Skip to main content

Article Category

Actualités

Article available in the folowing languages:

TENDANCES SCIENTIFIQUES: Qu’est-ce que le métavers, et pourquoi Facebook prévoit-il d’embaucher 10 000 personnes dans l’UE pour le construire?

Le directeur général Mark Zuckerberg veut investir dans les talents européens au cours des cinq prochaines années pour aider à créer sa vision d’un monde en ligne.

Recherche fondamentale

Le métavers est un monde virtuel immersif où vous utilisez un casque pour entrer dans un espace qui relie divers environnements numériques. Vous pourrez vous y promener, jouer, apprendre, travailler et acheter. Dans cet espace, vous disposerez d’un avatar en 3D. Et c’est par le biais de cette représentation numérique que vous interagirez.

La rencontre des mondes physique et numérique

«Le métavers a le potentiel d’aider à débloquer l’accès à de nouvelles opportunités créatives, sociales et économiques. Et les Européens vont le façonner depuis le tout début», ont commenté Nick Clegg, vice-président des affaires mondiales, et Javier Olivan, vice-président des produits centraux, dans un article publié dans Meta en octobre. «Aucune société ne possédera et n’exploitera le métavers. Comme l’internet, sa caractéristique principale sera son ouverture et son interopérabilité. Pour lui donner vie, une collaboration et une coopération entre les sociétés, les développeurs, les créateurs et les décideurs politiques sera indispensable.» Pourquoi Facebook, désormais rebaptisé Meta, se tourne-t-il vers l’Europe pour construire une nouvelle version de l’internet? «L’UE dispose d’un certain nombre d’avantages qui en font un lieu d’investissement idéal pour les sociétés de technologie: un vaste marché de consommation, des universités de premier plan et, surtout, des talents de premier ordre», explique le billet d’information. «Au-delà de ses talents technologiques émergents, l’UE a également un rôle important à jouer dans l’élaboration des nouvelles règles de l’internet. Les décideurs politiques européens montrent la voie en aidant à intégrer les valeurs européennes telles que la liberté d’expression, la vie privée, la transparence et les droits des individus dans le fonctionnement quotidien de l’internet.» Comme pour tout monde numérique, les critiques s’élèvent pour mettre en garde contre les dangers. «Les implications du métavers sont énormes – il s’accompagne d’avantages fantastiques et de dangers terrifiants. Et nous avons besoin d’un système extrêmement robuste pour contrôler le métavers», a déclaré David Reid, professeur d’IA et d’informatique spatiale à l’Université de Liverpool Hope, au Royaume-Uni, à l’édition américaine en ligne de «The Sun». «Nous n’en sommes clairement qu’au balbutiement, mais nous devons commencer à parler de ces problèmes dès maintenant avant de nous engager dans une voie dont nous ne pourrons plus nous écarter. C’est crucial pour l’avenir.» Le Dr Reid poursuit: «Les données que cela va générer seront immenses…et extrêmement précieuses. C’est pourquoi nous devons mettre en place un système destiné à les encadrer. Aucune société ne devrait jamais exercer son contrôle – c’est tout simplement trop important pour que cela puisse se produire.» Nous ne vivons actuellement pas encore dans des mondes virtuels, nous nous contentons de les visiter par le biais de nos dispositifs numériques. Les utilisateurs auront-ils du mal à faire la distinction entre ce qui est réel et ce qui ne l’est pas avec le métavers? «Cela a toujours été une question épineuse: où tracer la ligne de démarcation entre ce qui est et ce qui n’est pas une immersion trop profonde dans le monde virtuel?», a déclaré le célèbre observateur de la culture numérique Julian Dibbell au «Washington Post». «Nous allons tous être canalisés dans ces mondes de manière encore plus intense. Et nous y sommes déjà sacrément bien canalisés.»

Devenir une réalité (virtuelle)

Le métavers est encore à une dizaine d’années de sa maturité, et nous n’avons pas une idée précise de l’éventail des possibilités et des implications, du travail à l’éducation, qu’il présentera. Ce que nous savons, c’est que nous y serons tous connectés, tout comme à l’internet aujourd’hui. Demandons-nous quel genre de métavers nous voulons créer. Dans quelle mesure voulons-nous que les mondes virtuels en 3D et les casques de réalité virtuelle fassent partie de nos vies? Nous ne devrions vraiment pas attendre une décennie pour répondre à de telles questions.

Mots‑clés

métavers, Facebook, Meta, monde virtuel, numérique, en ligne, virtuel, internet, réalité virtuelle