Skip to main content

Secured Collaboration Platform for Law Enforcement and First Responders

Article Category

Article available in the folowing languages:

Les communications d’urgence intelligentes vont rendre les talkies-walkies définitivement obsolètes

Une puissante application pour smartphone assure des communications sécurisées entre les services d’urgence et le personnel de sécurité. Elle permet aux équipes sur place de télécharger des images, des séquences vidéo et des données importantes nécessaires à l’évaluation d’une situation qui évolue rapidement.

Économie numérique
Sécurité

Lorsque les équipiers de première intervention arrivent sur le lieu d’une urgence, ils communiquent habituellement avec les autres membres de l’équipe et leur centre de commandement par talkie-walkie. Cependant, ces appareils ont une portée et des fonctionnalités limitées. Le projet CoP1stRespond, financé par l’UE, a développé un système de communication intelligent et doté de nombreuses fonctionnalités, basé sur les téléphones portables et les réseaux existants. Ce système pourrait remplacer les talkies-walkies et diversifier les moyens sécurisés de réception et de transmission des informations pour le personnel de première ligne, pour inclure des images, ce qui est impossible avec les talkies-walkies utilisant uniquement la voix. La plateforme CoP1stRespond utilise des protocoles de chiffrement et d’échange avancés afin d’intégrer des caméras, un GPS et des dispositifs IdO (Internet des Objets) accessibles en temps réel sur n’importe quel smartphone (Android ou iPhone). «Ce système est basé sur le principe “apportez votre équipement personnel de communication”. Mais il est sécurisé», affirme Dan Peleg, directeur général et co-fondateur de GlobeKeeper Tech, la société basée à Tel-Aviv qui a développé le système. «Même lorsqu’ils sont en route vers le lieu en question, les services d’intervention immédiate peuvent recevoir des vidéos sur leurs téléphones portables depuis le terrain, ils savent donc à quoi s’attendre», ajoute M. Peleg. Le système reproduit la simplicité de communication par la voix qu’offre les talkies-walkies. «Il prend en charge le push-to-talk (appuyer pour parler) et également une ligne ouverte. Vous cliquez sur l’écran du smartphone et vous parlez. Lorsque vous arrêtez de parler, la communication s’interrompt», explique M. Peleg. «Si personne ne clique sur le bouton de prise de parole, personne ne peut entendre l’individu disposant de l’application sur son téléphone. Cela réduit le bruit et l’encombrement sur le réseau.» Par contre, n’importe qui peut écouter les messages en ligne des communications radio par talkie-walkie, ce qui n’est pas le cas avec le système intelligent chiffré. «Le défi consiste à mettre à disposition une plateforme la plus sécurisée possible, tout en conservant un fonctionnement en temps réel. Il faut faire des concessions, car le chiffrement nécessite plus de bande passante», observe M. Peleg.

Développement des fonctions

En début du projet, la société avait créé une version de produit minimum viable pour l’application. «Mais, suite à des actions de recherche et de développement, nous avons été en mesure d’intégrer davantage de capacités, comme des caméras, des radios Bluetooth et des oreillettes, puis d’autres caractéristiques qui existent aujourd’hui», explique M. Peleg. «Il existe des centaines de milliers de modèles de caméras et nous devons trouver celles qui sont les plus utilisées, ainsi que les protocoles les plus courants à intégrer à ces dernières. Pour permettre à des drones et des caméras embarquées de diffuser des vidéos sur des téléphones portables, nous devions faire tomber de nombreuses barrières techniques», ajoute-t-il. «Les réseaux mobiles 5G étendront encore davantage les capacités des smartphones et permettront des transferts plus rapides et réactifs de quantités plus importantes de données. Ils permettront de connecter simultanément un plus grand nombre de dispositifs, tels que des capteurs et d’autres systèmes intelligents», constate M. Peleg.

Tests et marketing

Le système a été testé en Europe, avec comme client un organisme de régulation intergouvernemental, partenaire de conception. «Parfois, six organismes différents étaient impliqués dans la même opération et tout devait être enregistré sous une à deux heures», déclare M. Peleg, en faisant référence à différents protocoles et procédures nationaux et spécifiques aux organismes devant être intégrés à une plateforme unique. «Aucun logiciel existant ne permettait de réaliser cela. Il s’agissait d’un problème central que nous devions corriger.» Le financement du projet a également permis à la société d’étudier des prospects commerciaux, ce qui a abouti à la signature de près d’une douzaine de nouveaux partenariats en Europe et en Asie. Elle souhaite maintenant développer sa position sur le marché en proposant une localisation en intérieur. «Aujourd’hui, la plateforme est basée sur la localisation par GPS et principalement utilisée en extérieur, mais à l’intérieur d’un bâtiment, il est indispensable de savoir avec précision dans quelle pièce ou à quel étage on se situe», remarque M. Peleg.

Mots‑clés

CoP1stRespond, urgence, communications, sécurité, smartphone, chiffrement, téléphone portable, caméra embarquée, caméra, 5G, drones, IdO, talkie-walkie

Découvrir d’autres articles du même domaine d’application