Skip to main content

(IN)FORMING CONFLICT PREVENTION, RESPONSE AND RESOLUTION:
THE ROLE OF MEDIA IN VIOLENT CONFLICT

Article Category

Article available in the folowing languages:

Quel rôle jouent les médias dans la résolution des conflits violents ?

Le projet INFOCORE fournit une explication de la manière dont les conflits sont couverts dans les médias et de comment cela affecte l'émergence du conflit, l'escalade ou, inversement, l’apaisement et la prévention de la violence. Il fournit des recommandations basées sur des preuves aux journalistes, militants des ONG et décideurs politiques sur les moyens d'améliorer leurs pratiques professionnelles et leurs politiques.

Société

Les résultats du projet INFOCORE permettent de mieux comprendre comment les différents médias présentent les questions liées à la paix et la violence, et comment les différents niveaux de perception, de réaction et d'engagement du public vis-à-vis des preuves, des cadres et des programmes d'action présentés. Le rôle particulier joué par les médias dépend principalement de la manière dont ils transforment les revendications, les interprétations et les prescriptions des acteurs du conflit en contenu adapté pour un média particulier. Il est également basé sur leur capacité à amplifier ces contenus et à les propager, les rendre visibles et adaptés. Les chercheurs du projet INFOCORE ont observé des différences significatives quant au rôle joué par les médias concernant les six cas et suggèrent que la prise en compte de quatre facteurs étroitement liés est nécessaire pour l'expliquer de la meilleure manière possible. Le premier concerne la diversité et la liberté caractérisant le paysage médiatique ou, inversement, le contrôle et l'instrumentalisation dont les médias font l'objet par les parties en conflit. Le rapport social aux différents médias et leurs utilisations par les publics ont également leur influence. Les différents niveaux d'intensité de conflit et les dynamiques entre parties en conflit jouent un rôle, tout comme le degré et la nature de l'implication des acteurs régionaux et internationaux. La communication de conflit ne peut pas être dissociée des questions et des intérêts politiques qui sous-tendent le conflit et des acteurs qui le façonnent. Les parties en conflit cherchent à utiliser les médias pour faire monter ou baisser le ton de la couverture médiatique et elles sont en concurrence sur les preuves, les cadres et des programmes d'action principaux. Même si les efforts à court terme pour influencer la couverture médiatique des conflits incitent difficilement à l’optimisme, il apparaît que les programmes de soutien aux médias peuvent avoir un impact positif s'ils sont adaptés avec précaution aux conditions de chaque pays et conflit, incorporés dans une stratégie plus large de couverture du déroulement des conflits et soutenus sur le long terme. La recherche a confirmé et souligné certaines tendances inquiétantes en matière de confiance du public sur la précision et la fiabilité de la couverture des conflits par les journalistes. Le recul du journalisme bien informé, professionnel et indépendant, en particulier au niveau national, signifie que les ONG, les organisations internationales, les entreprises et surtout les parties en conflit ont une plus grande influence sur la couverture médiatique liée au conflit, ce qui peut poser problème. Si le rôle de plus en plus important joué par les réseaux sociaux peut parfois contribuer à un élargissement des points de vue, il a été observé qu’ils tendent plutôt à envenimer les conflits.

Mots‑clés

Médias, conflit violent, gestion de crise, couverture médiatique

Découvrir d’autres articles du même domaine d’application