Skip to main content

Article Category

Article available in the folowing languages:

Diagnostiquer la maladie d’Alzheimer cachée

Une proportion importante de patients atteints de la maladie d’Alzheimer (MA) ne sont pas diagnostiqués ou le sont à un stade avancé de la maladie. Grâce à une série d’initiatives, le projet MOPEAD veut contribuer à son diagnostic rapide.

Santé

De nouvelles preuves indiquent que le diagnostic précoce de la MA révèle une fenêtre d’intervention optimale, générant des bénéfices sanitaires, sociaux et économiques considérables.

Des outils de précriblage de la démence

Le projet MOPEAD, financé par l’UE et l’industrie, a conçu quatre stratégies de précriblage pour révéler les cas cachés de démence et sensibiliser le grand public et les professionnels de la santé à l’importance d’un diagnostic précoce des troubles cognitifs. «Les initiatives ont été conçues pour être complémentaires, ciblant différentes populations», explique Mercè Boada, coordinatrice du projet. Ces activités comprenaient une initiative en ligne pour identifier les personnes présentant un risque de démence et une clinique de la mémoire accessible à tous ceux qui s’inquiètent pour leur mémoire. Le projet a également développé des protocoles pour la détection précoce du déclin cognitif dans les cabinets de soins primaires ou les unités tertiaires de diabétologues. Les personnes présentant un risque de démence identifiées par ces initiatives ont fait l’objet d’une évaluation harmonisée pour obtenir un diagnostic clinique précis. Comme prévu, les initiatives basées sur la population ont recruté des individus plus jeunes avec un meilleur état cognitif que les stratégies basées sur les patients dans les soins primaires ou les cliniques du diabète. La proportion de résultats de précriblage positifs a reflété cette observation, l’initiative en ligne révélant 36 % des cas positifs par rapport à l’initiative de la clinique du diabète qui a révélé 58 % d’individus positifs. Suite à l’évaluation clinique des cas positifs par la clinique du diabète, 84 % des cas ont été confirmés. Il est intéressant de noter que le nombre de personnes qui ont participé à l’initiative Web seule était supérieur à la somme de toutes les autres initiatives réunies. Cela a clairement indiqué la puissance des solutions numériques dans la prise en charge des déficits cognitifs. Néanmoins, le choix de la stratégie de précriblage de la démence dépend des objectifs spécifiques, des caractéristiques de la population cible et des ressources disponibles. «Bien que le budget puisse fortement limiter la mise en œuvre d’une combinaison de ces stratégies, il est essentiel de surmonter le problème du sous-diagnostic de la démence», souligne Mercè Boada.

Impact du MOPEAD sur la gestion des maladies

Dans le monde, environ 50 millions de personnes souffrent de démence, et ce nombre devrait augmenter. Un diagnostic tardif signifie des lésions neuronales irréversibles pour lesquelles il n’existe aucun remède. Outre le diagnostic rapide des déficits cognitifs, MOPEAD devrait permettre d’accéder rapidement aux traitements, y compris aux protocoles expérimentaux. Les partenaires ont testé les stratégies MOPEAD dans cinq institutions universitaires européennes différentes, avec des résultats variables. Les efforts visant à normaliser les protocoles de détection précoce de la démence à travers l’Europe amélioreront non seulement la santé des citoyens, mais affecteront également la qualité globale de la recherche sur le terrain en facilitant le recrutement des patients dans les essais cliniques. Cela augmente les chances de trouver de nouveaux traitements efficaces. Alors que les stratégies basées sur la population ont un grand potentiel de précriblage d’un grand nombre de personnes, les stratégies basées sur les patients atteignent les personnes qui visitent régulièrement les services de santé et présentent peut-être davantage de risque de démence. Les activités de diffusion de MOPEAD comme les dépliants pédagogiques et les infographies aideront définitivement à accroître la sensibilisation au problème et à améliorer la gestion de la maladie. En promouvant un changement de paradigme vers un diagnostic plus précoce de la démence, les partenaires espèrent surmonter les obstacles existants qui contribuent au retard du diagnostic, notamment les ressources limitées et la stigmatisation.

Mots‑clés

MOPEAD, démence, diagnostic, précriblage, clinique du diabète, maladie d’Alzheimer

Découvrir d’autres articles du même domaine d’application