Skip to main content

Point-of-care device based on KETs for diagnosis of food allergies

Article Category

Article available in the folowing languages:

Diagnostiquer une allergie alimentaire sur le lieu de soins

Le diagnostic de l’allergie alimentaire est laborieux et souvent peu probant. Le test innovant du projet AllerScreening peut détecter des anticorps de plusieurs allergènes alimentaires en un seul test.

Santé

La consommation d’aliments courants tels que les fruits, les œufs et les noix provoque des allergies alimentaires auprès de millions de personnes dans le monde. Une allergie alimentaire se produit lorsque le système immunitaire réagit à une substance inoffensive qu’il interprète comme une menace et produit des anticorps de la classe immunoglobuline E (IgE) à la surface de mastocytes et de basophiles, des cellules effectrices. Lors d’un second contact avec l’aliment, l’allergène est reconnu par l’IgE, qui déclenche la libération de substances chimiques, comme l’histamine, provoquant des symptômes tels que le gonflement des lèvres et l’essoufflement. Les symptômes apparaissent généralement entre 30 minutes (symptômes précoces) et 24 heures (réactions retardées) après la consommation de l’aliment et leur gravité est variable.

Une nouvelle plateforme de diagnostic des allergènes alimentaires

Face à l’augmentation spectaculaire de la prévalence des allergies alimentaires dans les pays développés et en développement, des méthodes de diagnostic rapides et précises sont indispensables. Pour ce faire, le projet AllerScreening, financé par l’UE, a mis au point un nouveau dispositif de diagnostic des allergènes alimentaires qui mesure les IgE solubles dans le sang des patients. Le projet AllerScreening a réuni cinq groupes cliniques disposant d’une grande expérience du domaine des allergies alimentaires et du développement de nouvelles technologies de diagnostic. L’objectif était de transposer une méthode de détection optique en test clinique de routine. La plateforme AllerScreening à utiliser sur le lieu de soins consiste en un lecteur optique capable de détecter la liaison des IgE sériques du patient à des allergènes spécifiques présents dans les alvéoles du composant jetable du biokit. L’un des principaux avantages du système AllerScreening par rapport aux méthodes de test d’allergie en vigueur est sa capacité de multiplexage. «Contrairement aux tests cutanés classiques, le test AllerScreening peut détecter des anticorps spécifiques à plus de 20 protéines différentes provenant de 12 aliments différents», explique María Garrido Arandia, chercheuse qui a participé au projet. Il est ainsi plus facile de poser un diagnostic sur des patients présentant des antécédents cliniques rares.

Avantages du dispositif de diagnostic AllerScreening

La validation clinique du test AllerScreening a révélé une sensibilité d’environ 40 %, tandis que la spécificité a atteint près de 90 %. Ces chiffres constituaient une amélioration considérable pour le diagnostic des allergènes de l’œuf et de l’arachide et sont compétitifs par rapport aux autres solutions du marché. La possibilité de varier les allergènes utilisés dans le dispositif AllerScreening permet en outre de personnaliser le test en fonction des recommandations du clinicien. L’objectif est d’offrir un panel d’allergènes qui peuvent être sélectionnés en fonction des antécédents du patient. AllerScreening peut prendre en compte les différences géographiques en matière d’allergie alimentaire grâce à la personnalisation du test. Il peut ainsi être déployé dans diverses régions d’Europe, mais également dans le reste du monde. De plus, son coût peu élevé et sa facilité d’utilisation permettent aux systèmes de soins de santé de l’adopter même dans les pays en développement. Fait important, l’utilisation de l’appareil comme stratégie de première ligne pour le diagnostic des allergies alimentaires apportera des avantages tangibles à la prise en charge clinique de cette affection. Outre les économies réalisées sur les soins de santé, la qualité des résultats garantit une amélioration de la vie des patients en leur fournissant des indications factuelles sur les types d’aliments qu’ils doivent éviter. «Nous escomptons qu’AllerScreening contribuera non seulement à la détection précoce des allergies alimentaires dans le cadre des soins primaires, mais qu’il ouvrira également la voie à d’autres études sur les intolérances alimentaires immunologiques», souligne María Garrido Arandia. Un suivi aussi étroit de l’évolution de l’intolérance alimentaire devrait permettre d’améliorer la prise en charge personnelle.

Mots‑clés

AllerScreening, allergène, allergie alimentaire, IgE, dispositif de diagnostic, test d’allergie, lieu de soins, immunoglobuline

Découvrir d’autres articles du même domaine d’application