Skip to main content

Developing a Chlamydia Trachomatis vaccine

Article Category

Article available in the folowing languages:

Un nouveau vaccin cherche à éradiquer le trachome en tant que problème de santé publique

Bien que le vaccin doive encore faire l’objet d’essais cliniques, les premiers résultats montrent qu’il est possible pour un vaccin de créer une réponse immunitaire oculaire.

Santé

Le trachome est une infection qui, si elle n’est pas traitée, peut entraîner la cécité. Sur les 146 millions de cas actifs de trachome estimés, la majorité concerne des enfants et des femmes vivant dans des zones pauvres. Causée par la bactérie Chlamydia trachomatis, l’infection est très contagieuse et se transmet généralement par contact personnel direct, par le partage de serviettes et de chiffons et par les mouches. Si le trachome peut être traité par chirurgie et antibiotiques, de nombreuses personnes infectées n’ont pas accès à un tel traitement. Au lieu de cela, la communauté sanitaire mondiale se tourne vers la prévention, qui commence par l’hygiène et les systèmes sanitaires. «Bien que ces mesures soient importantes, ce que nous devons vraiment faire, c’est éradiquer complètement la maladie», explique Jes Dietrich, chercheur principal en immunologie des maladies infectieuses au Statens Serum Institut, qui fait partie du ministère danois de la santé chargé de la préparation à la lutte contre les maladies infectieuses. Avec le soutien du projet TracVac, financé par l’UE, Jes Dietrich dirige les efforts visant à développer un vaccin contre le trachome. «Le seul moyen de contrôler véritablement le trachome dans les zones endémiques et de l’éradiquer en tant que problème de santé publique est la vaccination», ajoute-t-il.

Générer une immunité au niveau de l’œil

Le premier objectif du projet était de développer un vaccin protecteur contre le trachome. Pour ce faire, les chercheurs ont étudié des individus naturellement protégés dans des régions endémiques afin de mieux comprendre le fonctionnement des anticorps. Ces informations ont ensuite été incorporées dans les constructions vaccinales et testées dans un modèle de primate non humain pour vérifier leur capacité à induire des anticorps protecteurs. Les chercheurs ont ensuite mis au point un protocole d’immunisation permettant d’obtenir une immunité optimale dans l’œil. En utilisant à nouveau un modèle de primate non humain, ils ont testé les différentes constructions vaccinales développées au cours de la première phase. Enfin, la stratégie vaccinale la plus prometteuse a été testée au cours d’un essai clinique de phase I. «En définitive, nous sommes parvenus à développer un vaccin contre le trachome à large spectre de neutralisation et une stratégie vaccinale capable de générer une immunité dans l’œil», explique Jes Dietrich.

Un bon départ

Bien que le vaccin contre le trachome doive encore faire l’objet d’essais cliniques, ces résultats montrent qu’il est effectivement possible pour un vaccin de créer une réponse immunitaire oculaire: un constat très encourageant pour les vaccins contre les agents pathogènes qui infectent l’œil. «Nous avons maintenant l’intention de demander un financement supplémentaire pour poursuivre les travaux, mais les résultats du projet TracVac montrent que nous sommes sur la bonne voie», note Jes Dietrich. Il attribue le succès du projet à l’étroite collaboration entre les experts en maladies infectieuses, en essais cliniques, en recherche de vaccins et en utilisation de modèles animaux. «Je suis très fier de la façon dont tous les partenaires ont travaillé ensemble pour obtenir un résultat crucial qui aura un impact majeur sur la santé mondiale», conclut Jes Dietrich. «C’est un parfait exemple de la façon dont la facilitation de la synergie entre les domaines d’expertise peut aboutir à des résultats extraordinaires.»

Mots‑clés

TracVac, trachome, endémique, santé publique, vaccination, infection, cécité, santé mondiale, maladie, maladies infectieuses, anticorps

Découvrir d’autres articles du même domaine d’application