Skip to main content

Article Category

Actualités

Article available in the folowing languages:

Les avions réutilisables, recyclables et récupérables sont-ils notre avenir?

Un événement partenaire de la Semaine verte de l’UE met en lumière des solutions basées sur l’économie circulaire pour une industrie aéronautique plus durable.

Transports et Mobilité
Changement climatique et Environnement

Le projet SUSTAINair, financé par l’UE, a récemment organisé un événement partenaire de la Semaine verte de l’UE 2021 pour débattre de solutions durables susceptibles de contribuer à réduire l’impact environnemental de l’industrie aéronautique. Intitulé «Circular Aviation for Green Growth», une aviation circulaire pour la croissance verte, l’événement virtuel visait à sensibiliser les parties prenantes aux avantages de l’application des principes de l’économie circulaire à l’industrie aéronautique. La première partie de l’événement consistait en une table ronde centrée sur les tendances de l’aviation circulaire. Le coordinateur du projet SUSTAINair, Jürgen Roither, de l’Institut autrichien de technologie, a donné le coup d’envoi de l’événement et animé le débat. Cinq panélistes représentant les parties prenantes de la chaîne d’approvisionnement de l’industrie ont participé au débat. Ligeia Paletti, experte en aviation circulaire du Royal Netherlands Aerospace Centre, partenaire du projet SUSTAINair, a présenté l’Association des établissements de recherche européens en aéronautique et son programme phare: Future Sky. Ligeia Paletti a expliqué que l’objectif de l’initiative Future Sky est de permettre le premier vol entièrement circulaire d’ici 2050 grâce à la conception et à la fabrication d’avions réutilisables, recyclables et récupérables. La deuxième panéliste, Irene Fernandez Villegas de la Société pour l’avancement du génie des matériaux et des procédés (SAMPE pour Society for the Advancement of Material and Process Engineering) a souligné les tendances observées dans l’industrie aéronautique par ce réseau professionnel. Celles-ci incluent un intérêt croissant pour la circularité à différents niveaux de la communauté SAMPE et un fort intérêt pour les composites thermoplastiques et les procédés à fibres courtes. D’autres tendances comprennent un intérêt pour l’analyse du cycle de vie (ACV) en tant qu’outil de conception, les biofibres et la réticulation réversible.

La nécessité d’un déclassement réglementé des aéronefs

Irene Fernandez Villegas a suggéré que de telles solutions pourraient faire l’objet d’une très forte demande lorsque l’A350 et le Boeing 757 atteindront leurs phases de fin de vie. En outre, elles pourraient profiter également à l’industrie des éoliennes, dont 10 % des matériaux non recyclables sont des composants composites. Elle a également mentionné l’absence actuelle et la nécessité d’une réglementation européenne sur le démantèlement des aéronefs. La personne suivante à intervenir était Isabell Gradert, Responsable Fast Track pour les matériaux chez Airbus. «Airbus a identifié les matériaux comme une technologie fast track», a expliqué Isabell Gradert, s’y référant comme un moyen de surmonter les défis futurs à la fois au sein d’Airbus et dans l’industrie au sens large. Elle a ensuite évoqué l’objectif de l’entreprise de développer le premier avion zéro émission d’ici 2035 «pour s’assurer que la prochaine génération puisse prendre autant de plaisir à voler que nous aujourd’hui». Trois aspects de l’économie circulaire ont été présentés pour les matériaux: le flux d’entrée (pour augmenter l’utilisation de matériaux avec un contenu recyclé ou biosourcé), la réutilisation (par exemple, utiliser des déchets de fabrication composites comme matériau intérieur pour les revêtements de cabine) et le flux de sortie (par exemple, fabriquer des meubles avec des pièces détachées ou des vélos avec des déchets composites de carbone). Isabell Gradert a également évoqué le besoin de transparence et de traçabilité des données, un point de vue partagé par la quatrième panéliste Sonell Shroff de l’entreprise commune Clean Sky. Sonell Shroff a décrit Clean Sky comme une initiative visant à créer une base de données commune spécifique à l’aviation qui permettra des ACV complexes. Enfin, Vytautas Reisas, responsable du développement commercial de la société lituanienne Jet Maintenance Solutions, a expliqué les défis auxquels est confronté le secteur de la maintenance, de la réparation et de l’exploitation (MRE). Vytautas Reisas a également appelé à une meilleure coopération entre les chercheurs et les spécialistes MRE pour fournir le savoir-faire nécessaire à l’utilisation des nouvelles technologies et à l’intégration des systèmes de pronostic. La table ronde a été suivie d’une séance de présentation sur les technologies habilitantes essentielles actuellement étudiées par des projets financés par l’UE comme SUSTAINair (SUSTAINability increase of lightweight, multifunctional and intelligent airframe and engine parts). Pour plus d’informations, veuillez consulter: site web du projet SUSTAINair

Mots‑clés

SUSTAINair, aviation, avion, économie circulaire, aviation circulaire, Semaine verte de l’UE