Skip to main content

Perspectives for the Aeronautical Research in Europe

Article Category

Article available in the folowing languages:

Maintenir l’industrie aéronautique européenne sur la voie de la compétitivité et de la durabilité

Le projet PARE, financé par l’UE, mène les recherches et les analyses dont l’industrie aéronautique européenne a besoin pour concrétiser la vision définie dans l’initiative Flightpath 2050.

Transports et Mobilité

L’aviation joue un rôle important en Europe, aussi bien sur le plan social qu’économique. Le continent compte plus de 448 compagnies aériennes et 701 aéroports commerciaux, qui accueillent plus de 600 millions de passagers par an. Non seulement ce secteur génère 600 milliards d’euros de recettes annuelles, mais il soutient également 8,7 millions d’emplois. «La contribution vitale de l’industrie aéronautique européenne à la croissance et à la cohésion économiques de l’Europe est largement reconnue», déclare Luís Braga Campos, chercheur à Técnico Lisboa. «Le défi consiste toutefois à faire en sorte que l’industrie soit en mesure de répondre à la demande croissante de la société en matière de transport aérien, tout en restant compétitive et durable.» En 2001, l’UE a créé le Conseil consultatif pour la recherche sur l’aéronautique en Europe (ACARE). Ce partenariat public-privé a pour objectif de préserver le leadership de l’Europe dans le secteur aéronautique mondial grâce à une compétitivité et une durabilité améliorées. En 2011, afin de concrétiser cette vision, l’ACARE a publié Flightpath 2050, un recueil de 23 objectifs ambitieux visant à améliorer le transport aérien d’ici 2050. Il s’agit par exemple de réduire les émissions de CO2 de 75 %, de faire de l’Europe un centre d’excellence en matière de carburants de substitution durables pour les avions et de veiller à ce que le transport aérien européen compte moins d’un accident pour 10 millions de vols commerciaux. Ces objectifs s’articulent autour d’un engagement en faveur de la recherche et de l’innovation, et c’est là qu’intervient le projet PARE (Perspectives for the Aeronautical Research in Europe), financé par l’UE. «L’objectif principal du projet consistait à évaluer les progrès accomplis en vue d’atteindre ces objectifs, à identifier les lacunes éventuelles et à suggérer des mesures pour les combler», explique Luís Braga Campos, qui assure la coordination du projet.

L’état actuel de l’aviation en Europe

Le projet TAPE a défini 35 objectifs et formulé 58 recommandations pour soutenir les objectifs de Flightpath 2050, les recommandations étant classées suivant une hiérarchie comportant quatre niveaux de priorité. «Une des priorités énoncées consiste à renforcer la compétitivité de l’industrie aéronautique européenne au niveau mondial, non seulement en ce qui concerne le transport long-courrier, mais également dans les domaines où elle est actuellement en tête, comme les hélicoptères, et ceux où elle est à la traîne, comme les drones», indique Luís Braga Campos. «Une autre priorité concerne le renforcement de la coopération institutionnelle au sein des pôles aéronautiques couvrant l’ensemble des stades de développement, de la recherche fondamentale à la création de nouveaux produits, en passant par la pénétration du marché et l’exploitation opérationnelle.» Ces objectifs et recommandations sont examinés en détail dans les trois rapports annuels du projet. Selon Luís Braga Campos, il s’agit de documents détaillés qui examinent en profondeur l’évolution de l’aviation en Europe au cours des 20 dernières années. «Les rapports donnent un aperçu approfondi de l’état actuel de l’aviation, ainsi que des prévisions concernant ce qui nous attend», ajoute-t-il. «Ces rapports servent de document de référence pour toutes les activités de PARE.»

Réagir à l’inattendu

Au cours du projet, trois événements inattendus se sont produits: l’immobilisation au sol du Boeing 737 MAX, la pandémie de COVID-19 et le lancement du pacte vert pour l’Europe. «Étant donné que chacun de ces événements a eu un impact sur le secteur de l’aviation, nous avons dû en tenir compte», faire remarquer Luís Braga Campos. En réaction à ces crises, le projet a été prolongé de trois mois. Pendant cette période, les chercheurs ont enrichi le dernier rapport de six nouveaux chapitres et organisé trois webinaires portant sur les carburants durables, la décarbonation et les effets de la pandémie de COVID-19 sur l’aviation. Une fois le projet terminé, les chercheurs envisagent de publier un livre et un article complet dans l’International Journal of Sustainable Aviation, consacrés à une aviation efficace et respectueuse de l’environnement. «La méthodologie élaborée par ce projet peut également être appliquée à d’autres secteurs, tels que l’espace ou les transports routier, ferroviaire et maritime», conclut Luís Braga Campos. «Elle pourrait également s’avérer utile pour les technologies émergentes utilisées par l’aviation, telles que les carburants durables, les matériaux composites et la fabrication additive.»

Mots‑clés

PARE, aviation, durabilité, Flightpath 2050, ACARE, carburants de substitution pour avions, transport aérien

Découvrir d’autres articles du même domaine d’application