Skip to main content

Community-based ICT for Maternal Healthcare in Africa

Article Category

Article available in the folowing languages:

Renforcer les prestations de soins de santé primaires en Afrique

L’innovation technologique peut jouer un rôle important dans le renforcement des prestations de soins de santé centrés sur les personnes. Un projet financé par l’UE a collaboré avec plusieurs ministères de la Santé afin de concevoir conjointement et valider une plateforme électronique pour améliorer le diagnostic et le traitement des patients dans des environnements à ressources limitées.

Économie numérique
Santé

Actuellement, l’utilisation de la technologie sur le lieu d’intervention au sein des établissements de soins de santé primaires reste limitée dans toute l’Afrique. Les registres sur papier des patients rendent difficile la création d’historiques médicaux complets pour les patients qui se rendent dans différents services médicaux. Il s’avère également chronophage de saisir des données obligatoires de déclaration mensuelle agrégée. Un système électronique d’information pour les soins de santé Le projet mHealth4Afrika, financé par l’UE dans le cadre du programme Horizon 2020, a relevé ces défis en développant une plateforme de santé, axée sur le patient, multilingue et transfrontalière. Cette plateforme intègre des fonctionnalités pour les dossiers médicaux électroniques, l’utilisation de capteurs médicaux, des outils d’aide à la prise de décisions et de visualisation, et automatise le travail de comptage des données obligatoires de déclaration agrégée. Comme l’explique le professeur Paul Cunningham, coordinateur du projet: «L’objectif de mHealth4Afrika consistait à renforcer la prestation de soins de santé primaires, notamment les soins maternels et infantiles, dans des environnements à ressources limitées.» Le projet a collaboré directement avec des groupes de parties prenantes essentielles, y compris des ministères de la Santé, des bureaux de santé locaux, des gestionnaires d’installations assurant des soins de santé et des professionnels de la santé dans des environnements urbains, ruraux et ruraux profonds à ressources limitées en Éthiopie, au Kenya, au Malawi et en Afrique du Sud. Cette étroite collaboration a permis d’identifier les besoins des établissements de soins, garantissant ainsi que la plateforme abordait à la fois les exigences transfrontalières et quotidiennes dans des environnements réels de travail. mHealth4Afrika respecte les règlements de l’OMS sur l’utilisation de dossiers médicaux électroniques (DME) pour améliorer le diagnostic et le traitement des patients. Les DME sont utilisés pour stocker les antécédents des patients, les analyses de laboratoires et leurs résultats saisis par des capteurs. De plus, cette plateforme incorpore des outils d’aide à la prise de décision, des outils de visualisation et d’analyse pour faciliter le suivi et l’interprétation des résultats des patients, la rendant ainsi plus facile à utiliser. Les principaux avantages de ce système sont la génération automatique des dossiers des patients, ainsi que des données obligatoires de déclaration mensuelle agrégée, ce qui économise un temps précieux et réduit l’erreur humaine. Les professionnels de la santé prenant en charge un patient peuvent rapidement consulter ses antécédents, les données obtenues de visites précédentes, les résultats de tests, la visualisation en temps réel des lectures concernant les signes vitaux et les facteurs de risques. Ce processus améliore à la fois la qualité et la continuité des soins. Parallèlement, des rappels de rendez-vous via SMS permettent de renforcer l’engagement et la rétention des patients. La plateforme pilote mHealth4Afrika a été installée, et utilisée au quotidien, dans 23 établissements de soins pour enregistrer les dossiers médicaux passés et actuels. Ces établissements desservent actuellement plus de 886 000 personnes en Éthiopie, au Kenya et au Malawi. Les retours reçus jusqu’à présent ont été très positifs, confirmant ainsi que mHealth4Afrika est une plateforme d’informations sanitaires, complète et facile à utiliser, qui permet la gestion globale des données des patients. L’impact des infrastructures TIC et de la culture numérique sur les soins de santé L’introduction d’infrastructures TIC de base et l’offre de formation et de soutien numériques dans des environnements à ressources limitées ont considérablement amélioré la qualité et la cohérence de la prestation de soins de santé primaires au sein des établissements de soins participants. Même si, dans un premier temps, le projet s’est concentré sur la santé infantile et maternelle, les services médicaux disponibles désormais comprennent le dépistage du cancer du col de l’utérus, la tuberculose, les antirétroviraux, les services ambulatoires et le diabète, offrant ainsi un suivi global des patients. De plus, en incorporant des capteurs médicaux, mHealth4Afrika entend identifier tous les cas exigeant des mesures urgentes tout en réduisant le nombre de cas envoyés dans des établissements de soins secondaires et tertiaires pour faire l’objet de tests. Le professeur Cunningham indique qu’«il existe une demande importante pour répandre l’adoption de mHealth4Afrika à de nouveaux pays, ainsi qu’en Éthiopie, au Kenya et au Malawi, ce qui nécessite un financement supplémentaire pour les infrastructures, la formation en matière de culture numérique, l’adaptation et le déploiement».

Mots‑clés

mHealth4Afrika, soins de santé, plateforme, dossier médical électronique (DME), Afrique, système d’information

Découvrir d’autres articles du même domaine d’application