux questions simples mais cruciales. Voulez-vous limiter l’augmentation de la température à 1,5 ou 2 °C d’ici 2050, et la part de l’Europe dans les efforts à déployer devrait-elle être calculée en fonction du nombre d’habitants ou de ses capacités? Si le premier calcul détermine l’effort de l’Europe selon sa population, le second tient compte de son PIB supérieur à la moyenne pour établir sa juste contribution aux efforts. À partir de là, les utilisateurs accèdent à un certain nombre de graphiques interactifs présentant les efforts à déployer dans 60 secteurs d’action. Ils peuvent obtenir des informations sur les avantages globaux des mesures prises en Europe et vérifier les scénarios dans lesquels le reste du monde lui emboîte ou non le pas. De plus – et c’est une première pour ce type de calculateurs – les résultats utilisent des calculs de pointe du potentiel de réchauffement global (PRG) pour prendre en compte les émissions de différents gaz et les convertir en équivalents CO2 en termes d’impact sur le climat.

Des informations pour tous

«L’avantage du calculateur est qu’il ne se contente pas de tenir compte des changements technologiques», explique Juergen Kropp de l’Institut de Potsdam pour la recherche sur l’impact climatique, et coordinateur d’EUCalc. «Nous savons que les progrès technologiques ne suffisent pas à eux seuls pour atteindre le niveau zéro en 2050, c’est pourquoi EUCalc examine systématiquement le rôle des changements de mode de vie pour soutenir la décarbonation de l’Europe.» Cet outil est précieux pour toutes les parties prenantes qui recherchent des mesures appropriées et souhaitent connaître l’impact de celles-ci sur le réchauffement climatique. Il génère des résultats en temps réel, répondant aux niveaux d’ambition des utilisateurs. Supposons, par exemple, que votre objectif soit de décarboner le secteur agroalimentaire. Grâce à EUCalc, vous pouvez étudier différents modèles alimentaires et scénarios d’utilisation des terres, envisager des options d’intensification et d’extensification, identifier clairement les avantages et les inconvénients de chaque option, et même estimer les compromis et les co-avantages avec d’autres décisions qui seraient prises, par exemple, dans le secteur de l’énergie. M. Klopp explique: «Cette approche aide les acteurs à aller au-delà des vues unilatérales (ou sectorielles) sur le problème du réchauffement climatique.» Pour que chacun puisse utiliser son modèle et ses outils, l’équipe EUCalc les a conçus pour être d’une complexité intermédiaire, avec une version spécifique destinée à atteindre les jeunes. Cela permet de fournir des indicateurs très concrets auxquels les citoyens peuvent s’identifier – tels que la distance parcourue chaque année, le nombre de passagers dans une voiture, les heures passées devant un écran ou la quantité de nourriture gaspillée – tout en fournissant une base de travail aux décideurs. Pour le premier groupe, EUCalc est un peu une révélation. Pour les personnes tentées de marginaliser l’importance des actions individuelles, les résultats du projet montrent que des changements ambitieux dans les modes de vie pourraient en fait permettre de réduire les émissions de gaz à effet de serre (GES) de respectivement 40 % et 60 % d’ici 2030 et 2050. Pour les décideurs des secteurs économiques responsables du changement climatique, le projet fournit également d’importants éléments de réflexion. Ainsi, il nous apprend que si le secteur industriel introduisait toute la gamme des technologies de réduction des GES, par exemple la production chimique à base d’hydrogène, la production de ciment à faible teneur en carbone et un bouquet d’énergies renouvelables, cela pourrait conduire à une réduction de 90 % des émissions de GES par rapport à un scénario de statu quo. Au final, M. Kropp insiste sur le rôle du comportement des citoyens et espère que le projet permettra d’explorer un ensemble plus large d’options de décarbonation. «De manière globale, je dirais que la véritable neutralité carbone ne peut être atteinte que par une action concertée dans l’ensemble de l’économie, car des solutions évidentes dans un secteur peuvent créer des effets secondaires négatifs dans d’autres secteurs. C’est l’un des principaux défis de la planification future de la durabilité», conclut-il.

Mots‑clés

EUCalc, réchauffement climatique, calculateur en ligne, explorateur de scénarios, citoyens, changements de mode de vie, changement climatique, décarbonation

Découvrir d’autres articles du même domaine d’application