Skip to main content

Towards Richer Online Music Public-domain Archives

Article Category

Article available in the folowing languages:

Découvrir la musique classique de manières inédites grâce à TROMPA

La découverte et l’expérimentation de la musique classique viennent d’entrer dans une nouvelle dimension grâce au travail du projet TROMPA. Experts, musiciens et mélomanes peuvent désormais bénéficier d’outils numériques pour faciliter leur travail et leurs recherches.

Économie numérique
Société

La musique classique occupe une place importante dans notre patrimoine culturel. Elle constitue une source d’inspiration inépuisable pour les musiciens et les chercheurs; il a été prouvé qu’elle améliore notre santé et, cerise sur le gâteau, elle appartient au domaine public et peut être appréciée par tous via des référentiels créés par la communauté. Les utilisateurs peuvent y trouver un grand nombre de partitions et d’enregistrements, permettant un enrichissement et une contextualisation multimodales. Voilà pour la partie théorique. Dans la pratique, les référentiels sont encore loin d’être parfaits et seuls des spécialistes s’y retrouveront. «Les référentiels peuvent être utilisés pour enrichir et contextualiser les partitions et les enregistrements. Il est également possible de créer des associations pertinentes entre les référentiels et les modalités, mais tout cela doit être accompli manuellement. Les informations fournies par les utilisateurs précédents ne sont pas explicitement stockées pour que les futurs utilisateurs puissent en tirer des enseignements, et de nombreuses ressources en ligne sont indifférenciées. Nous passons vraiment à côté de toute la richesse de notre patrimoine musical culturel», explique Emilia Gomez, responsable du laboratoire de recherche sur l’information musicale de l’Université Pompeu Fabra. La technologie numérique offre d’énormes possibilités à cet égard, et Emilia Gomez a l’intention de mettre ce potentiel à profit grâce au financement accordé dans le cadre du projet TROMPA (Towards Richer Online Music Public-domain Archives). Son objectif est clair: rendre les partitions et les enregistrements de musique classique réellement accessibles à tous en construisant une nouvelle chaîne de valorisation autour de l’implication des utilisateurs et de composants réutilisables. «La chaîne de valorisation typique de conservation/production avant TROMPA faisait intervenir un expert humain qui devait soigneusement conserver et préparer les ressources de données appropriées. Ce n’est qu’alors que les technologies de traitement numérique de la musique ont été utilisées pour traiter, connecter et enrichir ces ressources en profondeur. Ce processus de production était coûteux et sélectif et, par conséquent, il ne permettait pas encore de produire à grande échelle des applications enrichies.»

Des applications utiles pour tous

TROMPA exploite pleinement les synergies entre les humains, les données et les algorithmes afin d’augmenter les volumes de données ouvertes réutilisables correspondant au niveau de qualité souhaité. Les données bénéficient de mécanismes de traitement améliorés ainsi que de moyens plus diversifiés, plus inclusifs et plus accessibles d’être découverts par cinq publics cibles clés. «Nous avons spécifiquement développé des pilotes pour les chercheurs en musique, les choristes, les pianistes, les orchestres et les passionnés de musique. Ces pilotes exploitent un ensemble de composants logiciels réutilisables: une infrastructure de données, un outil d’édition numérique de partitions, une bibliothèque de descriptions de données musicales intégrables, un composant d’évaluation des performances musicales et un outil d’annotation», ajoute Emilia Gomez. Pour les choristes, TROMPA a développé une application qui facilite les exercices entre les répétitions. L’outil recrée numériquement la partition afin que les chanteurs puissent non seulement écouter leur partie, mais aussi contrôler et manipuler le reste de la partition musicale à des fins de lecture audio. Selon Emilia Gomez, cet outil devrait notamment aider les chanteurs amateurs à améliorer et à accélérer l’apprentissage de leur partie. Les pianistes, en revanche, doivent généralement passer par d’autres étapes pour améliorer leur propre jeu et voir comment leurs pairs les ont interprétés. Il s’agit d’un processus pour le moins fastidieux, que TROMPA aborde avec le Compagnon pour l’analyse à long terme des tentatives de répétition (CLARA pour Companion for Long-term Analyses of Rehearsal Attempts). CLARA permet aux pianistes d’avoir accès non seulement à une partition sur laquelle ils sont en train de travailler, mais aussi, dans la même interface, à un tableau de bord qui affiche visuellement leur performance aux côtés des micro-timings d’autres enregistrements. Le travail pour les passionnés de musique se concentre sur la reconnaissance des émotions suscitées par la musique, tandis que les orchestres peuvent bénéficier d’un outil démêlant ce dont ils dépendent pour leur propre viabilité commerciale de ce qui existe déjà dans le domaine public. Enfin, un outil destiné aux chercheurs facilite l’annotation et le partage communautaire. Trois mois avant sa fin prévue en avril 2021, TROMPA a déjà atteint ses principaux objectifs. Emilia Gomez espère que les outils du projet contribueront à enrichir la quantité déjà importante d’activités musicales auxquelles les gens se livrent, tout en fournissant une sorte de cadre permettant de documenter et de partager cette activité musicale pour les générations à venir.

Mots‑clés

TROMPA, musique classique, référentiel, patrimoine culturel musical, traitement de la musique, pianistes, orchestres, passionnés de musique, choristes, chercheurs en musique, logiciels, numérique

Découvrir d’autres articles du même domaine d’application