Skip to main content

The therapeutic potential of Genipin as a corneal cross-linking agent: Unlocking a new pathway for the treatment of corneal infection and disease.

Article Category

Article available in the folowing languages:

Des collyres d’origine végétale pour prévenir la cécité

La kératite infectieuse est l’une des principales causes de cécité dans le monde. Un agent d’origine végétale aux propriétés antimicrobiennes offre une alternative prometteuse au traitement antibiotique conventionnel.

Santé

La kératite infectieuse peut être causée par divers micro‑organismes, notamment des bactéries, des virus et des champignons. Les personnes qui portent des lentilles de contact, qui ont subi une chirurgie oculaire ou un traumatisme oculaire présentent un risque accru d’infection.

Un agent antimicrobien d’origine végétale

Le traitement conventionnel de la kératite infectieuse implique l’utilisation topique d’antibiotiques, mais la résistance aux antimicrobiens entrave son efficacité. La réticulation du collagène cornéen est apparue comme un traitement alternatif aux antibiotiques contre la kératite infectieuse. L’utilisation de la riboflavine et de la lumière ultraviolette pour tuer les agents pathogènes pendant l’infection de la cornée permet de minimiser la destruction des tissus. Toutefois, l’impact des rayons ultraviolets sur l’œil suscite des inquiétudes. Le projet CORLINK, financé par l’UE, a proposé d’utiliser la génipine, un agent de réticulation naturel dérivé de la plante Gardenia jasminoides. Cet agent présente des propriétés antimicrobiennes, une toxicité minimale et permet de se passer de la lumière ultraviolette. La recherche du projet CORLINK a été entreprise avec le soutien du programme Actions Marie Skłodowska-Curie et a consisté à tester les propriétés antimicrobiennes de la génipine contre les bactéries à Gram positif (Staphylococcus aureus) et à Gram négatif (Pseudomonas aeruginosa), ainsi que contre les champignons (Candida sp. et Fusarium sp.). «Nous avons constaté que la génipine inhibait la croissance de ces agents pathogènes et nous avons évalué son action antimicrobienne sur un modèle ex vivo de kératite infectieuse de la cornée», souligne Elena Koudouna, titulaire d’une bourse de recherche MSCA. Un traitement unique à la génipine a permis de réduire significativement la croissance bactérienne dans les cornées infectées dans des modèles ex vivo de Staphylococcus aureus et Pseudomonas aeruginosa. En utilisant un modèle in vivo de kératite infectieuse de la cornée, les chercheurs ont pu évaluer en outre les effets de la génipine dans la régulation de la réponse immunitaire de l’hôte à l’infection, un facteur important dans la prise en charge de la maladie. Bien que le mécanisme exact de l’action antimicrobienne de la génipine reste à élucider, il implique très probablement la réticulation de diverses protéines présentes à la surface de l’agent pathogène, ce qui interfère avec des processus cellulaires vitaux comme la division et la croissance cellulaires. Un autre mécanisme d’action antimicrobien potentiel de la génipine est son interaction avec les enzymes intracellulaires qui provoque une perturbation métabolique. En outre, la génipine semble retarder la destruction des tissus, comme cela a été démontré dans des cornées humaines ex vivo.

La génipine sous forme de collyre

L’objectif principal de CORLINK était de fournir de nouveaux traitements efficaces contre la kératite infectieuse, en particulier pour les cas graves et incontrôlables, qui ne répondent pas aux traitements conventionnels ou qui ne sont pas éligibles à des stratégies thérapeutiques alternatives. Les chercheurs ont démontré les propriétés prometteuses de la génipine pour combattre la kératite bactérienne, soutenant son potentiel clinique en tant que nouvelle intervention thérapeutique pour la prise en charge et le traitement de la kératite infectieuse de la cornée. «Nous pensons que l’application potentielle de la génipine sous forme de collyre est extrêmement avantageuse par rapport aux traitements alternatifs, car elle ne nécessite aucun équipement, elle est moins onéreuse et pourrait être facilement utilisée dans les pays en développement, où l’incidence de la kératite infectieuse est très élevée», souligne Elena Koudouna. Les chercheurs prévoient d’entreprendre des études pharmacocinétiques et pharmacodynamiques pour optimiser le dosage et l’application topique de la génipine. Compte tenu des propriétés réticulantes et anti‑inflammatoires de la génipine, les efforts de recherche à venir peuvent également porter sur son application en tant que traitement autonome ou adjuvant pour la prise en charge et le traitement d’autres maladies oculaires. En outre, la génipine pourrait traiter d’autres maladies associées à la peau, au diabète et aux escarres qui sont également caractérisés par l’inflammation, la lyse du collagène et la destruction des tissus.

Mots‑clés

CORLINK, génipine, kératite infectieuse, réticulation, collyre, Staphylococcus aureus, Pseudomonas aeruginosa

Découvrir d’autres articles du même domaine d’application