Skip to main content

Article Category

Actualités

Article available in the folowing languages:

Un nouvel aéronef régional à émission nulle ouvre la voie vers des transports propres, silencieux et rapides

Une équipe financée par l’UE travaille actuellement sur la mise au point d’un avion de 19 places propulsé à l’hydrogène qui améliorera la connectivité entre les petites villes, et entre les petits aéroports et les pôles majeurs.

Transports et Mobilité
Changement climatique et Environnement
Énergie

Le fabricant slovène d’avions légers, Pipistrel, propose un nouveau concept d’avion de ligne susceptible d’ouvrir la voie à une mobilité aérienne durable et économique en Europe. La société met actuellement au point un nouvel avion régional de 19 places propulsé à l’hydrogène, qu’elle prévoit de mettre en service d’ici 2030. Cet avion, appelé le «Miniliner», est conçu avec le soutien du projet UNIFIER19, financé par l’UE, dans le cadre duquel Pipistrel, le coordinateur du projet, s’est associé à l’École polytechnique de Milan et l’Université de technologie de Delft en tant que partenaires académiques. L’objectif du projet UNIFIER19 est de proposer un service qui relie entre eux les petits aéroports et connecte ces derniers aux pôles majeurs, en mettant à profit le réseau européen sous-exploité des petits aéroports. L’aéronef à émission nulle devrait sensiblement réduire les coûts d’exploitation par rapport aux aéronefs actuels dans la catégorie de taille pouvant accueillir 20 passagers, et proposer un moyen de transport propre, silencieux et rapide. «Les aéronefs actuels de cette catégorie reposent sur des conceptions vieilles de 40 ans, alimentées par des turbopropulseurs à combustible liquide bruyants et nécessitant une importante maintenance», indique Pipistrel sur son site web. La société poursuit en affirmant: «Les Miniliners de Pipistrel permettent de réduire le coût direct d’exploitation de 30 à 40 % par siège par rapport aux solutions actuelles, même avec l’intégration de la nouvelle propulsion à émission nulle, de la surveillance des émissions en temps réel et des technologies avancées d’automatisation du contrôle de vol.»

Améliorer la connectivité régionale

Le Miniliner développera la connectivité des zones peu desservies en effectuant des vols courts de point à point entre les petites villes situées dans un rayon de 200 à 1 000 km. Outre ces services interurbains, il proposera également des microservices de rabattement qui assureront le transport entre les petits aéroports et les pôles majeurs. De plus, l’aéronef sera capable d’atterrir et de décoller de pistes mesurant moins d’un kilomètre, notamment de pistes d’atterrissage recouvertes d’herbe dans les petits aérodromes. Les services interurbains et les microservices de rabattement jouent un rôle majeur dans la vision de l’équipe du projet d’un réseau de transport européen plus connecté, rendu possible grâce à des transports aériens régionaux améliorés et durables.

Conception de l’aéronef

L’équipe du projet évalue actuellement trois différentes conceptions d’aéronef. La configuration du moteur, la forme de l’empennage et l’inclusion, ou non, de gouvernes canards (petites surfaces portantes placées à l’avant du fuselage) varient dans chaque conception, mais les ailes et le fuselage en composite restent les mêmes. Selon Pipistrel, les systèmes avancés de propulsion à base d’hydrogène répondent aux «exigences non négociables de fonctionnement à émission nulle, silencieux et sécurisé». Les piles à hydrogène seront suffisantes pour propulser la plupart des décollages, des batteries étant prévues pour accroître les performances sur terrain court (pour les décollages sur des pistes mesurant jusqu’à 800 mètres), indique un article posté sur le site web «FlightGlobal». Cela permettra, affirme l’article, «d’accéder à 80 % des aéroports d’Europe». Le Miniliner sera capable de voler sur environ 1 852 km avec un seul plein d’hydrogène liquide. «Il sera capable d’effectuer trois missions de retour avant de devoir refaire le plein d’hydrogène», remarque Tine Tomažič, directeur technique de Pipistrel, dans le même article. Avec ce type d’avion, le projet UNIFIER19 (Community Friendly Miniliner) entend réduire les émissions de dioxyde de carbone, d’oxyde d’azote et de bruit d’au moins 20 % par rapport à l’aéronef de 19 places entré en service en 2014. La vision de l’équipe du projet est de proposer aux Européens une expérience de mobilité qui sera aussi facile d’accès que l’autobus. Pour plus d’informations, veuillez consulter: site web du projet UNIFIER19

Mots‑clés

UNIFIER19, aéronef, hydrogène, émission nulle, transport, régional

Articles connexes