Skip to main content

Article Category

Article available in the folowing languages:

Un médicament à inhaler pour traiter les maladies cardiovasculaires

L’activité et l’administration sélective d’un médicament sont les éléments déterminants de son efficacité thérapeutique. Le projet CUPIDO, financé par l’UE, a répondu à ces exigences en développant une méthode d’administration innovante à base de nanoparticules par inhalation pour traiter les maladies cardiovasculaires.

Santé

Ces maladies constituent un problème sanitaire considérable et une charge socioéconomique pour les systèmes de soins de santé du monde. Les traitements oraux et intraveineux de première intention permettent au médicament de parvenir à la circulation systémique, mais ils entraînent plusieurs effets secondaires et réduisent l’efficacité du médicament. En outre, les traitements disponibles ciblent simplement les symptômes, ce qui souligne la nécessité de développer des médicaments modifiant le cours de la maladie.

Les nanoparticules inhalables facilitent l’administration de médicaments au cœur

Pour répondre au besoin médical de nouvelles approches d’administration des médicaments, le projet CUPIDO, financé par l’UE, a développé des nanoparticules inhalables. «Notre approche innovante basée sur la nanotechnologie peut administrer un médicament directement au cœur malade, surmontant les effets secondaires associés aux médicaments systémiques», explique Daniele Catalucci, coordinateur du projet. L’équipe de recherche a généré des nanoparticules biocompatibles, bio-inspirées et biodégradables à base de phosphate de calcium. Elles ont la capacité de s’autoassembler et d’encapsuler des médicaments. L’équipe de CUPIDO s’est appuyée sur l’observation que les nanoparticules ultrafines dérivées de la combustion présentes dans l’air pollué et inhalées étaient détectées dans le cœur. Les scientifiques du projet ont décidé d’exploiter le même mécanisme, mais pour administrer un traitement cette fois. L’idée sous-jacente était d’utiliser des nanoparticules comme nanotransporteurs inhalables pour faciliter l’administration de médicaments à travers les barrières biologiques et leur libération dans les cellules cardiaques. Les nanoparticules atteignent d’abord les poumons et se déplacent ensuite à travers la circulation sanguine vers le myocarde.

Une administration non invasive de peptides pour pallier l’insuffisance cardiaque

Les peptides constituent une approche prometteuse de traitement ciblé pour de nombreuses maladies, y compris les maladies cardiovasculaires. Toutefois, l’administration de peptides au cœur nécessite une procédure invasive. En utilisant des nanoparticules, CUPIDO est parvenu à générer une approche non invasive pour administrer des peptides mimétiques au myocarde afin d’améliorer la contractilité cardiaque. L’approche par inhalation propose une administration plus rapide, plus efficace et plus respectueuse du patient d’un traitement au cœur. Elle nécessite également moins de doses de médicament par administration, non seulement en raison du ciblage plus spécifique au cœur, mais aussi car elle protège les médicaments de la dégradation gastrique et systémique, qui est néfaste. En outre, les autres organes subissent moins d’effets secondaires en raison d’un ciblage non spécifique. Les scientifiques ont généré différentes nanoformules pilotes et les ont testées dans des modèles murins et porcins d’insuffisance cardiaque, avec des résultats prometteurs. Une administration journalière d’une molécule bioactive innovante dans une formule thérapeutique inhalable à l’échelle pilote a mené à une restauration considérable de la fonction cardiaque, permettant ainsi la guérison après une insuffisance cardiaque. Le ciblage efficace peut être amélioré par des aptamères qui sont spécifiques au myocarde et facilitent l’internalisation cellulaire. La fonctionnalisation des nanoparticules avec ces aptamères simplifie l’administration de médicaments dans les cellules.

La nanomédecine au service des maladies cardiovasculaires

L’application de la nanotechnologie dans le secteur de la santé, que l’on appelle nanomédecine, devrait se développer dans un avenir proche. Certains produits nanopharmaceutiques ont déjà été approuvés dans les soins de santé avec des résultats prometteurs. Sachant que les maladies cardiovasculaires constituent une importante cause de mortalité, avec plus de 26 millions de décès dans le monde, elles représentent assurément la prochaine cible de la nanomédecine. «CUPIDO a atteint deux objectifs: consolider l’esprit d’équipe et développer une approche thérapeutique innovante, pas encore exploitée dans une stratégie clinique de médecine cardiovasculaire», souligne Daniele Catalucci. La prochaine étape consiste à créer une jeune entreprise entièrement vouée à la réalisation de toutes les exigences nécessaires en matière de R&D et de réglementation.

Mots‑clés

CUPIDO, maladie cardiovasculaire, peptides, nanomédecine, administration de médicaments, nanoparticules inhalables, aptamères, médicament à inhaler

Découvrir d’autres articles du même domaine d’application