Skip to main content

Cross Layer Algorithms for Phealth

Article Category

Article available in the folowing languages:

La révolution sans fil contribue à la santé

Un projet financé par l'UE améliore l'accès aux soins en distribuant dans les régions défavorisées du monde des ordinateurs dotés de liaisons sans fil et de capteurs de surveillance de la santé.

Économie numérique

L'informatique peut s'avérer un allié très précieux pour le tiers monde. C'est dans cet esprit que le projet OLPC («One laptop per child») du Media Lab du MIT aux États-Unis fournit des ordinateurs portables à bas coût aux enfants, pour faciliter leur éducation. Plus près de chez nous, une nouvelle initiative européenne s'appuie sur l'initiative OLPC pour améliorer la disponibilité des équipements médicaux dans des zones pauvres ou isolées du monde. Le projet CLAP («Cross layer algorithms for phealth») financé par l'UE complète l'équipement de l'OLPC en concevant un réseau de capteurs sans fil (WSN) pour détecter les signaux vitaux à des fins médicales. Un tel système est idéal pour surveiller l'état de santé d'un patient, notamment sa pression sanguine et sa fonction cardiaque, dans un environnement des soins externes tel que le domicile ou un centre de soins. Le prototype du CLAP est basé sur le concept OLPC, avec des technologies sans fil économiques et basse consommation, qui rapprochent les régions rurales des administrations et des technologies plus avancées. Ce domaine de recherche, nommé pHealth (santé personnalisée), vise à interfacer des ordinateurs portables avec des appareils médicaux portables sans fil tels que respirateurs et pompes à perfusion. Dans le cadre d'une communauté interconnectée via OLPC, la surveillance, le traitement et la transmission de paramètres personnels, ambiants et environnementaux facilitent la gestion des maladies et le contrôle de l'état de santé d'une population plus nombreuse. Les systèmes actuels de pHealth supposent un environnement technologique sophistiqué, mais le projet conçoit une technologie efficace dans les conditions limitées du tiers monde. Il prend en compte la consommation d'énergie, la bande passante du réseau et la puissance de calcul. Le projet CLAP a déjà effectué le transfert de connaissances portant sur les tendances et la recherche en WSN au MIT. Il a également déterminé l'architecture et les fonctionnalités requises pour qu'un WSN fonctionne dans le nouveau contexte pHealth, ainsi que les services associés. En résumé, le projet CLAP a défini et analysé ses besoins, les scénarios d'utilisation, la conception du système et les algorithmes de traitement. Les premiers résultats soulignent le potentiel prometteur, et le projet prévoit la mise en place d'un pilote de ce système original dans un pays en développement, à fins de test. Plusieurs sites candidats sont à l'étude, et bon nombre d'entre eux sont des villages OLPC. Si tout se passe bien, la technologie médicale sera bien plus accessible à ceux qui en ont le plus besoin.

Découvrir d’autres articles du même domaine d’application