Skip to main content
European Commission logo print header

Article Category

Article available in the following languages:

Des détails inédits sur le lien entre la matière grise et la psychose

De nouvelles recherches révèlent une réduction considérable du volume de matière grise chez les personnes souffrant d’une psychose précoce.

Santé icon Santé

Une équipe internationale de chercheurs en partie soutenue par les projets PRISM 2 et AIMS-2-TRIALS, financés par l’UE, a établi un lien entre un moindre volume de matière grise dans le cerveau et la psychose précoce (EOP pour early-onset psychosis). Leurs résultats pourraient contribuer à une meilleure compréhension du rôle de la psychose dans le développement du cerveau au cours de l’enfance et de l’adolescence. Survenant avant l’âge de 18 ans, une période critique du développement du cerveau, l’EOP est un groupe de maladies fortement débilitantes qui comprend la schizophrénie, les troubles affectifs et d’autres troubles psychotiques non affectifs. Elle s’accompagne de conditions défavorables à long terme: les patients souffrent de symptômes plus graves et plus durables et réagissent moins bien au traitement. Bien que des modifications de la matière grise aient déjà été constatée dans des cas d’EOP, la faible quantité d’échantillons utilisés et les différentes régions du cerveau examinées dans ces études ont généré des résultats contradictoires. Publiée dans la revue «Molecular Psychiatry», l’étude actuelle est la plus grande étude d’imagerie du cerveau entier jamais réalisée sur l’EOP et a livré de précieuses informations sur la maladie. Pour obtenir ces détails inédits, les scanners cérébraux de 482 personnes souffrant d’EOP ont été comparés à ceux de 469 personnes en bonne santé.

Des informations plus détaillées pour l’avenir

«La psychose précoce peut avoir un impact dévastateur sur la vie et le bien-être d’un individu, mais notre compréhension de la maladie demeure malheureusement relativement limitée», déclare l’auteur principal de l’étude, le Dr Matthew Kempton, du King’s College de Londres, coordinateur du projet AIMS-2-TRIALS, dans un article publié sur le site web de l’université. «Cette étude, la plus grande analyse de neuro-imagerie de l’EOP à ce jour, s’est appuyée sur des technologies récemment développées pour combiner des scanners provenant de différents sites afin d’examiner des centaines de milliers de données de mesures du volume du cerveau. Nous avons constaté que le volume de matière grise des personnes atteintes d’EOP est plus faible dans presque toutes les régions de leur cerveau que chez les personnes saines. Cette carte détaillée servira, nous l’espérons, de base à de futures recherches, car elle pourrait servir d’outil de diagnostic et même permettre de suivre l’efficacité des traitements», poursuit Matthew Kempton. Les scanners ont également révélé une différence marquée du volume de matière grise dans le cingulum médian gauche, une zone du cerveau associée à la formation et au traitement des émotions, à l’apprentissage et à la mémoire. En outre, les personnes qui ont développé l’EOP à un âge avancé présentaient un volume de matière grise plus faible dans un certain nombre de petites régions cérébrales que celles dont l’EOP s’est manifestée plus tôt. Le premier auteur de l’étude, Shuqing Si, également du King’s College de Londres, explique: «La matière grise sert principalement à traiter les informations dans le cerveau et joue un rôle important dans les fonctions quotidiennes telles que la mémoire, les émotions et le mouvement. Cette étude a fait appel à un logiciel (ENIGMA-VBM) spécialement conçu au King’s College qui permet de cartographier avec précision les augmentations et les diminutions locales du volume cérébral. Cela a permis à notre équipe de traiter un beaucoup plus grand volume de données et notre échantillon a pu refléter des scanners cérébraux provenant de nombreuses régions du monde. L’efficacité de ce logiciel nous permet aujourd’hui d’étudier le cerveau de personnes souffrant de divers autres troubles.» Le projet PRISM 2 (Psychiatric Ratings using Intermediate Stratified Markers 2) prend fin en mai 2024. AIMS-2-TRIALS (Autism Innovative Medicine Studies - 2 - Trials) se termine un an plus tard, en 2025. Pour plus d’informations, veuillez consulter: site web du projet PRISM 2 site web du projet AIMS-2-TRIALS

Mots‑clés

PRISM 2, AIMS-2-TRIALS, cerveau, matière grise, psychose, psychose précoce

Articles connexes