Skip to main content

Water based process for the delaminating and deinking of surface printed plastic

Article Category

Article available in the folowing languages:

Une technologie innovante de désencrage pourrait favoriser le recyclage des plastiques

Une technologie innovante de désencrage pourrait permettre de mettre davantage de plastique recyclé sur le marché. Cela pourrait aider les entreprises à réaliser des économies et à réduire la charge environnementale liée aux déchets plastiques.

Technologies industrielles

Nous produisons actuellement environ 300 millions de tonnes de déchets plastiques dans le monde, chaque année. Malgré la sensibilisation croissante des consommateurs, la pression des pouvoirs publics et l’innovation technologique, une grande partie de ces déchets sont à terme mis en décharge ou déversés dans les océans. Cette situation résulte notamment du fait que le recyclage du plastique destiné à des applications alimentaires demeure un réel défi. «Il existe deux grands groupes de plastique destinés à la consommation», explique le coordinateur du projet PLASTDEINK, Rafael García, directeur général de Cadel Deinking, en Espagne. «Le premier, le polyéthylène, est fréquemment utilisé pour l’emballage de produits alimentaires tels que les tranches de viande et les produits surgelés. Le deuxième groupe, le PET, est abondamment utilisé dans les bouteilles de boissons gazeuses.» Rafael García précise que le point de fusion du PET se situe à 240 °C, alors que celui du polyéthylène avoisine les 100 °C. Il est donc plus facile de recycler le PET destiné aux applications alimentaires et aux boissons, car la température plus élevée élimine tout risque de contamination. «Il n’est pas envisageable de recycler le polyéthylène à cette température, car cela dégraderait le matériau», explique Rafael García. «Une température plus basse implique par contre un plus grand risque de ne pas éliminer toute forme de contamination. Ce matériau ne peut donc pas toujours être utilisé dans les applications impliquant un contact alimentaire.»

Recycler au lieu de décycler

En conséquence, le polyéthylène est – au mieux – décyclé pour fabriquer des sacs poubelles, qui sont bien entendu ensuite jetés. «Si nous ne parvenons pas à trouver des moyens d’éliminer toute forme de contamination et de recycler ce matériau correctement, nous ne pourrons jamais devenir une économie véritablement circulaire», ajoute Rafael García. L’objectif du projet PLASTDEINK consistait à développer une technologie de recyclage améliorant la recyclabilité du polyéthylène, et à en faire la démonstration. Cet objectif a été atteint en privilégiant l’élimination de l’encre. «L’emballage des denrées alimentaires a deux fonctions essentielles: protéger et informer», fait remarquer Rafael García. «Les indications sur le contenu de l’emballage se font toujours avec de l’encre, ce qui explique que le désencrage soit si important.» Le projet a permis à Rafael García et à son équipe de développer une technologie à base d’eau capable d’enlever l’encre sans endommager le plastique. «L’encre a un certain niveau d’adhérence», explique-t-il. «Nous avons trouvé un moyen de briser cette force adhésive, pour ne conserver qu’un film non imprimé et recyclable.» L’étape suivante consistait à transposer la technologie à l’échelle d’une usine pilote de démonstration. «Une chose est toujours demeurée immuable dans l’histoire de l’humanité: voir, c’est croire», explique Rafael García. «Les sociétés d’emballage et de recyclage voulaient vraiment voir cette technologie de leurs propres yeux.»

Une véritable économie circulaire

La société continue à accueillir des visites hebdomadaires dans son usine pilote d’Alicante. «Nous avons pu démontrer que notre méthode de recyclage est 45 % moins chère que l’utilisation de plastique vierge», souligne Rafael García. «Nous avons récemment signé un accord de coopération avec une société de recyclage leader sur le marché, qui souhaite ajouter cette technologie de désencrage à son portefeuille.» Rafael García fait remarquer que cette technologie constitue un premier pas vers une véritable circularité du marché du polyéthylène. Si l’encre constitue un contaminant majeur, d’autres contaminants doivent également être éliminés avant que le plastique puisse être réutilisé dans des applications alimentaires ou d’autres applications grand public. La sécurité des matériaux recyclés utilisés en contact avec les aliments doit être évaluée par l’Autorité européenne de sécurité des aliments et autorisée par la Commission européenne. «L’objectif ultime est de décontaminer le plastique afin de le réutiliser en toute sécurité pour la même application», conclut-il. «Les résultats obtenus jusqu’à présent sont très positifs, et c’est certainement dans cette direction que nous sommes en train d’évoluer en tant qu’industrie. Nous nous plaisons à dire que ce défi est peut-être difficile, mais qu’il n’est pas insurmontable!»

Mots‑clés

PLASTDEINK, plastique, déchets, PET, polyéthylène, recyclage, décyclage, contamination

Découvrir d’autres articles du même domaine d’application