Skip to main content

"The origins of gestural imitation: insights from evolution, development and cultural transmission"

Article Category

Article available in the folowing languages:

Les humains sont plus performants que les animaux dans l'apprentissage par les gestes

Cette compétence des humains à s’imiter mutuellement peut se révéler être le chaînon manquant susceptible d’expliquer pourquoi nous apprenons si vite par rapport aux animaux. Des recherches financées par l'UE ont permis de mieux comprendre la diffusion de la culture et l'influence sur les langues.

Société

Dès le plus jeune âge, les animaux et les humains apprennent en imitant leurs parents et les personnes qui les entourent. Dans le but de comprendre les mécanismes de ce phénomène, le projet GESTRANSCULT (The origins of gestural imitation: Insights from evolution, development and cultural transmission) a étudié l'imitation des gestes dans une perspective évolutionnaire, développementale et culturelle. Pour le premier des trois objectifs principaux du projet, l'équipe a étudié l'évolution de l'imitation gestuelle des bonobos pour voir s'ils peuvent imiter des actions gestuelles. Grâce à des expériences scientifiques, l'équipe du projet a examiné les capacités de copie de cette espèce de grand singe d'Afrique et les ont comparées à celles des enfants humains. L'équipe a constaté qu'alors que les enfants imitaient facilement les gestes, les bonobos ne le faisaient pas, fournissant des informations clés sur la rapidité de la propagation et de l’évolution de la culture humaine. Le deuxième objectif du projet portait sur l'étude du développement de l'imitation gestuelle chez les jeunes enfants. Des expériences menées chez les 4-6 ans ont montré que les enfants étaient plus susceptibles d'imiter des actions qui étaient considérées comme socialement conventionnelles, communicatives ou instrumentales. Ceci et d'autres expériences menées ont montré qu'une multitude de facteurs complexes façonnent l'imitation des enfants, qui varie avec l'âge. Enfin, en étudiant comment la transmission culturelle façonne la structure des gestes, l'équipe a mené une expérience sur la chaîne de diffusion pour examiner si une structure similaire au langage émerge dans un système gestuel. Dans une expérience vidéo où certains gestes devaient être reproduits, l'équipe a pu observer la transmission en chaîne du comportement. Ici, les résultats ont révélé que, contrairement à la langue écrite, le langage gestuel n'acquiert pas facilement une structure systématique et ne devient pas plus facile à apprendre. Cela suggère que la transmission du langage gestuel peut nécessiter un soutien supplémentaire, comme une interaction sociale, de sorte que des informations complexes peuvent être transmises de manière fiable. Alors que GESTRANSCULT n'a pas trouvé que les gestes ont évolué dans une forme similaire au langage, cela a permis d’identifier des fonctions clés qui doivent être présentes pour l'évolution d’une langue. Les résultats ajoutent de nouvelles informations précieuses à notre compréhension de la langue et de la culture.

Mots‑clés

Geste, GESTRANSCULT, imitation, évolution, transmission culturelle, bonobos

Découvrir d’autres articles du même domaine d’application