Skip to main content

Allergen-derived DNA vaccines: mechanisms involved in mouse and human models

Article Category

Article available in the folowing languages:

Les cellules immunorégulatrices améliorent le traitement des allergies

De nouveaux vaccins génétiques basés sur l'ADN ont été développés et testés dans le traitement des réactions allergiques aux acariens détriticoles et à la poussière de pollen. Dans le cadre de cette recherche, l'action inhibitrice sur la réaction allergique des lymphocytes T régulateurs et des cellules souches mésenchymateuses a été étudiée.

Santé

La recherche de traitements efficaces contre les réactions allergiques aux allergènes tels que les acariens détriticoles ou le pollen de Parietaria officinalis (pariétaire officinale) demeure un objectif majeur de l'industrie biopharmaceutique. Une voie de recherche a permis le développement de vaccins génétiques basés sur un ADN codant pour l'allergène. L'objectif principal du projet européen ALLDNAVAC consistait à mesurer les effets de ces vaccins sur les cellules effectrices intervenant dans la réaction allergique. C'est par une approche spécifique mais reliée au projet que les partenaires du projet de l'université de Florence (Italie) ont étudié la suppression des mécanismes de réponses des lymphocytes T par deux types différents de cellules immunorégulatrices. L'objectif était de tester l'efficacité des lymphocytes T régulateurs naturels et des cellules souches mésenchymateuses (CSM) en association avec le vaccin génétique ADN. Purifiés à partir de thymus post-natal, les lymphocytes T régulateurs naturels entraînent une diminution des récepteurs de l'interleukine 2 des lymphocytes T in vitro. Ils suppriment également l'activité des cellules Th1 et dans une moindre mesure, celle des clones de cellules Th2. Les chercheurs ont également étudié l'action des cellules souches mésenchymateuses sur la réponse immunitaire. Cette classe de cellules souches adultes, multipotentes par nature, a des propriétés immunorégulatrices. En présence d'interféron-gamma (IFN-gamma), elles ont un effet anti-prolifératif, non seulement sur les lymphocytes T, mais également sur les cellules NK (pour natural killer) appelées cellules tueuses naturelles qui font partie du système immunitaire inné. Des vaccins génétiques efficaces dans le traitement des allergies permettront sans aucun doute d'améliorer la confiance du public dans cette technologie particulière. Ce qui permettra à l'industrie biotechnologique européenne d'être plus compétitive en produisant des vaccins sûrs pour un coût moindre.

Découvrir d’autres articles du même domaine d’application