Skip to main content

Article Category

Article available in the folowing languages:

Renforcer la tolérance des tomates au changement climatique

La réduction des besoins en eau et en engrais dans les cultures de tomates fournit une base solide pour une culture de tomates de nouvelle génération, plus durable sur le plan environnemental et économique.

Alimentation et Ressources naturelles

La tomate est l’une des cultures de base de l’UE, cultivée dans toute l’Europe dans des champs ouverts et protégés et dans des serres. Les producteurs de tomates sont confrontés au stress combiné de l’eau et des nutriments dans leurs cultures, et des solutions sont nécessaires pour sauvegarder les rendements et préserver l’environnement. Le projet TomRes, financé par l’UE, a testé et optimisé des stratégies de gestion durable des cultures comme la culture intercalaire des légumineuses, les techniques de fertilisation et d’irrigation de précision, la manipulation de micro-organismes symbiotiques et l’utilisation de porte-greffes plus adaptés à l’absorption de l’eau et des nutriments par le sol. Les partenaires du projet ont mis en œuvre un pipeline de sélection pour identifier les génotypes de tomates les plus résistants au stress combiné (sécheresse et faible teneur en nutriments). «À partir d’environ 10 000 accessions disponibles, plus de 200 ont été examinées en plein champ, parmi lesquelles 80 étaient des variétés locales méditerranéennes à longue durée de conservation, pour sélectionner une collection de lignées TomRes de 43 entrées dotées d’une tolérance supérieure au stress combiné», explique Andrea Schubert, coordinateur de projet.

Rendre les tomates plus résistantes et plus performantes

Le projet TomRes a contribué à des avancées scientifiques fondamentales telles que plus de 20 nouveaux allèles (et des lignées qui les portent) qui peuvent aider à orienter les performances des tomates sous stress et être utilisées dans la sélection assistée par marqueurs pour la résilience. Le projet a fourni de nouvelles connaissances sur le rôle de deux phytohormones essentielles, les strigolactones et les brassinostéroïdes, dans la résilience des plantes, le développement et la mémoire environnementale. En utilisant une technologie de phénotypage avancée, l’équipe de TomRes a découvert de nouveaux traits associés aux racines pertinents pour la résilience au stress combiné. Les nouveaux traits sont liés à l’architecture et à la physiologie des racines et sont associés à des microbes bénéfiques. «Nous avons pu optimiser les pratiques de gestion (irrigation et fertilisation à taux variable, porte-greffes résilients, biostimulants, engrais vert et rotations) et sélectionner des combinaisons de celles-ci pour obtenir une résilience optimale au stress combiné chez les tomates», explique Andrea Schubert. Les lignées de tomates sélectionnées et les caractères de résilience représentent une source accessible pour les sélectionneurs de tomates intéressés à fournir des génotypes résilients aux agriculteurs. Les techniques de gestion optimisées ont prouvé qu’elles atteignaient l’objectif fixé dans le projet de réduction des besoins en eau et en engrais. Le projet TomRes fournit désormais une base solide pour la culture de tomates de nouvelle génération qui est plus durable sur le plan environnemental et économique.

Application des concepts du projet à des recherches plus poussées

Les partenaires du projet ont fourni les rapports requis et sont maintenant actifs dans l’animation d’une scène de recherche où, avec l’aide de financements européens et nationaux, les concepts du projet TomRes peuvent être encore améliorés et mis en œuvre, tant dans la culture de la tomate que dans d’autres cultures. Un exemple est le projet VEG-ADAPT, financé par PRIMA, qui transfère les concepts de TomRes à la région méditerranéenne et à d’autres cultures. Les agriculteurs et l’industrie participant au réseau jettent les bases d’une exploitation commerciale des résultats du projet qui les intéressent. Le projet a grandement bénéficié d’un comité des parties prenantes, mis en place pour fournir des conseils et des commentaires tout au long du projet et contribuer à l’approche multi-acteurs de TomRes. La diffusion auprès des scientifiques, des agriculteurs et du grand public s’est avérée intense et n’a pas été interrompue pendant la pandémie de COVID-19 au cours de laquelle une université d’été en ligne et deux ateliers ont été organisés. Les enquêtes sur l’acceptation des tomates durables par les consommateurs ont permis de diffuser les concepts du projet et de mesurer l’intérêt de la société pour des systèmes de culture nouveaux, plus écologiques et durables.

Mots‑clés

TomRes, tomates, culture de la tomate, gestion des cultures, résilience des plantes

Découvrir d’autres articles du même domaine d’application