Skip to main content

Article Category

Actualités

Article available in the folowing languages:

Tester des technologies avancées pour de meilleurs procédés de fabrication

Un projet soutenu par l’UE suscite un changement radical dans les industries européennes grâce à des technologies génériques telles que l’IA et le jumelage numérique. Ses solutions sont mises à l’essai sur des sites pilotes en Grèce, en Espagne et au Royaume-Uni.

Économie numérique
Technologies industrielles

L’industrie constitue l’épine dorsale de l’économie européenne. Elle représente 80 % des exportations de l’UE et génère plus de 30 millions d’emplois. Cela dit, une mondialisation de plus en plus accentuée s’est traduite par une concurrence accrue de la part des marchés émergents, ce qui pose un défi de taille à l’industrie européenne. Afin de contribuer à relever ce défi, le projet OPTIMAI, financé par l’UE, rassemble et fait progresser différentes technologies génériques en vue de développer des solutions qui optimiseront la production, réduiront les chutes, élimineront les défauts et amélioreront la formation. Ces solutions assureront la pérennité de l’industrie européenne. «Nous cherchons effectivement à créer un nouvel écosystème industriel», déclare Nikolaos Dimitriou, coordinateur du projet OPTIMAI et rattaché au Centre de recherche et de technologie Hellas, en Grèce, dans un communiqué de presse publié sur le site web du projet. «Nous optimisons les processus de production au moyen d’une combinaison unique d’instrumentation intelligente, de métrologie, d’intelligence artificielle, de virtualisation et de réalité augmentée.»

Tester des solutions sur trois sites pilotes

L’équipe d’OPTIMAI, qui vise à démontrer comment optimiser les procédés de fabrication européens grâce aux technologies de l’IA et du jumelage numérique, a conçu un ensemble de solutions qui couvriront un large éventail d’environnements industriels et pourront être commercialisées partout en Europe. Dans un premier temps, la boîte à outils est testée et validée sur trois sites pilotes consacrés à la fabrication d’ascenseurs (en Grèce), la fabrication d’antennes (en Espagne) et l’assemblage de composants microélectroniques (au Royaume-Uni). Chaque pilote comprend trois cas d’utilisation différents: une inspection de la qualité zéro défaut, la mise en place et l’étalonnage des lignes de production et la planification de la production. Comme le précise le communiqué de presse, la boîte à outils d’OPTIMAI comprend «un système d’aide à la prise de décision qui détecte et émet des notifications précoces en cas de défauts, un système permanent de production, de surveillance et d’inspection de la qualité alimenté par des capteurs intelligents, un marché intelligent pour le recyclage des chutes, des jumeaux numériques pour la simulation et la prévision des procédés industriels et, bien sûr, un cadre éthique et réglementaire exhaustif relatif à ces technologies». Sur le site pilote grec du fabricant d’ascenseurs Kleemann, le projet entend automatiser et accélérer le processus d’inspection de la qualité, améliorer la qualité du produit final et réduire le temps d’étalonnage et le taux de défauts. Les solutions qui ont fait l’objet d’une démonstration sur le site pilote de l’entreprise de technologie de télécommunication espagnole Televés portent sur l’optimisation des procédés de fabrication des antennes, la réduction du temps d’installation et l’accélération de l’interaction homme-machine et de la prise de décision. Enfin, l’objectif du site pilote de Microchip Technology Caldicot au Royaume-Uni est de réduire le taux de défaillance des procédés, d’accélérer le temps de préparation machine et d’accroître la capacité de production. «Nous voulons atteindre un équilibre optimal entre des choix de production rapides, bon marché et fiables qui renforceront considérablement la compétitivité industrielle», fait remarquer Nikolaos Dimitriou. Les résultats du projet OPTIMAI (Optimizing Manufacturing Processes through Artificial Intelligence and Virtualization) aideront l’Europe à relever les défis auxquels son secteur industriel est confronté en conséquence de la mondialisation. Le projet, d’une durée de trois ans, prendra fin en décembre 2023. Pour plus d’informations, veuillez consulter: site web du projet OPTIMAI

Mots‑clés

OPTIMAI, IA, industrie, fabrication, production, technologie, technologie générique, jumelage numérique