Skip to main content

AI that composes complex instrumental music for movies, games, advertising and other types of digital media

Article Category

Article available in the folowing languages:

Des IA composent de la musique pour des jeux vidéo

L’intelligence artificielle affecte de plus en plus notre quotidien, mais l’homme est-il toujours le maître suprême de la créativité? L’outil de composition AIVA pose la question.

Économie numérique

Les progrès de l’intelligence artificielle (IA) sont souvent présentés comme rendant la vie plus facile, plus sûre et plus productive. En tant que telle, l’IA promet de transformer de multiples aspects de la vie quotidienne, de notre façon de voyager à nos façons de travailler et de nous divertir. Le projet AIVA, financé par l’UE, a mis au point un outil de composition par IA, un «moteur musical» connu sous le nom d’AIVA, qui peut être intégré dans des jeux vidéo actuels en proposant une musique sur mesure qui complète l’action de jeu. AIVA est le premier «artiste virtuel» à être reconnu par la SACEM – Société des auteurs, compositeurs et éditeurs de musique et qui représente la rémunération et les droits des auteurs de musique originale. Il a également été la première IA compositrice à se voir commander une œuvre pour les célébrations de la fête nationale au Luxembourg et un hymne pour la ville de Dubaï, tous deux interprétés en 2017. «Un de mes moments préférés a été l’enregistrement d’une œuvre composée par AIVA au légendaire Newman Scoring Stage à Los Angeles», explique Pierre Barreau, coordinateur du projet AIVA et directeur général de AIVA. Le financement de l’UE a permis à l’équipe de réaliser une étude de faisabilité en vue d’un développement ultérieur, en interrogeant des développeurs de jeux, en recueillant et en analysant des données de marché, et en suivant les analyses de l’utilisation de leur produit existant.

L’algorithme acoustique

La création de bandes sonores pour les contenus de divertissement repose encore souvent sur des méthodes de production vieilles de plus de 100 ans, soit les débuts du cinéma et de la radio. Des compositeurs, arrangeurs, orchestrateurs, musiciens, ingénieurs de studio, superviseurs musicaux et éditeurs sont engagés pour créer des bandes sonores originales. Ainsi, la création d’une bande sonore peut prendre jusqu’à 6 mois et coûter jusqu’à 500 000 EUR. Bien que la qualité soit généralement excellente, ces bandes sonores réalisées par des professionnels ne sont pas adaptées à des médias en pleine évolution, comme les jeux vidéos. Le projet AIVA a construit un système d’IA qui utilise l’apprentissage automatique pour se former en lisant plus de 30 000 partitions de musique classique des plus grands compositeurs du monde. Les algorithmes de l’IA recherchent des modèles dans les partitions, afin d’en déduire un ensemble de règles mathématiques adoptées pour créer des compositions originales. Les avantages sont nombreux. Tout d’abord, il est rapide et évolutif. Comme la composition d’une pièce de musique ne prend que quelques secondes, les utilisateurs peuvent rapidement en créer un très grand nombre. Elle est également bon marché, ce qui ouvre le champ à des créateurs de jeux indépendants dont les budgets sont modestes, voire inexistants. AIVA propose des services à différents niveaux de prix, adaptés aux budgets disponibles. «Notre compositeur virtuel est capable de composer une musique pleine d’émotion, et comme l’algorithme réagit à l’action qui se déroule pendant le jeu, elle est également personnalisée», explique Pierre Barreau. La version bêta d’AIVA permet aux utilisateurs qui se sont connectés d’accéder à leur compte en ligne pour créer des musiques originales sous forme de partitions numériques, stockées en fichiers MIDI. Les utilisateurs peuvent éditer leurs morceaux en utilisant la station de travail audio numérique ou le programme de notation d’AIVA. Selon le type de forfait choisi, la propriété intellectuelle des compositions est détenue soit par l’utilisateur, soit par AIVA.

Développer la créativité

«Les retours sont très positifs. Nous continuons à améliorer le produit en tenant compte de la demande des clients et nous proposerons aux créateurs de nouvelles façons d’intégrer AIVA dans leurs créations», ajoute Pierre Barreau. «Nous pensons que l’avancée des algorithmes utilisés à des fins artistiques a le pouvoir de stimuler la créativité des gens.» Actuellement, le développement est axé sur l’augmentation de la qualité et de la diversité des compositions générées avec AIVA. Cela inclut un répertoire élargi de sous-genres, comme le synthwave et le hip-hop, ainsi que de la musique plus adaptée aux goûts des utilisateurs en fonction de leurs préférences précédentes.

Mots‑clés

AIVA, IA, apprentissage automatique, compositions, musique, jeux, algorithme, intelligence artificielle, MIDI, morceaux

Découvrir d’autres articles du même domaine d’application