Skip to main content

Genomic investigation of chronic intestinal inflammation (GENETICS OF IBD)

Article Category

Article available in the folowing languages:

La pharmacogénétique au secours de la maladie inflammatoire de l'intestin

La maladie inflammatoire de l'intestin (IBD) dépend de facteurs environnementaux, mais elle a une base polygénique. Le projet européen GENETICS OF IBD a conduit des recherches au niveau pharmacogénétique, afin d'identifier les thérapies médicamenteuses convenant à un génotype donné.

Santé

La maladie inflammatoire de l'intestin entraîne vomissements, diarrhées et perte de poids. Elle est parfois associée à des symptômes atypiques comme l'arthrite et l'asthme. La maladie peut être déclenchée par des facteurs associés au style de vie moderne, mais on a découvert des complexes de gènes, qui sont des facteurs de risque, sur les chromosomes 6, 12 et 16. Le traitement à base de glucocorticoïdes est efficace, mais seulement dans les deux tiers des cas. Les patients qui ne répondent pas aux stéroïdes peuvent suivre un traitement aux anticorps monoclonaux anti-TNF alpha (facteur de nécrose tumorale alpha), mais le succès n'est pas plus assuré. La découverte de la base biomoléculaire de l'échec de ces thérapies a lancé la recherche de nouveaux traitements pharmacogénétiques. Les partenaires du projet de l'hôpital universitaire du Schleswig-Holstein ont étudié deux groupes de patients réfractaires. Avec un total de 570 personnes, il s'agissait de l'échantillon le plus large et le plus diversifié réuni à ce jour. Les deux groupes ont reçu de l'infliximab, un anticorps monoclonal anti-TNF. Les chercheurs se sont alors efforcés de trouver des polymorphismes pour un nucléotide (SNP), déjà identifiés précédemment, dans de nouveaux gènes associés à l'inflammation. Les échantillons d'ADN ont été amplifiés par une réaction en chaîne par polymérase, semi-automatisée, puis soumis à une analyse Taqman de réponse aux médicaments. L'analyse des données a fait appel à des statistiques d'études de cas témoin et à des modèles de régression multiple. Ces méthodes assuraient l'identification de prédicteurs statistiquement indépendants de la réponse aux médicaments. En outre, les scientifiques ont repris des données provenant d'autres essais et ont testé de nouveau les résultats pour éliminer les faux positifs. Au final, cette étude approfondie et complète s'est traduite par l'analyse des variantes du système TNF et du gène NOD2, associé à la maladie inflammatoire de l'intestin. Les prochaines recherches porteront sur les effets combinés de diverses variantes du gène, pour les diverses voies, dans l'optique d'essais cliniques faisant appel aux nouveaux marqueurs. L'utilisation du profil génétique des patients afin de définir la thérapie médicamenteuse appropriée est une étape majeure dans le traitement de la maladie inflammatoire de l'intestin.

Découvrir d’autres articles du même domaine d’application