Skip to main content

Strengthening of Cooperation and Exchange for Nuclear Education and Training between the European Union and the Russian Federation

Article Category

Article available in the folowing languages:

L'UE et la Fédération de Russie coopèrent sur l'éducation dans le domaine de l'énergie nucléaire

En collaboration avec le réseau européen ENEN (European Nuclear Education Network), un projet financé par l'UE a établi une coopération entre l'UE et la Russie, afin d'assurer la disponibilité de diplômés de haut niveau dans le domaine des réacteurs nucléaires VVER.

Changement climatique et Environnement
Technologies industrielles
Sécurité
Énergie
Recherche fondamentale

Le projet ENEN-RU II a collaboré avec des partenaires de la Fédération de Russie pour renforcer la coopération en matière d'éducation et de formation dans le nucléaire. En relation avec d'importants acteurs du secteur du nucléaire russe, l'initiative s'est appuyée sur un précédent projet, ENEN-RU, pour renforcer les activités bilatérales dans le domaine de l'énergie nucléaire, au bénéfice des deux régions. Dans cette optique, les partenaires du projet ont analysé le contexte de l'énergie nucléaire en Russie et dans l'UE, afin d'identifier les obstacles et les perspectives liés à une collaboration durable. Pedro Dieguez Porras, coordinateur du projet et secrétaire général de l'ENEN, déclare: «L'objectif était d'harmoniser les programmes d'éducation et de formation entre les deux régions aux niveaux master et doctorat, ainsi que pour les jeunes professionnels.» Des possibilités de coopération ont été identifiées et exploitées par le biais d'une collaboration conjointe au niveau master, grâce à des accords sur un système de crédits, à des cours communs et à des échanges universitaires. Ces mesures comprenaient l'étude d'un diplôme commun de master en science entre l'UE et la Fédération de Russie, dans le domaine de l'ingénierie nucléaire. Des étudiants en doctorat ont également mené des recherches conjointes grâce à la mise en place de stages de doctorat, alors que de jeunes professionnels ont pris part à des programmes de formation conjoints. Une reconnaissance mutuelle en matière d'éducation et de formation La rencontre inaugurale du projet a porté sur l'importance de la culture de la sécurité nucléaire et de la formation sur les systèmes de Génération III et IV, ainsi que sur la coopération dans le domaine des réacteurs de recherche. Des cours de formation et des universités d'été communs ont également été organisés au cours du projet. Ces initiatives portaient en partie sur les aspects techniques de la fabrication du combustible nucléaire, ce qui a permis de mieux comprendre les propriétés du combustible nucléaire et les techniques de fabrication utilisées dans la Fédération de Russie. D'autres cours ont porté sur la simulation multiphysique des systèmes nucléaires, ainsi que sur la modélisation et l'ingénierie numérique. L'accord sur les systèmes de crédit, les bases de données en ligne et le partage coordonné des informations par le biais du forum et du site web ont été réalisés en utilisant un cadre de gestion des connaissances. Ce travail a servi de base pour une reconnaissance mutuelle des programmes d'éducation et de formation entre l'UE et la Fédération de Russie et élargi la portée des échanges d'étudiants, de chercheurs et de jeunes professionnels. «Cette initiative a permis aux centres de recherche et à l'industrie nucléaire de disposer d'une base élargie pour leurs ressources humaines et a encouragé la coopération dans le développement de l'énergie nucléaire», explique M. Dieguez Porras. La coopération est la clé du succès Des mécanismes durables pour une coopération à court et à long terme ont été établis par le biais d'un forum E&T (éducation et formation). Cette initiative a été renforcée par plusieurs accords de collaboration bilatérale entre les participants, ainsi que par une base de données en ligne des infrastructures et des installations d'E&T. Cette coordination a été une réussite grâce au partage d'informations sur le site web. «Le principal objectif était de cartographier, à des fins d'échanges, les installations, laboratoires et équipements d'E&T dans l'UE et en Russie, ainsi que de clarifier les règles et les procédures d'accès. La base de données offre quant à elle la possibilité de stocker toutes ces informations et d'y accéder, de manière structurée», commente M. Dieguez Porras. La base de données est déjà disponible pour tous les partenaires du projet ENEN-RU. Un accès peut être accordé sur demande aux étudiants en génie nucléaire des pays de l'UE et de la Russie. Les représentants de toutes les installations, laboratoires et équipements d'E&T de l'UE et de Russie peuvent également obtenir un accès à la base de données, afin de vérifier les informations les concernant et d'ajouter des informations pertinentes pour assurer la qualité des données collectées. ENEN-RU II améliorera la mobilité du personnel menant des recherches sur l'énergie nucléaire et facilitera l'accès des étudiant européens et russes aux installations, laboratoires et équipements. En s'attaquant à la pénurie de diplômés de haut niveau, le projet garantira un secteur nucléaire plus évolué, modernisé et sûr, capable de répondre aux besoins énergétiques croissants et aux préoccupations qu'il suscite.

Mots‑clés

ENEN-RU II, énergie nucléaire, éducation, Fédération de Russie, bilatéral

Découvrir d’autres articles du même domaine d’application