Skip to main content

Assistant Buildings’ addition to Retrofit, Adopt, Cure And Develop the Actual Buildings up to zeRo energy, Activating a market for deep renovation

Article Category

Article available in the folowing languages:

De nouvelles options de financement pour la rénovation écoénergétique du parc immobilier

Bien que les bâtiments d’habitation européens soient peu efficaces d’un point de vue énergétique, la plupart des propriétaires hésitent à les rénover. Pour remédier à ce problème, un plan financier propose désormais de nouvelles incitations.

Transports et Mobilité
Technologies industrielles

Les édifices antérieurs aux années 1960 représentent environ 70 % des bâtiments d’habitation européens. Or, leur faible performance énergétique les rend collectivement responsables d’environ 40 % des émissions de CO2 en Europe. Disposer de bâtiments avec une consommation énergétique quasiment nulle, en ligne avec les plans européens, exige donc leur rénovation. Cependant, les propriétaires se montrent peu enclins à investir dans leur modernisation. Les rénovations des édifices résidentiels à des fins d’efficacité énergétique représentent moins de 2 % du marché européen de la construction. Cela s’explique principalement par des coûts initiaux élevés et par un manque perçu de retour sur investissement. Aussi modeste que soit l’investissement réalisé, son temps d’amortissement reste long et il est considéré comme risqué d’un point de vue financier. Le projet ABRACADABRA, financé par l’UE, tente de répondre aux enjeux liés au financement de ce type d’investissements. Les membres de l’équipe ont ainsi trouvé des méthodes pour réduire le temps d’amortissement et accroitre la confiance des investisseurs. Ces solutions contribuent améliorer la qualité et la valeur des bâtiments rénovés et à stimuler le marché immobilier.

Des agrandissements efficaces

ABRACADABRA a développé et démontré l’efficacité d’une nouvelle stratégie de rénovation fonctionnant sur la base d’ajouts et intégrant des sources d’énergie renouvelables (AdoRES). «Cela implique un ou plusieurs ajouts aux bâtiments existants afin d’atteindre la consommation énergétique nulle ciblée», explique Annarita Ferrante, professeure agrégée et coordinatrice du projet, «et la création d’une synergie entre le vieux et le neuf.» AdoRES peut impliquer des ajouts en façade, un agrandissement du toit, ou encore l’édification d’un bâtiment entièrement neuf sur la même parcelle. Les ajouts en façade, comme par exemple l’augmentation des espaces vitrés, améliorent l’efficacité énergétique, tandis que d’autres modifications, comme l’intégration d’une pièce supplémentaire au bâtiment, peuvent permettre de créer des espaces économes en énergie et donc d’augmenter la valeur du bien immobilier. L’équipe a démontré également l’efficacité d’une stratégie reposant sur des modifications du bâti qui génèrent de l’énergie. Cela permet de compenser les coûts des rénovations: les propriétaires peuvent alors vendre ou louer les additions au bâtiment; et, par ailleurs, la valeur de celui-ci augmente. Ainsi, la stratégie mise au point par le projet incite les propriétaires à investir dans des rénovations efficaces d’un point de vue énergétique. L’équipe a prouvé que cette stratégie pouvait rendre l’investissement profitable. Des acteurs financiers et des parties prenantes publiques de premier plan ont accueilli l’idée avec enthousiasme. Ce résultat n’a pas été facile à obtenir et a nécessité des mesures de compensation durables.

Politiques urbaines

«Toutefois, comme nous nous y attendions», explique la professeure Ferrante, «dans la plupart des cas, la législation reste la barrière la plus difficile à franchir. Pour y parvenir, nous avons développé un ensemble de recommandations de politiques pour l’adoption des stratégies de rénovation AdoRES, que nous avons ensuite partagé et discuté avec les décideurs politiques et les acteurs du marché à tous les niveaux européens.» En fin de compte, ABRACADABRA a obtenu le soutien de 53 organismes publics. Des réunions organisées avec des représentants officiels de la région d’Émilie-Romagne, en Italie, ont également conduit à la rédaction de nouvelles réglementations portant sur la restriction de l’expansion urbaine sur les terrains agricoles. L’UE s’est fixée pour objectif de réduire l’empiètement à zéro d’ici 2030. Les chercheurs ont donc conçu un ensemble de trois outils, testés puis améliorés sur la base d’environ 60 études de cas, jusqu’à obtenir les versions finales. Une boîte à outils technique, constituée avant tout d’un calculateur en ligne, aide à estimer la consommation d’énergie avant et après la rénovation. Le deuxième outil consiste en un calculateur en ligne similaire, qui détaille le délai d’amortissement nécessaire pour différentes rénovations énergétiques et estime l’augmentation de la valeur du bâtiment qui en découle. La dernière ressource cible les décideurs politiques et détaille les enjeux et les opportunités d’ordre réglementaire qui permettraient de stimuler les mises à niveau énergétiques dans les huit pays visés par le projet. Les propriétaires de bâtiments en Europe peuvent désormais profiter d’incitations financières améliorées qui leur permettront d’entreprendre des rénovations énergétiques efficaces. Cela permettra de réduire les émissions de carbone et de favoriser l’activité dans le secteur de la construction.

Mots‑clés

ABRACADABRA, rénovation, efficacité énergétique, AdoRES, finance, efficace du point de vue énergétique, construction, modernisation des bâtiments, sources d’énergie renouvelables

Découvrir d’autres articles du même domaine d’application