Skip to main content

Article Category

Article available in the folowing languages:

Conception d'un vaccin pour le virus de l'hépatite C (VHC)

L'hépatite C est une maladie inflammatoire transmise par voie sanguine qui touchera entre 0,4 et 2% de la population mondiale. Pour près de la moitié des personnes concernées, elle deviendra chronique et provoquera, dans 20% des cas, une cirrhose. Par ailleurs, le VHC est aussi responsable du cancer primitif du foie. L'analyse de la réponse immunitaire spécifique au VHC a permis de développer une nouvelle stratégie contribuant à l'élaboration d'un vaccin contre ce virus.

Santé

Le VHC, un virus à ARN présente, parmi différents génotypes, un degré élevé de variabilité des séquences. En étudiant son activité, les chercheurs ont par conséquent rencontré de grandes difficultés pour activer et accroître in vitro les lymphocytes T cytotoxiques (CTL) dans le but de reproduire le mécanisme de présentation des antigènes aux CTL se produisant lors d'une infection naturelle. Dans le même temps, il est impossible d'utiliser les hépatocytes infectés en premier comme cellules stimulatrices/cibles pour analyser les CTL. En conséquence, un groupe d'experts a tout d'abord concentré ses efforts sur la spécification des éléments impliqués dans l'immunité protectrice pour élaborer des stratégies vaccinales et mis en évidence les facteurs ayant un effet potentiel sur la clairance virale et la maladie hépatique. Le rôle joué par la réponse immunitaire durant l'infection par le VHC reste un mystère total pour les scientifiques qui doivent également décider si les variations antigéniques constatées parmi différents génotypes VHC contribuent à la pathogenèse de l'hépatite C. En conséquence, l'équipe s'est employée à caractériser pour deux groupes de sujet, la réponse immunitaire aux différentes protéines VHC: les patients ayant surmonté une infection sévère et ceux ayant développé une infection chronique. De ce fait, l'équipe est parvenue à évaluer la réponse immunitaire dans les deux cas, à savoir la clairance virale et la pathogenèse de la maladie hépatique. Durant ces études, l'équipe a identifié la spécificité antigénique et les fonctions d'effecteur des réponses présentées par les lymphocytes T restreints des classes HLA I et II au VHC dans le sang périphérique et le foie. L'équipe a ensuite analysé quantitativement (ELISA) et qualitativement (neutralisation) les différents aspects des réponses des anticorps du sérum au VHC. Les études précédentes ont permis d'élaborer une cartographie efficace des séquences d'acides aminés (épitopes) dans les divers antigènes VHC, lesquels sont responsables des réponses des cellules T et B durant le développement des infections VHC aiguës et chroniques. De plus, l'équipe est parvenue à identifier la façon dont ces réponses affectent la clairance virale et le déroulement de la maladie. Par conséquent, la relation entre la variable de la séquence virale et la persistance virale ainsi que la pathogenèse de la maladie est maintenant mieux comprise. Les résultats de ces études sont très profitables pour de nombreux domaines, y compris la médecine immunologique, les industries pharmaceutiques biotechnologiques, puisqu'ils sont à présent exploitables pour concevoir des vaccins efficaces dans les populations présentant des contextes HLA différents. De plus, la caractérisation de la sensibilité immunitaire aux différents antigènes VHC peut également servir à concevoir des stratégies de prévention efficaces contre les infections par le VHC.

Découvrir d’autres articles du même domaine d’application