Skip to main content

Article Category

Article available in the folowing languages:

Des robots personnels à votre service

Les robots sont de véritables piliers de la science-fiction moderne: de l’homme mécanique au corps rond apparu pour la première fois dans Ozma, la princesse d’Oz en 1907, à l’androïde C-3PO le plus connu et apprécié, sans oublier son fidèle acolyte R2-D2. Cependant, les robots ne sont plus l’apanage de la science-fiction.

Économie numérique
Société

Les robots de la vie réelle (certains ayant d’ailleurs été inspirés par des personnages fictifs) ne sont pas une nouveauté. Ils nous accompagnent depuis des décennies. Le premier robot à fonctionnement numérique et programmable a été inventé dans les années 1950. Aujourd’hui, le volume des ventes mondiales de robots industriels a triplé, atteignant 420 000 en 2018. Toutefois, les robots ne sont plus exclusivement confinés aux chaînes de montage des usines. Une nouvelle génération de robots de service, les robots humanoïdes conçus pour aider et interagir avec les personnes de manière très intuitive, est en cours de développement. En tant que robots de soins personnels, ces machines présentent un gigantesque potentiel. Le projet APRIL financé par l’UE, le premier programme Marie Skłodowska-Curie européen de doctorat industriel en réseau de formation innovant (ITN-EID), ouvre la voie aux robots personnels. «L’objectif principal d’APRIL était de créer le Centre européen de doctorat industriel pour la formation interdisciplinaire et intersectorielle en matière de systèmes cognitifs sociaux et du développement, des interactions homme-robot et de la robotique personnelle», affirme Angelo Cangelosi, coordinateur du projet. «Les activités de formation et de recherche ont été organisées autour des quatre piliers que sont l’excellence scientifique, l’innovation technologique, les futurs dirigeants et l’esprit d’entreprise.» Selon Angelo Cangelosi, qui enseigne l’apprentissage automatique et la robotique à l’Université de Manchester, APRIL forme la nouvelle génération de chercheurs en début de carrière (CDC) et crée des synergies stratégiques entre le Centre for Robotics and Neural Systems (CRNS) de l’Université de Plymouth et le AI-Lab du partenaire industriel SoftBank Robotics. Le CRNS est l’un des premiers groupes internationaux dans le domaine des interactions homme-robot, des systèmes cognitifs, de la robotique développementale et des neurosciences computationnelles. SoftBank Robotics conçoit et fabrique des robots interactifs et amicaux sous forme humanoïde (pour favoriser l’interaction sociale).

Recherche et formation couvrant plusieurs institutions et disciplines

Les CDC d’APRIL se sont focalisés sur cinq défis scientifiques et technologiques dans le domaine de la robotique personnelle. La liste a couvert le développement du schéma sensorimoteur, le démarrage émotionnel, l’interaction contingente, la communication ancrée et l’apprentissage profond pour le raisonnement abstrait. Le principal fruit du projet a été la formation interdisciplinaire et pluridisciplinaire des cinq CDC ainsi que celle d’autres doctorants issus des deux institutions. L’autre résultat a été l’organisation d’une série d’évènements de formation pour l’apprentissage automatique et la robotique. Les CDC ayant obtenu leur doctorat travaillent désormais dans des institutions industrielles et de recherche publique. «Cela montre la valeur de la formation intersectorielle pour les doctorants, ainsi que l’impact de leurs travaux dans les champs industriels et universitaires. Les CDC ont tiré parti de détachements ainsi que de sessions complémentaires de formation spécialisée auprès de six sites partenaires associés de l’industrie, du secteur universitaire et des groupes d’utilisateurs de robots», note Angelo Cangelosi. Les projets de recherche doctoraux ont étudié des problématiques scientifiques et technologiques ouvertes et fondamentales. L’une d’entre elles a concerné la cognition incarnée (ou embodiment) et la cognition située. Une autre a porté sur l’apprentissage et l’adaptation du développement. Les projets se sont également intéressés à l’apprentissage social et aux interactions dans des environnements dynamiques, ainsi qu’à des approches ascendantes de démarrage cognitif et axées sur l’utilisateur pour des interactions sûres.

Développement de compétences pour les secteurs industriel et universitaire

Le programme européen de doctorat industriel (EID) a quant à lui été ouvert à la participation d’étudiants externes, à travers certains des évènements de formation et la mise en place d’un référentiel web de supports de formation. Selon le site web du projet APRIL, l’EID a adopté de manière stratégique une philosophie entrepreneuriale essentielle grâce à un programme d’encadrement unique pour le plan de développement sur-mesure des compétences individuelles. Les doctorants sont ainsi armés de compétences et d’un état d’esprit profondément intersectoriels et interdisciplinaires. En définitive, cette approche combine la recherche sur les systèmes cognitifs développementaux et sociaux, avec des expériences pratiques guidées par l’industrie en matière d’application des interactions homme-robot et de systèmes d’assistance.

Mots‑clés

APRIL, robots, robotique, apprentissage, interactions homme-robot, doctorat industriel européen, formation intersectorielle, apprentissage automatique, chercheur en début de carrière, interaction sociale, apprentissage profond

Découvrir d’autres articles du même domaine d’application