Skip to main content

Article Category

Article available in the folowing languages:

Un nouveau regard sur la gestion des déchets nucléaires

Les incertitudes techniques et les préoccupations sociétales persistantes concernant les technologies de l’énergie nucléaire sont les principaux défis ayant une incidence sur la gestion des déchets radioactifs. Un projet financé par l’UE s’attaque à cette question complexe de politique scientifique.

Société
Énergie

Malgré des décennies d’efforts de recherche soutenus dans le monde entier, aucun dépôt géologique n’accepte actuellement les combustibles nucléaires irradiés commerciaux ou les déchets hautement radioactifs. Les experts affirment que cela résulte d’un manque d’acceptation par le public des solutions techniques qu’ils proposent. Cependant, les efforts déployés pour mettre en place des dépôts géologiques se sont également heurtés à de nombreux obstacles techniques. Parallèlement, il existe un consensus croissant sur l’importance d’établir et de maintenir la confiance du public dans les programmes d’élimination des déchets nucléaires.

Proposer une nouvelle perspective

Le projet ENTRUST, entrepris avec le soutien du programme Marie Skłodowska-Curie, a développé une nouvelle approche de la gestion des déchets nucléaires (NWM pour nuclear waste management), un cadre scientifique et politique. François Diaz Maurin, chercheur principal, explique: «Pour concevoir des stratégies plus efficaces de gestion et d’élimination des déchets nucléaires, il fallait élaborer un cadre analytique qui tienne compte à la fois de leurs aspects techniques et des dimensions sociétales associées.» Ce cadre exige une description de l’ensemble de l’aval du cycle du combustible nucléaire, y compris tous ses aspects techniques et sociétaux pertinents. À cette fin, le projet ENTRUST a été articulé autour de trois objectifs scientifiques. Comme l’explique François Diaz-Maurin, «théoriquement, j’ai cherché à utiliser un mélange d’autres domaines de recherche pour définir des principes et des concepts épistémologiques applicables à l’étude des systèmes d’élimination géologique des déchets nucléaires.» Il a ensuite envisagé méthodologiquement le développement d’un cadre analytique pour l’évaluation holistique des stratégies d’élimination des déchets, dans le but d’établir et de maintenir la confiance du public. «Enfin, j’ai cherché empiriquement à apporter des idées utiles à la littérature académique et au débat sociétal sur l’élimination géologique en mettant en pratique le cadre analytique.»

Des avancées importantes

Le projet ENTRUST a donné lieu à plusieurs publications scientifiques et à des collaborations avec des organisations et des laboratoires de NWM dans l’UE et aux États-Unis, axées sur le transfert des innovations de recherche vers leurs programmes de recherche et de développement. Au cours du projet, François Diaz-Maurin a conçu une nouvelle approche théorique de l’intégration des systèmes de déchets nucléaires. «J’ai d’abord développé pour cela un formalisme conceptuel de systèmes d’élimination géologique des déchets nucléaires basé sur une approche d’analyse intégrée à plusieurs échelles.» Avec le soutien de son équipe de recherche, François Diaz Maurin a également conçu et développé plusieurs outils d’analyse qui soutiennent l’évaluation intégrée des stratégies de gestion des déchets nucléaires. «Ces outils consistaient en un cadre et une méthode d’évaluation sociotechnique et multicritères pour la comparaison des options de stockage à long terme du combustible nucléaire irradié.» En outre, un outil d’évaluation multicritères permettant de comparer les stratégies d’élimination dans différents contextes géologiques a également été créé. Les développements du projet ont contribué aux efforts récents en faveur de l’intégration de l’aval du cycle du combustible nucléaire. L’intégration de l’aval du cycle du combustible nucléaire tient compte des différents processus de la gestion des déchets nucléaires, tels que le stockage sur site, le transport et l’élimination géologique.

Les progrès au-delà du projet

«Maintenant que le projet est terminé, je vais continuer à travailler avec les organisations et les laboratoires de NWM dans les pays de l’UE et aux États-Unis. «J’ai également l’intention d’utiliser et d’améliorer les méthodes développées au cours de ce projet pour soutenir les communautés concernées par les questions des déchets nucléaires, notamment le stockage et le transport du combustible nucléaire irradié et l’élimination géologique des déchets radioactifs», conclut François Diaz Maurin.

Mots‑clés

ENTRUST, NWM, cadre analytique, évacuation des déchets, stockage, confiance du public, cycle du combustible nucléaire, dépôt géologique, gestion des déchets nucléaires

Découvrir d’autres articles du même domaine d’application