Skip to main content

Intervertebral disc degeneration : interplay of ageing, environmental and genetic factors (EURODISC)

Article Category

Article available in the folowing languages:

Au centre des problèmes de disques

L'évolution des tissus dans les disques vertébraux pourrait traduire les contraintes mécaniques que ceux-ci doivent supporter. L'observation d'un phénotype cellulaire particulier dans des disques intervertébraux soumis à des pressions importantes pourrait être intégrée au diagnostic des pathologies.

Santé

La dégénérescence des disques intervertébraux s'accompagne de fortes douleurs de dos et d'un handicap chronique, particulièrement chez les personnes âgées. Cette maladie engendre non seulement une charge financière importante pour les services de santé en Europe, mais également une dégradation considérable de la qualité de vie des patients. La détérioration des disques tient à de nombreux facteurs, comme la génétique, le style de vie et les changements de l'environnement mécanique. L'étude histologique est l'un des moyens d'évaluer les changements de la structure des disques causés par la maladie et les contraintes. Certaines caractéristiques des cellules des disques, comme leur morphologie, leur squelette et leur composition, peuvent refléter les changements dans la matrice qui les environne. Un exemple typique de ce phénomène est l'augmentation de la quantité de vimentine dans le cytosquelette, au niveau des régions du cartilage qui supportent davantage de poids. Un objectif majeur du projet EURODISC financé par l'UE était d'étudier les relations entre l'évolution de l'environnement mécanique, la dégénérescence des tissus et les pathologies associées. L'équipe du projet, située au Robert Jones and Agnes Hunt Orthopaedic and District Hospital au Royaume-Uni, a étudié en détail la morphologie des cellules de disques intervertébraux humains, pour des tissus sains ou malades. En associant la microscopie confocale et le marquage des éléments du cytosquelette, les scientifiques ont remis en cause le consensus autour d'une présence de deux types de cellules dans les disques: les chondrocytes ovales du centre plus tendre, et les fibrocytes (allongés et polaires) de la zone périphérique plus résistante. Ces deux types de cellules ont été trouvés dans des prélèvements de disques intervertébraux. Cependant, les disques des patients atteints de scoliose ou de spondylolisthésis contiennent un autre type, des cellules dendritiques, caractérisées par des extensions cytoplasmiques dans la matrice, nombreuses et ramifiées. Une étude précédente avait suggéré que ces extensions pourraient «ressentir» les contraintes mécaniques. Comme ce type de cellules est très probablement associé aux zones soumises à des charges anormales, les chercheurs ont recommandé de l'inclure dans les types de cellules des disques vertébraux. Ces découvertes pourraient contribuer à l'identification de marqueurs génétiques et à un diagnostic précoce, conduisant à un traitement approprié.

Découvrir d’autres articles du même domaine d’application