Skip to main content

Linking tree and belowground biodiversity to forest Ecosystem function

Article Category

Article available in the folowing languages:

Le lien entre la séquestration du carbone et la biodiversité

Les forêts jouent un rôle important en Europe et dans le monde puisqu’elles fournissent un grand nombre de services. La séquestration du carbone figure parmi les plus importants. Des chercheurs européens ont étudié dans l’influence de la biodiversité sur la capacité des écosystèmes forestiers à offrir ce service.

Recherche fondamentale

Selon les estimations, deux tiers de la biodiversité terrestre se trouveraient dans les forêts. Cette biodiversité et les processus écologiques sous-jacents jouent un rôle essentiel pour les services écosystémiques, à savoir les bienfaits de l’écosystème pour l’humanité. La séquestration du carbone figure parmi les services principaux fournis par les forêts : la capture et le stockage à long terme du dioxyde de carbone, l’une des causes principales du changement climatique. Le volume des réserves de carbone se trouvant dans les sols des forêts dépend de plusieurs facteurs. Il dépend notamment du volume de carbone qui entre dans le système via les résidus de feuilles et de racines, la biomasse microbienne et la perte de carbone résultant de la respiration et du lessivage. Les mycorhizes contribuent également à la séquestration du carbone. Il s’agit d’associations symbiotiques dans le sol entre des champignons et les racines des plantes. Le projet LINKTOFUN (Linking tree and belowground biodiversity to forest ecosystem function) financé par l’UE a étudié les écosystèmes forestiers naturels, les forêts gérées et les plantations mixtes afin de mieux comprendre le lien entre la biodiversité et la fonction écosystémique, et notamment la dynamique du carbone du sol. Les chercheurs du projet ont étudié le rôle de la diversité des arbres et des mycorhizes dans la dynamique du carbone du sol dans les forêts d’Ethiopie. Ils ont aussi étudié les perturbations de la forêt et la dynamique du carbone du sol en Autriche. Dans les forêts naturelles du nord de l’Ethiopie, les chercheurs ont mis en place cinq sites d'étude sur la base d'un gradient climatique. Sur chacun d’entre eux, ils ont étudié les éléments pénétrant le sol, par les feuilles et les fines racines, en fonction de la biodiversité des arbres. Ils ont ainsi constaté un lien étroit entre la surface foliaire spécifique et leur composition chimique (teneur en azote et en phosphore). La surface foliaire spécifique correspond au rapport entre la surface foliaire et la masse sèche. Les données moléculaires et biogéochimiques des sites autrichiens ont permis d’analyser la dynamique du carbone du sol et des mycorhizes, notamment sur un site perturbé. Les résultats des recherches menées en Autriche et en Ethiopie contribuent à expliquer dans quelle mesure le service écosystémique de la séquestration du carbone interagit avec la biodiversité au-dessus et en-dessous du sol dans les forêts. Il est important de comprendre ce rapport pour mesurer la résilience des écosystèmes forestiers et leur capacité à s’adapter au changement climatique.

Mots‑clés

Séquestration du carbone, biodiversité, écosystèmes forestiers, mycorhizes, LINKTOFUN, dynamique du carbone du sol

Découvrir d’autres articles du même domaine d’application