Skip to main content

Physical frailty and loss of functional independence in old age : determinants and adaptations to physical activity (BETTER-AGEING)

Article Category

Article available in the folowing languages:

La fragilité et les chutes chez les personnes âgées

Une équipe de scientifiques européens a étudié les liens entre la fragilité des personnes âgées et le manque de stabilité musculaire. L'efficacité de divers programmes d'entraînement a également été évaluée.

Santé

La fragilité est considérée comme l'un des pires ennemis de la population âgée. Elle est non seulement responsable de blessures et d'hospitalisations mais menace également l'autonomie des personnes âgées en bonne santé. Le projet européen BETTER-AGEING s'est penché sur les facteurs responsables de la fragilité et les programmes d'entraînement pouvant palier cette dégénérescence. Une équipe de scientifiques du King's College de Londres a orienté ses travaux sur la faiblesse musculaire chez les personnes jeunes et âgées en bonne santé ainsi que chez un groupe de personnes âgées de la même tranche d'âge qui tombaient pour des raisons non explicables médicalement. Grâce à des techniques telles que l'ultrasonographie, des variables telles que la force et l'activation maximales volontaires, la puissance fournie par l'extension des jambes, la stabilité et l'asymétrie de la force ont été mesurées. Le lien entre le nombre de chutes et les diverses mesures de la force pourrait ensuite être évalué. Une corrélation importante a été notée entre la fréquence des chutes et une puissance réduite. Chose intéressante, l'asymétrie de la puissance ne s'est pas révélée être un facteur de prédisposition à la chute pour les personnes âgées. En outre, le groupe de personnes faisant partie d'une catégorie d'âge comparable et prédisposé aux chutes a montré une dégénérescence supérieure à celle attendue pour leur âge chronologique. Des programmes d'entraînement et d'exercices physiques sembleraient être une stratégie préventive appropriée, que les physiothérapeutes et le personnel médical pourraient mettre en œuvre. Les scientifiques ont découvert que les personnes âgées victimes de chutes ou non réagissaient de la même façon à un programme d'entraînement d'une durée d'un an. Une augmentation générale de la force dans divers groupes musculaires était évidente. Une alternative a été proposée: une séance d'entraînement de tai-chi-chuan (un art martial), laquelle a redonné confiance aux membres du groupe et les a incité à pratiquer un exercice physique. Les résultats de cette étude ont été diffusés par une série de groupes de travail dont font partie la profession médicale, les services officiels en matière de santé et les œuvres caritatives consacrées aux problèmes de vieillissement. Les programmes d'entraînement pouvant empêcher ou réduire les chutes pourraient être intégrés à un projet consistant à briser le cercle vicieux constitué par la fragilité et les chutes. Ces programmes pourraient énormément contribuer au vieillissement sain de la population européenne.

Découvrir d’autres articles du même domaine d’application