Skip to main content
European Commission logo print header

Decentralised Qualifications' Verification and Management for Learner Empowerment, Education Reengineering and Public Sector Transformation

Article Category

Article available in the following languages:

Une meilleure façon de vérifier les diplômes et les références professionnelles

Pour les recruteurs, le processus de vérification des diplômes et des références d’un candidat peut s’avérer à la fois chronophage et frustrant. Afin d’aider à simplifier cette étape, un projet financé par l’UE emploie à cette fin la chaîne de blocs, la sémantique, l’analyse des données et des technologies de ludification. Le résultat pourrait bousculer la façon dont nous évaluons les diplômes agréés et autres qualifications.

Économie numérique icon Économie numérique
Société icon Société

Le recrutement est un processus long, qui commence par une fouille de centaines, voire de milliers, de candidatures et de CV, éliminant les candidats non qualifiés, puis présélectionnant le reste. «S’ajoutant à la complexité et au caractère chronophage de ce processus, il existe aussi de grandes différences parmi les diplômes», explique Panagiotis Kokkinakos, chercheur à l’EPU-NTUA, une unité de recherche scientifique pluridisciplinaire en Grèce. «En effet, chaque pays et chaque institution utilise des formats, une documentation et des bases de données différents, ce qui rend très difficile la vérification des diplômes d’un candidat pour les recruteurs.» Selon Panagiotis Kokkinakos, les diplômes ont résisté en grande partie à l’attrait de la technologie. Toutefois, par le biais d’initiatives comme le projet QualiChain (Decentralised Qualifications’ Verification and Management for Learner Empowerment, Education Reengineering and Public Sector Transformation), financé par l’UE, cette situation pourrait bientôt changer. «En tirant parti des possibilités de la chaîne de blocs, de la sémantique, de l’analyse des données et des technologies de ludification, QualiChain entend révolutionner la façon dont nous évaluons les diplômes agréés et autres qualifications», explique Panagiotis Kokkinakos, qui fait office de coordinateur du projet.

Une plateforme décentralisée

Au cœur de ce projet se trouvent la création, la mise en place de programmes pilotes et l’évaluation d’une plateforme décentralisée pour stocker, partager et vérifier les diplômes et les références professionnelles. «Notre objectif est d’être conscients des répercussions liées à l’utilisation de cette solution, dont le potentiel révolutionnaire dépend de l’exploitation des caractéristiques innovantes des technologies individuelles et de leur utilisation unique dans un nouveau champ; ainsi que de fournir un ensemble de services de référence», observe Panagiotis Kokkinakos. Les services de base de la plateforme sont l’archivage de qualifications ou de distinctions, la vérification de qualifications ou de distinctions, la gestion du portefeuille de qualifications, l’orientation professionnelle et le profilage intelligent, la gestion des compétences, le développement et l’évaluation des compétences, ainsi que les services de consultation et d’aide à la prise de décision.

Programmes pilotes en cours

Chacun de ces services fait actuellement l’objet d’un programme pilote dans plusieurs scénarios réels. Par exemple, le programme pilote sur l’apprentissage tout au long de la vie étudie la manière dont les technologies de la chaîne de blocs sont susceptibles de soutenir les élèves dans leur parcours d’apprentissage et le développement de leurs carrières. À mesure qu’ils atteignent certains jalons dans leurs études, ils obtiennent des badges intelligents, incluant des données sur les compétences qu’ils ont acquises. Ces badges intelligents sont ensuite stockés dans la chaîne de blocs, ce qui garantit la validité de la certification octroyée et élimine le risque de qualifications contrefaites. «Alors que les élèves continuent d’obtenir ces badges, ils commencent à recevoir des recommandations personnalisées sur les dernières offres d’emploi qui correspondent à leurs compétences», ajoute Panagiotis Kokkinakos. «En fonction des compétences nécessaires pour le marché du travail, ils reçoivent également des recommandations sur la suite de leur apprentissage.» D’autres scénarios pilotes comprennent la conception d’un CV intelligent, le recrutement dans le secteur public et la prestation de services de gestion des compétences et de recrutement.

Un grand pas en avant

À la suite des résultats initiaux des programmes pilotes, le projet a mis au point une version bêta de la plateforme QualiChain, qui devrait être déployée au cours du premier semestre 2021. En outre, pour garantir l’adoption de la plateforme, le projet travaille également auprès de plusieurs initiatives importantes de l’UE, dont DE4A, KRAKEN et SEAL. «Notre objectif consiste à proposer une solution viable, fiable et durable sur le plan financier, capable de tout transformer et de tout révolutionner: de l’éducation publique et privée au marché du travail, en passant par l’élaboration de politiques et les procédures administratives du secteur public», conclut Panagiotis Kokkinakos. «Grâce à l’exceptionnelle collaboration avec les partenaires du projet, nous sommes désormais plus proches de réussir.» Étant donné que le projet reste en cours jusqu’à décembre 2021, les chercheurs travaillent actuellement à la diffusion de la valeur de la plateforme en participant à des conférences et en publiant des articles. Le projet organise également un numéro spécial avec Elsevier sur des solutions décentralisées fondées sur la chaîne de blocs pour l’autonomisation des apprenants, la réorganisation de l’éducation et la transformation du secteur public. Son appel à candidatures est ouvert jusqu’au 1er février 2022.

Mots‑clés

QualiChain, diplômes, recruteurs, recrutement, chaîne de blocs, sémantique, données, ludification, qualifications, apprentissage tout au long de la vie, éducation

Découvrir d’autres articles du même domaine d’application