Skip to main content

Article Category

Article available in the folowing languages:

L’innovation sociale pour renforcer les régions rurales en Europe

L’innovation sociale des zones rurales marginalisées prend une nouvelle dimension grâce aux efforts apportés dans le cadre du projet SIMRA, premier grand projet à étudier de près l’innovation sociale dans les zones rurales. Le cadre théorique, les bases de données, les solutions et les recommandations du projet pourraient s’avérer vitaux dans des régions très affectées par le changement climatique et aux perspectives économiques réduites.

Alimentation et Ressources naturelles

Les zones rurales marginalisées de toute l’Europe sont souvent caractérisées par une économie régionale, des transports, des infrastructures et des logements sous-optimaux, ainsi que des populations vieillissantes; tout cela dans le contexte déjà difficile du changement climatique et de l’évolution démographique. La région méditerranéenne y est particulièrement exposée, connaissant des pressions supplémentaires sous l’effet des mouvements migratoires d’outre-mer vers les zones urbaines. Les populations locales abandonnent de plus en plus certaines zones. Le principal objectif du projet SIMRA (Social Innovation in Marginalised Rural Areas), financé par l’UE, consistait à inverser cette tendance inquiétante. Depuis 2016, le consortium du projet fort de 26 partenaires s’efforce de sortir des sentiers battus. Ses membres cherchent des idées en matière d’innovation sociale qui revitaliseraient les régions rurales en général et plus particulièrement celles de la région méditerranéenne. «La situation de certaines zones rurales de la région méditerranéenne est très préoccupante», explique Maria Nijnik, coordinatrice scientifique de SIMRA, rattachée à l’Institut James Hutton. «Dans certains endroits, nous observons l’échec des marchés et de l’État. La société civile n’a donc eu d’autre choix que de prendre l’initiative dans la prestation de services tels que les soins de santé et des enfants, l’éducation et la formation, ainsi que la lutte contre les incendies menée par des volontaires. Toutefois, des systèmes solides et différentes formes de “solidarité informelle” ne cessent de ralentir la promotion de pratiques sociales innovantes.» L’innovation sociale est, par définition, une réponse à des défis sociétaux qui ne sont traditionnellement pas bien abordés par les marchés ou par les institutions publiques existantes. Mais comment cette innovation peut-elle actuellement contribuer à relever les défis auxquels sont confrontées les zones rurales marginalisées? Avant SIMRA, nous ne savions pas très bien si l’innovation sociale de ces zones aurait ou non les résultats et les répercussions souhaités.

L’occasion de suivre les (nouvelles) règles

«SIMRA a renforcé la compréhension de l’innovation sociale et de la gouvernance innovante en matière d’agriculture, de sylviculture et de développement rural. Nous avons découvert la manière d’impulser ces secteurs afin d’accroître le bien-être sociétal. Somme toute, nous avons créé de nouvelles connaissances théoriques et spécifiques au contexte, avons fourni une définition adéquate de l’innovation sociale et avons utilisé tout cela pour évaluer les actions sur le terrain», ajoute David Miller de l’Institut James Hutton, responsable de la gestion et de l’administration du projet SIMRA. L’ensemble de l’approche de SIMRA repose sur des études de cas. Les partenaires du projet ont étudié 24 régions et sept actions d’innovation afin de fournir des solutions réelles pour relever les défis auxquels se heurtent les zones rurales marginalisées. Parmi les sujets abordés figurent la gestion forestière, l’agriculture sociale, le développement local, l’énergie, les soins de santé et des enfants, ainsi que le réseautage social. Les partenaires du projet sont parvenus à collecter de manière systématique des données empiriques concernant les facteurs déterminants, les processus, les résultats et les répercussions des innovations sociales en Europe, en Afrique du Nord et dans les régions françaises des Caraïbes. Et ce n’est que la partie émergée de l’iceberg. «Nous avons mis en place la première base de données spatiales caractérisant des zones rurales marginalisées. Elle s’accompagne d’une base de données unique de plus de 400 exemples d’innovation sociale en zone rurale, dont 243 ont été totalement validés par les parties prenantes à l’aide de la définition de SIMRA et de ses critères pour déterminer l’innovation sociale», explique David Miller. Ensemble, toutes les connaissances réunies par les partenaires de SIMRA devraient servir de base à l’élaboration des politiques et des meilleures pratiques au cours des prochaines années. Il s’agit d’une démonstration irréfutable qu’un capital social solide peut réellement contribuer de manière positive au développement, alors qu’un capital social faible ébranle la participation civique et la bonne gouvernance. L’innovation sociale transformatrice n’est pas une option, c’est une obligation. Les décideurs politiques et les professionnels visant à placer l’innovation sociale au cœur des zones rurales trouveront utiles les ensembles de recommandations du projet, son manuel d’évaluation et son cours en ligne. Entre-temps, l’équipe de SIMRA continuera à travailler auprès des innovateurs sociaux et de leurs initiatives, et espère contribuer au développement de communautés de pratiques en innovation sociale.

Mots‑clés

SIMRA, innovation sociale, régions rurales, agriculture, sylviculture, base de données

Découvrir d’autres articles du même domaine d’application