Skip to main content

Article Category

Actualités

Article available in the folowing languages:

Étudier l’impact des technologies numériques sur la jeunesse

Des chercheurs soutenus par l’UE ont publié un document de travail sur l’utilisation des technologies numériques en Europe. Ce document analyse les conséquence de ces technologies sur les jeunes et leurs familles.

Économie numérique
Société

Les enfants et adolescents d’aujourd’hui se connectent de plus en plus au monde qui les entoure via leurs appareils mobiles. Mais que font-ils exactement avec leurs appareils et comment les évolutions technologiques actuelles influencent-elles leur vie quotidienne? Le projet DigiGen, financé par l’UE, a tenté de répondre à ces questions et a publié un document de travail «ICT usage across Europe – a literature review and an overview of existing data» sur l’utilisation des technologies de l’information et de la communication (TIC) en Europe. Ce document comporte deux sections principales. La première est une étude documentaire axée sur l’utilisation des technologies numériques et leur impact sur la vie de famille, les loisirs, l’enseignement et la participation citoyenne. La seconde donne un aperçu des bases de données liées aux TIC et résume les principaux points forts et faiblesses des données disponibles pour l’analyse des groupes à risque chez les enfants et les adolescents.

Analyse des technologies numériques et de leur impact sur les individus et les familles

Selon ce document de travail, les manières dont les familles envisagent les TIC, et les conséquences de ces attitudes, sont complexes. Même si les technologies numériques offrent des opportunités uniques, elles peuvent également générer des problématiques et des risques en ligne, comme une exposition à des contenus dangereux ou une violation de la vie privée. «Dès lors, que l’impact général sur la vie de famille soit positif ou négatif, il dépend grandement de la combinaison des comportements numériques mis en place par les familles dans leur vie quotidienne», explique l’auteur. Aujourd’hui, les réseaux sociaux, les jeux et les autres formes de communication numérique jouent un rôle majeur dans les loisirs des enfants et des adolescents. L’on trouve de plus en plus de documentation à ce sujet, avec un intérêt particulier pour les attitudes et les réactions des parents face aux risques liés aux TIC et pour les potentiels impacts négatifs de l’utilisation des TIC sur le bien-être des enfants et des adolescents. Cette analyse résume également les découvertes antérieures sur l’utilisation des TIC dans les écoles et à des fins éducatives. Il en est conclu que des recherches plus approfondies sont nécessaires «pour déterminer le lien de causalité entre le contexte socio-économique des étudiants ou la formation aux technologies numériques des enseignants et le niveau de compétence numérique des étudiants». En outre, à ce jour, les études n’ont pas été suffisamment concluantes concernant divers aspects comme la manière dont le genre peut affecter les niveaux de compétence informatique des étudiants. Il a en outre été constaté que l’utilisation des TIC entrainait une hausse de la participation citoyenne et de la sensibilisation des personnes aux questions sociales, malgré un désintéressement croissant pour la politique dominante. Comme expliqué dans le document, les réseaux sociaux affectent les «normes, les valeurs, les attitudes et les comportements des jeunes envers la démocratie, le pouvoir, la politique, l’élaboration des politiques, la participation sociale et politique, que ce soit en ligne ou hors ligne, et l’organisation de la vie économique, sociale et privée».

Aperçu des données TIC actuelles

La seconde section analyse 11 bases de données internationales et 45 bases de données nationales dans les pays partenaires du projet. Les points forts et les points faibles des données sont mis en évidence en termes de disponibilité et de type d’indicateurs et de manque d’informations sur certains groupes à risque. Des sujets qui ne sont pas correctement couverts par les données, comme la grande hétérogénéité dans les bases de données nationales et le fait que toutes les bases de données sur les TIC ne sont pas en accès ouvert, sont également abordés. À l’aide des informations recueillies, le document de travail de DigiGen illustre ces aspects de l’utilisation des technologies numériques qui requièrent davantage d’études et donne des recommandations susceptibles d’améliorer l’analyse empirique future des TIC. Le projet se termine en novembre 2022. Pour plus d’informations, veuillez consulter: site web du projet DigiGen

Mots‑clés

DigiGen, TIC, technologies numériques, jeunes, adolescents, enfants, jeunesse