Skip to main content

Article Category

Article available in the folowing languages:

Une innovation chirurgicale apporte de l’espoir aux patients victimes d’un accident vasculaire cérébral

Un dispositif de guidage ajustable et innovant permet aux neurochirurgiens d’administrer des traitements plus rapidement aux patients victimes d’un accident vasculaire cérébral. Cela peut contribuer à réduire les possibilités de dommages cérébraux chroniques et à sauver des vies.

Santé

Un accident vasculaire cérébral survient lorsque l‘approvisionnement en sang à une partie du cerveau est interrompu ou réduit. Les cellules cérébrales commencent à mourir en quelques minutes en raison du manque d’oxygène et de nutriments. Une intervention précoce s’avère fondamentale pour réduire les risques de dommages cérébraux et d’autres complications. «Le traitement d’un accident vasculaire cérébral comprend généralement ce que l’on appelle une chirurgie endovasculaire radioguidée», explique Guillaume Petit-Pierre, cofondateur et PDG d’Artiria Medical, en Suisse. «Cette intervention implique l’insertion et la navigation de cathéters et de fils-guides fins et allongés à travers les artères du cerveau, ce qui n’est pas toujours facile. Les chirurgiens doivent souvent retirer le matériel et remodeler l’extrémité des dispositifs à la main.» Cela peut arriver jusqu’à cinq fois au cours d’une seule intervention chirurgicale. Parmi les risques pour le patient figurent une hausse des possibilités d’infection en raison de l’insertion et du retrait répétés du dispositif, et une augmentation de l’exposition aux rayons X. Pour les chirurgiens, cette technique prolonge la durée de la chirurgie et élève son coût.

Remodeler la chirurgie cérébrale

Pour relever ce défi, le projet SmartGUIDE, financé par l’UE, a aidé la jeune entreprise suisse Artiria Medical à mettre au point un dispositif innovant et à le rapprocher de la commercialisation. Cet instrument contient une extrémité remodelable à distance, permettant ainsi au chirurgien de modifier le profil de la tête de l’instrument tout en naviguant à travers les artères cérébrales. «L’idée de ce concept est née de l’observation de chirurgies endovasculaires dans des cas d’accident vasculaire cérébral», explique Guillaume Petit-Pierre. «Nous avons constaté de près le fait que ces procédures sont souvent interrompues en raison des difficultés de navigation. Il nous a semblé qu’il était possible de trouver une meilleure solution.» Artiria Medical, issue de l’École polytechnique fédérale de Lausanne, a été créée en 2019 afin de mettre au point ce concept. Cet objectif a été atteint en collaboration avec des spécialistes renommés dans le domaine de la neuroradiologie interventionnelle. Cette innovation brevetée permet au chirurgien d’ajuster la tête du dispositif en temps réel. L’instrument a été conçu pour être facile à utiliser, aucune formation spécialisée n’étant nécessaire pour l’utiliser. Une fois que le dispositif est en place, les chirurgiens peuvent insérer un cathéter en vue de fournir un traitement salvateur. Habituellement, cela consiste à éliminer un caillot de sang ou à faire cesser une hémorragie cérébrale.

Une amélioration des taux de guérison

Ce projet financé par l’UE, d’une durée de quatre mois, a permis à l’entreprise d’évaluer la viabilité commerciale et technique du produit. «Nous avons évalué les performances chirurgicales du dispositif», ajoute Guillaume Petit-Pierre. «Pour y parvenir, nous avons utilisé un modèle de test innovant créé spécialement pour le projet. Ce modèle a été conçu à partir de vaisseaux artériels observés dans des cas cliniques existants. Cela a conféré une précision incroyable à l’évaluation.» Guillaume Petit-Pierre et son équipe ont également été en mesure de démontrer que le dispositif peut accélérer les procédures d’urgence pour traiter les accidents vasculaires cérébraux. En raison de sa souplesse, ce dispositif peut atteindre rapidement la région affectée du cerveau, réduisant ainsi l’exposition aux rayons X. «Nous avons constaté que ce dispositif représente un gain de temps considérable par chirurgie», fait-il remarquer. «Lorsqu’il s’agit d’accidents vasculaires cérébraux, le temps économisé se traduit directement par une amélioration de la guérison des patients.» L’entreprise se concentre désormais sur l’accélération de la validation clinique et réglementaire de cette innovation. «Selon les estimations, 15 millions de personnes sont victimes d’un accident vasculaire cérébral chaque année», explique Guillaume Petit-Pierre. «Cette pathologie cérébrale entraîne souvent la mort ou provoque des handicaps graves. Notre objectif final consiste à avoir une répercussion positive sur le traitement des accidents vasculaires cérébraux et à améliorer spectaculairement les taux de guérison.»

Mots‑clés

SmartGUIDE, accident vasculaire cérébral, chirurgie, cerveau, rayons X, oxygène, maladie, neuroradiologie

Découvrir d’autres articles du même domaine d’application