Skip to main content

Immunological mechanisms of protection against classical swine fever virus: towards the development of new efficacious marker vaccines

Article Category

Article available in the folowing languages:

Réponse immunitaire au virus de la peste porcine

La peste porcine classique représente toujours une menace sérieuse pour l'industrie porcine. Dans le cadre d'un projet européen, les scientifiques ont effectué des recherches sur la réponse immunitaire de porcs infectés par la peste porcine avec pour objectif le développement de vaccins.

Santé

Le virus CSFV (pour classical swine fewer virus) est responsable de la peste porcine, une maladie hautement contagieuse. Un contrôle efficace de cette maladie est difficile, car l'infection par des souches moins virulentes peut être chronique. Des porcelets infectés naissant dans un élevage peuvent servir de réservoir pour le virus et maintenir la peste porcine dans l'exploitation agricole. En outre, les animaux sauvages comme le sanglier sont des sources potentielles de virus très importantes. Le projet européen IMPCSF avait pour objectif d'effectuer des recherches sur les vaccins marqueurs et l'intention spécifique de fournir une protection précoce aux animaux. C'est dans le cadre du projet de recherche sur les réponses immunitaires impliquées que les scientifiques de l'institut Friedrich-Loeffler pour la santé animale (Allemagne) ont identifié des épitopes des cellules T spécifiques à la souche CSFV, autrement dit des composantes de l'antigène reconnues par les anticorps. Les chercheurs ont notamment mis l'accent sur le complexe majeur d'histocompatibilité (MHC, pour major histocompatibility complex). La première étape a consisté à induire la production de lymphocytes des porcs. Pour ce faire, les porcs ont été inoculés avec la souche CSFV Glentarf. Les scientifiques ont utilisé un essai de lymphoprolifération sur les cellules mononucléées périphériques du sang (PBMCs, pour peripheral blood mononuclear cells) pour mesurer les lymphocytes. L'identification des épitopes T (reconnus par les lymphocytes T) a été obtenue par des techniques de marquage au tritium de la thymidine et par des peptides de chevauchement provenant de la souche Glentarf. Ces essais ont identifié 26 peptides viraux. La caractérisation des épitopes T a été réalisée avec la technique de coloration CFSE (ester succinimidyl de diacétate de carboxyfluorescéine) et cytométrie de flux. L'équipe a constaté que les cellules impliquées dans le processus étaient principalement des lymphocytes CD4+ (lymphocytes T différenciés) et que les antigènes présents à la surface cellulaire étaient liés au complexe majeur d'histocompatibilité de classe II (MHCII). Afin de mieux comprendre le mécanisme d'activation des épitopes T, ceux-ci ont été synthétisés pour identifier les acides aminés se liant au complexe MHCII. Pour ce faire, les chercheurs ont substitué certains acides aminés par d'autres et observé la modification de la réponse immunitaire cellulaire induite. Un programme durable de contrôle de la peste porcine basé sur la vaccination pourrait accroître la compétitivité de l'industrie porcine européenne. En outre, il protégera le niveau de vie des éleveurs de porcs menacés d'un abattage de masse si une épidémie se déclarait.

Découvrir d’autres articles du même domaine d’application