Skip to main content

Coordinated Access to Lightsources to Promote Standards and Optimization

Article Category

Article available in the folowing languages:

Mettre en réseau les installations de recherche sur la lumière

Un projet de l'UE a réuni dans un réseau à accès unique les installations de synchrotron et de lasers à électrons libres d'Europe. Il a créé des liens avec les entreprises, et accordé un accès international à 1 400 projets.

Technologies industrielles

Les synchrotrons et les lasers à électrons libres sont de grandes installations utilisées pour la recherche dans les matériaux et les applications industrielles. Le projet CALIPSO (Coordinated access to lightsources to promote standards and optimization), financé par l'UE, a intégré en un seul réseau les installations européennes de synchrotrons et des lasers à électrons libres. Ceci facilitera la recherche et la participation des entreprises. La mise en réseau du système entier garantit un accès juste et commode. Les 20 membres du consortium voulaient unir toutes les installations européennes concernées, dans un seul réseau intégré et amélioré, en facilitant l'implication des entreprises. Ils ont notamment développé un point d'entrée unique par le Web pour le réseau (wayforlight), afin de fournir des informations techniques, des outils et des moyens de communication. CALIPSO a intégré 13 synchrotrons et 8 lasers à électrons libres de 11 pays d'Europe, formant l'un des plus grands réseaux de recherche au monde. Trois sites ont participé à la phase de conception et de mise en service du projet: le synchrotron SOLARIS en Pologne, l'European X-FEL en Allemagne, et le laser à électrons libres TARLA en Turquie. Le synchrotron SESAME de Jordanie a participé en tant qu'observateur. On estime aujourd'hui que ce réseau européen de synchrotrons et des lasers à électrons libres compte plus de 30 000 utilisateurs. Le projet a convenu de fiches techniques standardisées, qui ont été renseignées pour plus de 300 lignes de faisceaux en Europe. Le logiciel Umbrella a été adopté par de nombreux participants, car il permet une connexion unique aux sites web de ces laboratoires. Le projet CALIPSO a aussi mis en place un format standardisé pour les propositions. CALIPSO a également renforcé l'ESUO (European Synchrotron and FEL User Organisation, qui compte maintenant des représentants de 29 pays d'Europe, plus Israël et la Turquie. Le but de l'ESUO est de structurer les utilisateurs des installations en les coordonnant au niveau européen. Des membres du projet ont organisé des formations spécialisées durant la session annuelle d'HERCULES, un programme européen de formation des chercheurs. Le projet a aussi participé à des manifestations concernant des lasers à électrons libres et des sources d'impulsions lumineuses très courtes, comprenant la formation et la planification d'expériences communes. Le paquet de travail ELSII de CALIPSO a mis en place des liens et des synergies avec des entreprises, et constitué un réseau avec les bureaux de liaison des installations avec les entreprises. Un conseil consultatif commun a été créé pour CALIPSO et le projet I3 qui agit dans le même sens pour les neutrons et les muons, et deux ateliers pléniers d'ELSII ont été organisés. Environ la moitié des installations de CALIPSO ont proposé un accès transnational, en soutien de plus de 3 100 utilisateurs, représentant 1 400 projets. Des travaux de cette envergure se sont traduits par 420 publications dans des revues à comité de lecture, et contribué aux fiches de données sur les lignes de faisceaux du projet.

Mots‑clés

Synchrotron, laser à électrons libres, CALIPSO, wayforlight, ligne de faisceaux, utilisateurs

Découvrir d’autres articles du même domaine d’application