Skip to main content

Article Category

Article available in the folowing languages:

Mieux comprendre la technologie des vitres

Les préoccupations de l'architecture moderne quant à l'installation des fenêtres vitrées, qu'elles s'intègrent dans la façade ou qu'elles soient internes, ne portent pas uniquement sur le positionnement des fenêtres. La consommation d'énergie, les exigences de coûts, les niveaux de confort, la sécurité et la productivité sont des facettes du problème auquel les fenêtres vitrées doivent répondre. Même à l'aide de techniques de vitrage avancées, les difficultés persistent.

Technologies industrielles

Mieux comprendre les conditions optimales nécessaires aux environnements internes des bâtiments permet d'équilibrer tout un ensemble de problèmes complexes. Les fenêtres, par exemple, qui ne permettent pas de protéger de la perte ou du gain de chaleur, augmentent la consommation d'énergie lorsqu'il s'agit de conserver un environnement de travail agréable. Si elles laissent passer trop de lumière, les employés peuvent souffrir de fatigue oculaire. Le verre réfléchissant engendre des éblouissements qui peuvent se révéler gênants pour les automobilistes qui empruntent des routes adjacentes et le verre tinté réduit à la fois la lumière et l'absorption, mais augmente la consommation électrique nécessaire à l'éclairage. La technologie du vitrage a beaucoup progressé au cours des dernières années afin d'offrir aux bâtiments des vitres optimales. Cependant, même en considérant la multitude d'options disponibles, allant des fenêtres à remplissage au gaz à faible conductivité au vitrage à absorption de chaleur en passant par les fenêtres dotées de revêtements à sélectivité spectrale ou de peintures par électrodéposition d'oxydes métalliques, il n'est pas simple de choisir le type de vitre adéquat. En clair, aucun type de fenêtre ne convient à toutes les applications, et les meilleures solutions reposent plus probablement sur un mélange varié de différents types de vitrage. Dans le cadre du projet IMAGE, financé par l'UE, deux études ont été menées simultanément afin de mieux comprendre les complexités impliquées. La première de ces études a permis de développer une procédure de test standard dont l'objectif est d'estimer les performances des systèmes de vitrage avancé utilisés dans des laboratoires et en extérieur. La deuxième étude a porté sur le potentiel d'exploitation du marché, en examinant plusieurs facteurs tels que la détermination du cycle de vie de l'environnement et l'analyse de la rentabilité de l'utilisation de systèmes de vitrage avancé. En outre, des études d'intégration de conception ont été lancées avec l'objectif de recueillir des commentaires essentiels aux fabricants désireux de mieux comprendre les forces et les contraintes impliquées du marché. Actuellement, le projet a débouché sur le développement d'un logiciel de simulation, capable de représenter les performances des systèmes de vitrage et sur un nouvel outil logiciel d'aide appelé GDST (Glazing Design Support Tool, outil d'aide à la conception de vitrage) qui permet aux fabricants d'évaluer leurs produits via une évaluation des performances à plusieurs variantes. L'innovation qui se cache derrière les procédures de test standard correspond à la capacité de prouver des performances dans des conditions variées ou climatiques réelles ainsi qu'à l'inauguration d'un ensembles de normes, évaluations "IPV", qui résument les performances générales des matrices représentatives, telles que le niveau de confort des pièces, la consommation d'énergie, l'impact sur l'environnement et l'analyse comparative des différentes conceptions. Le verre peut être transparent, mais l'intégration de systèmes de vitrage avancé dans des conditions énergétiques et environnementales optimales est loin d'être aussi transparente que le verre.

Découvrir d’autres articles du même domaine d’application